Vivent les  Santons !
Laure. — Puisque nous parlons de Noël, venez tous, les amis, regarder notre crèche.

Michèle. — Le ravissant petit Jésus, blond et rosé, couché sur la paille !

Christine. — Et la Vierge, sa
Sainte Reine (236-251)
Non loin de la pittoresque ville de Semur en Côte-d'Or, se trouve une bourgade modeste : Alise Ste-Reine.

C'est l'antique Alésia dont le nom est entré dans l'histoire. On sait que c'est là, qu'après
Dans les coffres du roi Melchior
Épiphanie
Sa maigre figure de petite fille misérable collée aux barreaux de la grille en bois doré, Azia suit de ses yeux tristes, un peu bridés, le remue-ménage insolite du palais royal.
Roche-Brune
Pénitence.
Non, pour sûr, ils ne l'auront pas ! Elle est à nous : nous la garderons ! affirment les gens de Durhaut en descendant la côte.

— Non, pour sûr, ils ne l'auront pas ! clament les gens de Durbas
L'écu du baptême


Joseph Frank frappa son rabot contre l'établi pour le débarrasser des copeaux, et, d'un geste de la main, fit tomber la sciure de ses cheveux bouclés.

« Père, c'est l'heure où le travail s'arrête

Et maintenant une histoire ! Posts

Auteur : Par un groupe de pères et de mères de familles | Ouvrage : Histoire Sainte illustrée .

Temps de lec­ture : 8 minutes

XX

Colette est seule au logis. Il lui faut encore se rési­gner chaque jour à quelques heures de chaise-longue à l’ombre d’un bos­quet d’o­li­viers. Et par­fois, mal­gré la vaillance de son sou­rire, elle a des ins­tants de « cafard » ; il lui semble alors qu’elle ne mar­che­ra plus jamais tout à fait comme avant son acci­dent.

Aujourd’­hui, c’est tout juste si elle ne cède pas un peu au décou­ra­ge­ment, quand, à tra­vers un buis­son, paraît le mince visage de Yamil.

S’ou­blier pour pen­ser aux autres, Colette sait que c’est le remède à tous les maux ; elle dit :

— Est-ce Maria­nick qui t’en­voie ?

— Oui, dami­selle. Maria­nick dire : Va, toi moins ter­rible après…

Et le petit Bédouin prend un sou­rire heu­reux, mais dont la malice n’est pas exclue.

Colette rit aus­si, puis, conci­liante :

— Alors mets-toi là, sur la natte. Seule­ment que vais-je te racon­ter ?

Colette se plonge dans un monde de réflexions. Tout à coup elle se décide :

— Je vais te dire deux his­toires , qui sont très belles toutes les deux, et qui font encore par­tie de l’His­toire Sainte.

Yamil reste immo­bile, mais un rayon­ne­ment de bon­heur éclaire le ton bistre de son étrange petite figure.

— Donc, il y a bien, bien long­temps, vivait un homme très bon. Il s’ap­pe­lait Job. Il était riche, avait une nom­breuse famille, si bien que son bon­heur était com­plet.

Au milieu de toutes ses joies, Job ser­vait Dieu avec une admi­rable fidé­li­té, ce qui met­tait le démon en rage, et le démon osa dire au Bon Dieu : « Job te sert parce que tu as béni l’œuvre de ses mains et que ses trou­peaux couvrent la terre. Mais étends la main, touche à ce qui lui appar­tient, et on ver­ra s’il ne te mau­dit pas .»

Le Bon Dieu connais­sait le cœur de Job ; sans hési­ter, il per­mit au démon de le ten­ter, pour voir s’il res­te­rait fidèle.

Alors, on vint apprendre à Job que ses trou­peaux étaient détruits par un peuple voi­sin, que ses ser­vi­teurs étaient tués.

