Étiquette : Bonne mort

| Ouvrage : 90 Histoires pour les catéchistes II, IV. Le culte de saint Joseph .

La vieille Yvonne s’assit un jour près de son rouet et nous dit :

— Oui, mes enfants, le plus grand des saints du para­dis, c’est saint Joseph. Écou­tez bien ce que je vais vous racon­ter, et vous ver­rez si je vous ai men­ti.

Nous nous appro­châmes plus près encore de mère Yvonne, et elle com­men­ça :

Histoire de saint Joseph pour les enfants - Cabane du père Joseph « Per­sonne n’aimait Joseph Mahec, dans le pays de Ker­véh qu’il habi­tait ; aus­si vivait-il soli­taire dans une cabane déla­brée. On disait que le soleil lui-même avait tel­le­ment en hor­reur Joseph Mahec, que jamais il ne pro­je­tait ses joyeux rayons sur sa mai­son­nette enfu­mée !

Un soir de mars où Joseph Mahec allait péné­trer dans sa cabane, il se sen­tit tirer légè­re­ment par le pan de son habit. Il se retour­na sur­pris, presque en colère, car il n’était point accou­tu­mé à ces manières. On le fuyait, mais on ne le tou­chait pas. Der­rière lui était un vieillard cour­bé sous le poids des années et de la misère. Des che­veux blancs, une longue barbe, des traits véné­rables pré­ve­naient en faveur de cet incon­nu, en dépit de ses pauvres habits. Mais Joseph Mahec n’avait de pitié pour per­sonne. Il regar­da à peine cet étran­ger dont le front avait pour­tant un doux rayon­ne­ment emprun­té sans doute à la rési­gna­tion de son âme.

— Que me vou­lez-vous ? deman­da-t-il brus­que­ment.

— Assis­tez-moi, dit le pauvre homme.

Mahec par­tit d’un grand éclat de rire.

Auteur : Dardennes, Rose | Ouvrage : À l'ombre du clocher - 1. Les sacrements .

Extrême-onction

histoire pour les enfants - accident dans un cerisierIl y avait du soleil plein le ciel, des chants d’oiseaux plein le ver­ger. Et Jean-Paul chan­tait aus­si sa joie de vivre en cueillant à plein panier les cerises ruti­lantes du beau ceri­sier…

Sou­dain, un cra­que­ment, un double cri : Jean-Paul tom­bait du ceri­sier sur la terre dure, et sa mère accou­rait, épou­van­tée.

Ce fut aus­si­tôt un grand affai­re­ment : bran­card, coups de télé­phone, méde­cin… Et le ter­rible diag­nos­tic, cou­rant de bouche en bouche : « Il est per­du… il ne lui reste plus qu’une heure à vivre… »

Pâle sur son lit, souf­frant atro­ce­ment, Jean-Paul sent bien lui aus­si que sa vie s’en va. Alors il appelle sa maman :

— Je vais mou­rir, dit-il dou­ce­ment, mais il ne fau­dra pas pleu­rer : je vais au ciel.

Puis il ajoute :

— Les copains du « caté » vont sûre­ment venir avec Mon­sieur le Curé. Dis, tu les lais­se­ras entrer ?

Les parents de Jean-Paul ne sont pas « gens à curé », comme ils disent. Mais refu­se­raient-ils une der­nière joie à leur enfant ?

Jean-Paul, lui, attend. Car au caté­chisme, le jour où ils ont ensemble décou­vert que la mort est une mer­veilleuse pro­ces­sion de la terre au ciel, ils s’étaient pro­mis d’être tous avec le prêtre autour du pre­mier qui par­ti­rait…

* * *

« Toc-toc !… »

C’est un rap­pel d’espérance dans la mai­son bru­ta­le­ment éprou­vée. Les gens qui ne savent pas, pleurent et fris­sonnent parce que la mort est là. Mais les cinq gars à la porte de Jean-Paul savent, eux, qu’ils apportent joie et paix : pour venir, ils ont mis leurs beaux habits, comme pour une fête, une fête grave, bien sûr, et dou­lou­reuse à leur cœur ému mais tout de même la fête de tout le ciel qui va venir au-devant de Jean-Paul, et ses amis seront là, comme pour une noce.

D’abord, le prêtre est entré seul, pour don­ner la der­nière abso­lu­tion.

Les forces de Jean-Paul s’écoulent très vite. Sous le par­don de Dieu, il a fer­mé les yeux. Il les rouvre seule­ment pour remer­cier d’un regard ses cama­rades qui entrent.

Auteur : Diethelm, P. Walther | Ouvrage : Le plus beau cadeau .

Tan­dis que M. le Régent est en conver­sa­tion avec le nou­veau Vicaire, les gar­çons de la deuxième classe se demandent s’il sera sévère ou indul­gent, s’il don­ne­ra beau­coup ou peu de devoirs, et sur­tout, s’il racon­te­ra des his­toires ?