Le mes­sa­ger de mal­heur par­lait encore, qu’un autre arrive disant : « Le feu du ciel a détruit tes bre­bis et ce qui res­tait de tes ser­vi­teurs. »

Job le juste tourmenté par sa femmeUn troi­sième mes­sa­ger accourt ; il annonce qu’un grand vent a secoué les quatre coins de la mai­son ; qu’elle s’est écrou­lée, ense­ve­lis­sant tous les enfants du pauvre Job.

Alors, dans sa dou­leur épou­van­table, que crois-tu, Yamil, que Job ait dit aux mes­sa­gers ?

— Li dire trop mal­heu­reux, vou­loir mou­rir aus­si, pas pos­sible pour pauvre Job res­ter seul sur terre.

— Non, ce n’est pas ça que Job a dit. Écoute :

« Le Sei­gneur m’a­vait tout don­né, le Sei­gneur m’a tout repris. Que le Sei­gneur soit béni ! »

— Yamil pas com­prendre. Tu dis, dami­selle ?

— Que Job, au lieu de se fâcher, de mur­mu­rer ou de se déses­pé­rer, a accep­té, en la bénis­sant, la volon­té du Bon Dieu.

— Ça, trop beau pour Yamil.

— Et pour­tant, mon petit, ce n’est pas tout. Puisque Job res­tait fidèle après la perte de ses enfants et de ses biens, le démon obtint encore de Dieu la per­mis­sion de le ten­ter davan­tage.

La lèpre enva­hit le corps de Job ; per­sonne ne vou­lait plus s’ap­pro­cher de lui. Ses amis et sa femme lui repro­chaient sa sou­mis­sion.

Auteur : Par un groupe de pères et de mères de familles | Ouvrage : Histoire Sainte illustrée .

Temps de lec­ture : 8 minutes

XIX

Colette, appuyée sur l’é­paule de son père, fait ses pre­miers pas.

Tous deux causent, en allant tout dou­ce­ment sous les arbres, d’un fau­teuil à l’autre. On parle des enfants, de Yamil.

— Si vous saviez comme il se trans­forme, papa. C’est déli­cieux de lui apprendre son caté­chisme et son His­toire Sainte. Seule­ment, ces jours-ci, je vais avoir besoin de vous.

— Pour faire le caté­chisme à Yamil ! Ah ! non, par exemple ! Je serais inca­pable de gar­der ma patience.

— Ça, je n’en suis pas sûre ! Mais ce n’est pas de Yamil, cette fois, qu’il s’a­git. Je vou­drais pour nos trois petits une expli­ca­tion claire sur le rôle des pro­phètes dans l’His­toire Sainte. Pierre nous a don­né l’autre jour une défi­ni­tion un peu fan­tai­siste. Seule­ment, voi­là ! je ne sais pas com­ment m’y prendre.

— Et moi non plus.

— Oh ! papa, ne soyez pas taquin. Pensez‑y un peu. Ce sera pour après le déjeu­ner.

— À l’heure de la sieste ? Tu as juré que je les endorme tous !

— Nous ver­rons bien, conclut Colette avec son charme irré­sis­tible.

Allez donc refu­ser quelque chose à Colette ! Son père en est tout à fait inca­pable. L’heure venue, il s’exé­cute, non sans avoir dit avec un gros sou­pir :

— Colette s’est mis en tête que je vous fasse un cours d’his­toire. En plein midi, mes pauvres enfants, nous dor­mi­rons tous dans cinq minutes. Moi le pre­mier.

— Non, non, crient les deux petits en sau­tant ensemble sur les genoux de leur oncle, on vous réveille­ra, nous deux ! Quelle leçon vous allez dire ?

— D’a­bord répon­dez à mes ques­tions. C’est moi l’é­lève, vous les pro­fes­seurs.

— Quelle chance ! crie Nicole enchan­tée.

Mais Bru­no lève son petit doigt et arron­dit deux yeux sévères :

— Gare, si vous êtes pas sage !

Papa prend un petit air contrit pour dire :

— Je vais essayer. Alors s’il vous plaît, mon­sieur Bru­no, je vou­drais savoir ce que c’est qu’un ambas­sa­deur ?