Histoire pour la jeunesse - pretre faisant le Catéchisme aux garçonsTout en lui remet­tant la liste des élèves, M. le Régent explique : « Il y en a 43. C’est beau­coup ! Mais je suis per­sua­dé que tous vous feront plai­sir, car ils tra­vaillent bien, et ne sont pas méchants. Il y a Léon, avec qui il fau­dra de la patience, car il est très lent à com­prendre, encore plus lent à apprendre. Par­fois, mal­gré sa bonne volon­té, il n’arrive pas à savoir sa leçon. Le pauvre gar­çon souffre des suites d’une chute très grave alors que tout petit, sa maman tra­vaillant à la fabrique, il res­tait seul à la mai­son. »

Après cette expli­ca­tion, M. le Régent intro­duit le nou­veau vicaire. 43 gar­çons se lèvent et saluent joyeu­se­ment : « Bon­jour M. le Vicaire », tout en ins­pec­tant de haut en bas le nou­vel Abbé.

Celui-ci, de son côté, exa­mine rapi­de­ment les visages de ses nou­veaux élèves, puis il s’installe au pupitre et la leçon com­mence.

* * *

Pen­dant la leçon, M. le Vicaire recon­nut bien­tôt Léon à sa taille qui dépas­sait les autres de la hau­teur de la tête. A par­tir des leçons sui­vantes, il le dis­tin­gua sur­tout à son appli­ca­tion ; car pour se pré­pa­rer à la pre­mière com­mu­nion, Léon sui­vait les leçons de caté­chisme avec ardeur. Vrai­ment on ne peut lui en vou­loir d’avoir mau­vaise mémoire. De plus, Léon est pro­fon­dé­ment pieux ; lors de visites au Saint Sacre­ment, M. le Vicaire peut consta­ter son recueille­ment En che­min déjà, il semble prier, médi­ter en silence, alors que ses cama­rades bavardent, se dis­putent même. En un mot, tout dans sa conduite prouve com­bien Léon se réjouit de pou­voir faire sa pre­mière com­mu­nion. Le pauvre gar­çon a dû attendre si long­temps le bon­heur de rece­voir Jésus, Quelques jours avant la pre­mière com­mu­nion, tout à coup, Léon tombe malade. Des dou­leurs le tour­men­taient depuis plu­sieurs jours. Mais il n’en lais­sait rien voir ; per­sonne ne remar­quait avec quelle peine il se traî­nait aux leçons de caté­chisme et aux exer­cices pré­pa­ra­toires à la pre­mière com­mu­nion. Être malade tout juste avant le jour de la pre­mière com­mu­nion ? Ah non ! Cela ne pou­vait être, main­te­nant qu’il allait enfin rece­voir Jésus ! Ain­si rai­son­nait le vaillant gar­çon.

Pen­dant deux, trois jours, Léon réus­sit à cacher son mal. Bien­tôt il n’y tint plus. Une nuit, il gémis­sait si fort, que sa maman l’entendit. Vite elle se leva et alla voir ce qui se pas­sait. Quelle ne fut pas sa frayeur en voyant que son cher Léon avait si mal ! S’inquiétant, elle appelle tout de suite le doc­teur qui constate une appen­di­cite, et ordonne l’opération, si ce n’est pas déjà trop tard !

Communion à un malade - Léon est malade ; le docteur l'examineLéon pro­teste, natu­rel­le­ment, mais

Auteur : Jourdan, Juliette | Ouvrage : Et maintenant une histoire II, Quelques fêtes de saints .

Alors ? Votre voi­sin, l’pé Joseph, com­ment va-t-il, Madame Grin­cette ?

lecture en ligne - saint Joseph statue— Il baisse… il baisse… A mon avis, il baisse de plus en plus, ma pauvre amie… Je ne crois pas qu’il reprenne jamais son rabot, à moins que ce ne soit pour faire son propre cer­cueil !

— Le failli homme… Il ne lais­se­ra point de regrets… un mécréant… un mal com­mode…

— Jamais les pieds à l’église…

— Ah ! si… par­don, le jour de la saint Joseph… il allait mettre un bou­quet de fleurs à la sta­tue.

— Et vous croyez que le bon Dieu en était flat­té ?… Qu’il ne Le priait seule­ment pas ! »

Tan­dis que, sur la place, les deux com­mères fai­saient son pro­cès, le père Joseph, seul, dans son fau­teuil, sou­pi­rait. Une seule pièce lui ser­vait à la fois de chambre, de cui­sine et d’atelier… Le bois brut et les outils voi­si­naient avec les meubles, et cela fai­sait un bizarre décor.

Mais en vain le chêne et le sapin déga­geaient-ils leur âcre par­fum, le vieux menui­sier n’avait plus la force de sai­sir son rabot pour les tra­vailler.

Der­rière la porte, invi­sible, le diable mon­tait la garde. Pen­dant soixante ans, il avait réus­si à tenir le bon­homme éloi­gné de l’Église ; il eût été cruel pour l’esprit malin que le père Joseph lui échap­pât à l’heure der­nière.

***

Sou­dain, on frap­pa : toc… toc…

« Qui est la ? ›› s’inquiéta Satan.