Bru­no devient tout à coup mal­heu­reux et met son pouce dans sa bouche.

Élie ressuscite le fils de la veuve de Sarepta

Alors papa se tourne vers Nicole.

— Made­moi­selle, qu’est-ce que c’est qu’un ambas­sa­deur ?

Nicole ferme à moi­tié les yeux… mais ne répond pas.

— Mes pro­fes­seurs ne sont pas calés. Pierre, en sais-tu davan­tage ?

— Un ambas­sa­deur, c’est… c’est quel­qu’un qui est envoyé par un grand per­son­nage pour le repré­sen­ter.

— Ah ! tout de même ! Ajoute : il est par­fois char­gé de mis­sions spé­ciales et décide au nom de son sou­ve­rain. La parole d’un ambas­sa­deur vaut celle du roi, de l’empereur, du pré­sident, etc…

Auteur : Par un groupe de pères et de mères de familles | Ouvrage : Histoire Sainte illustrée .

Temps de lec­ture : 11 minutes

XVIII

Colette ! Colette ! si tu savais ! Papa m’emmène, je pars en avion pour Jéru­sa­lem.

Et tu ne devi­ne­rais jamais qui vient encore ?

— Pas les petits ?

— Non, maman ! Tu entends bien, maman ! C’est à n’y pas croire. Pour une fois, elle ne res­te­ra pas à gar­der la mai­son, tout en guet­tant les nuages, l’o­rage, la pluie et tout ce qu’elle peut bien inven­ter pour se tour­men­ter. Papa l’emmène, l’Oi­seau est en plein ren­de­ment. Nous par­tons tous les trois. Dis un peu si c’est chic !

Pierre, dans son enthou­siasme, oublie que d’i­ci des semaines encore, Colette sera pri­vée de mou­ve­ment et ne remarque pas une lueur de tris­tesse dans, les jolis yeux de sa sœur.

Mais Colette est vaillante. Elle dit gaie­ment :

— Oh ! que je suis contente ! Vous nous rap­por­te­rez des cartes pos­tales pour les petits.

— Au moins cent ! Et Pierre s’en­fuit à toutes jambes vers le han­gar.

Ce brusque départ, moti­vé par une affaire urgente du père de famille, fut pen­dant deux jours l’ob­jet de toutes les conver­sa­tions.

Nicole et Bru­no n’ont pas ces­sé de se dis­pu­ter. L’un veut que Jéru­sa­lem soit au nord, l’autre au sud. Les expli­ca­tions de Gene­viève et de Colette n’ar­rivent pas à mettre le calme, et quand petit Pierre, triom­phant, atter­rit au retour, il est assailli d’une telle quan­ti­té de ques­tions, qu’il déclare :

— Tai­sez-vous mais tai­sez-vous donc ! Vous serez cause que je vais faire un méli-mélo for­mi­dable, et je ne vous racon­te­rai rien du tout.

— Dis au moins si tu as rap­por­té des cartes pos­tales.

— Vous les ver­rez après dîner. Nous sommes morts de faim.

Après dîner ! C’est bien long d’at­tendre jusque-là. Enfin, voi­ci la petite table ins­tal­lée près du divan de Colette, et puis la carte ouverte, et puis le gros paquet de cartes pos­tales. Ce qu’on va s’a­mu­ser ! Nicole en tré­pigne.

Bernard et Colette parcourent les pays de la bible en avion

— Voyons, presse-toi un peu, Pierre. Alors vous êtes par­tis d’i­ci, pour aller où ?

— Vers le sud. L’une des pre­mières villes sur­vo­lées, c’est Tyr.

— C’est moi qu’ai gagné, hurle Nicole. C’est au sud !

Pierre ne com­prend rien à cette explo­sion.

— Mais bien sûr, la ville de Tyr est au sud, où vou­drais-tu qu’elle soit ? C’est joli, si tu savais, voi­là la pho­to : une ville qui s’é­tage sur les contre­forts du Liban et se baigne dans la mer. Et puis là, au beau milieu des flots, sur un rocher tout seul, ce vieux châ­teau en ruines avec sa fière allure.

Maman pré­cise :

— C’est un ancien châ­teau bâti par les Croi­sés, et vous n’i­ma­gi­nez pas le pit­to­resque de ce site.

— De Tyr, nous avons encore un peu lon­gé la mer et puis, sur­vo­lant le Liban, ton père, Colette, a piqué vers la val­lée du Jour­dain. À ce moment, voi­là Pierre qui m’ex­hibe une carte et qui me confie :

— À nous deux, maman. Où sommes-nous par rap­port à l’His­toire Sainte ?

Nous consul­tons la carte, et je constate que nous attei­gnons les limites du royaume d’Is­raël. Mais je veux que Pierre lui-même vous raconte la suite.

— Maman venait donc de nom­mer le royaume d’Is­raël. Autant me par­ler de l’empire de Chine ! Je n’a­vais plus la moindre idée de ce dont il s’a­gis­sait.

Maman essayait de réveiller mes sou­ve­nirs :

— Voyons, tu sais pour­tant qu’à la mort de Salo­mon, le Peuple de Dieu se divi­sa.

— Peut-être ! En tous cas, était-ce la joie de « rou­ler dans l’air », impos­sible de rien me rap­pe­ler.

Alors la pauvre maman m’a tout redit, comme quand j’é­tais petit. Elle m’a expli­qué qu’à la mort de Salo­mon, en puni­tion de ses fautes, dix tri­bus d’Is­raël se révol­tèrent contre son fils Roboam, et prirent pour roi l’in­ten­dant de Salo­mon, Jéro­boam, tan­dis que deux tri­bus seule­ment demeu­raient au royaume de Juda, avec Jéru­sa­lem et son Temple. Et ce qui deve­nait pas­sion­nant, c’est que nous com­men­cions à sur­vo­ler tout le pays où s’é­ta­blit en grande par­tie ce royaume d’Is­raël. Nous allions le tra­ver­ser dans toute sa lon­gueur jus­qu’à Béthel, que nous sur­vo­le­rions juste avant d’ar­ri­ver à Jéri­cho.

Auteur : Coincy, Gautier de | Ouvrage : Les plus beaux miracles de la Vierge .

Temps de lec­ture : 5 minutesChevalier soupirant après son amour

Il était un beau che­va­lier qui ne rêvait que tour­nois et fêtes. Une dame occu­pait sa pen­sée, ses soins, qui ne le payait pas de retour et se mon­trait d’au­tant plus rebelle qu’il la sup­pliait davan­tage et la sou­hai­tait plus ardem­ment. C’est pour­quoi, las et per­dant cou­rage, il por­ta sa peine devant un saint homme d’ab­bé.

« Sire, lui confia-t-il, d’au­cunes ont un cœur de plomb, mais celle que j’aime en a un de fer. Depuis que je la connais, je ne mange ni ne bois ou ne repose. Et je vais, j’en suis sûr, mou­rir de male mort, si vous ne me sau­vez. »

L’homme de Dieu connut la gra­vi­té du cas. Il sut que, pour de tels maux, il n’est point de médi­ca­tion tem­po­relle. Aus­si jugea-t-il bon de ne pas com­battre de front l’ad­ver­saire et de faire appel à la grâce et à la misé­ri­corde infi­nie du Christ et de la mère du Christ. Il ordon­na au péni­tent de dire cent cin­quante fois par jour, durant une année « le doux salut de Notre-Dame ». Mais il dou­ta que le jeune homme eût la force d’ob­ser­ver un tel com­man­de­ment, il crai­gnit la séduc­tion du monde pour un cœur géné­reux et vif. Et une ardente volon­té déjoua sa vieille pru­dence.

Du Chevalier à qui Notre-Dame s'apparut

Auteur : Par un groupe de pères et de mères de familles | Ouvrage : Histoire Sainte illustrée .

Temps de lec­ture : 9 minutes

XVII

Et le len­de­main, et les jours sui­vants, Yamil est reve­nu.

Maria­nick n’y com­prend rien et n’est pas loin de pen­ser que Colette lui a jeté un sort, mais un bon sort, à la manière des anges gar­diens.

Tou­jours est-il qu’ac­crou­pi et inva­ria­ble­ment silen­cieux, le petit Bédouin ne perd pas une parole des leçons d’His­toire Sainte. D’ailleurs Nicole et Bru­no sont tout aus­si inté­res­sés.

Ce matin, Nicole, à peine arri­vée, ques­tionne :

— Quand David a été tout à fait roi, il est deve­nu très puis­sant, je pense ? Et il est tou­jours res­té bon ?

Il a eu ses gran­deurs et ses fai­blesses. Ce fut d’a­bord un roi guer­rier. Il orga­ni­sa une armée de 288 000 hommes, dont 25 000 tou­jours prêts à mar­cher, et sa puis­sance s’é­ten­dit de l’Eu­phrate au Nil.

Pour épouser Bethsabée, David envoie Urie au combatC’est alors qu’il se lais­sa gri­ser par cette puis­sance même. Il oublia qu’il la devait à Dieu seul. C’est vite fait de glis­ser sur la pente du mal. David com­mit alors un péché très grave. Les com­man­de­ments de Dieu défen­daient, — dans ce temps-là comme aujourd’­hui, — d’é­pou­ser une femme déjà mariée et dont le mari vivait. Or David aimait Beth­sa­bée, la femme d’U­rie, l’un de ses meilleurs offi­ciers.

Il don­na exprès à cet offi­cier un poste très dan­ge­reux. Urie fut tué et David, qui s’é­tait ain­si débar­ras­sé indi­gne­ment de son rival, épou­sa Beth­sa­bée. Remar­quez en pas­sant, mes petits, que ceux qui ont écrit l’An­cien Tes­ta­ment ne cachent jamais les fautes com­mises par les meilleurs per­son­nages. C’est une preuve de plus que tout est vrai dans l’His­toire Sainte. Vous devi­nez que Dieu ne lais­sa pas impu­ni le crime de David. Il lui envoya le pro­phète Nathan pour le lui repro­cher et lui annon­cer les châ­ti­ments qui en résul­te­raient.

— Oh ! dit Nicole, David a fait un très, très grand péché, à sa place j’au­rais eu une peur !…

— David a eu beau­coup de cha­grin, quand il com­prit com­bien sa faute avait offen­sé le Bon Dieu.

Il la pleu­ra toute sa vie et com­po­sa des prières et des chants admi­rables, qui disent son repen­tir et sa confiance en la misé­ri­corde du Bon Dieu. Il se sou­mit à toutes les péni­tences que Dieu lui impo­sa, et par là il devint très saint.

Son fils, Absa­lon, se révol­ta contre lui et mou­rut dans sa révolte. Vous devi­nez la peine incon­so­lable du roi.

Puis, trois années de famine firent périr soixante-dix mille Israé­lites. Croyez-vous que David ne souf­frit pas de pen­ser qu’il avait atti­ré de tels châ­ti­ments sur son peuple ?

Enfin, il sen­tit venir la mort et dési­gna son fils Salo­mon pour lui suc­cé­der. Il le fit sacrer roi par le grand prêtre Sadoc, et le peuple l’ac­cla­ma.

David aurait bien vou­lu, avant de mou­rir, faire construire un temple magni­fique pour y mettre l’Arche d’Al­liance et ame­ner son peuple à y ado­rer Dieu ; mais il se sen­tait indigne d’une pareille tâche. Il don­na à Salo­mon tous les ordres néces­saires pour la construc­tion du temple et mou­rut pai­si­ble­ment. Le Bon Dieu, tou­ché de son repen­tir, lui avait depuis long­temps par­don­né. Il fut enter­ré à Jéru­sa­lem.