Révolution et résistance catholique
∼∼ XXVII ∼∼
La chère vieille maison est retrouvée. Quelles délices ! Toutes les fenêtres sont ouvertes au soleil ; les petites filles s'essoufflent à entasser dans les armoires le
L'Église et la Renaissance
∼∼ XXI ∼∼
De loin en loin, durant ce long voyage, le bon Curé de L... a écrit à ses paroissiens, qui le tiennent d'ailleurs fidèlement au courant de leurs projets de retour.

Un soir, Colette
La galette et les rois mages
Qui ne connaît l’histoire des rois mages qui, guidés par une étoile, se rendirent à Bethléem rendre hommage à l’Enfant Jésus ?

Le premier s’appelait Gaspard. Il avait le teint clair des
Activités manuelles : Village (3) — la mairie et l'école
Imprimer la feuille (au format A4 ou même A3) et suivre les instructions.

[wpfilebase tag=file id=47 tpl=simple /]
La merveilleuse visite à la Salette
Au bord du lac
Qu'elle est belle, cette route Napoléon ! Elle longe le beau lac de Laffrey, aux reflets d'azur... Voici maintenant le lac de Pétichet moiré d'argent, plus loin, le

Et maintenant une histoire ! Posts

Auteur : Par un groupe de pères et de mères de familles | Ouvrage : Histoire Sainte illustrée .

Temps de lec­ture : 10 minutes

XXIV

Après la ran­don­née de Baby­lone, qu’il fait donc bon, en vacances, au logis.

Ber­nard jouit de sa fin de per­mis­sion comme un vrai col­lé­gien. Il vient d’en­trer à la cui­sine et, sans plus de façon, empoigne par les épaules Marianick.

— Qu’est-ce qui te prend ?

— Je t’emmène, là, dehors, un ins­tant. J’ai quelque chose à te faire voir. Il y en a juste pour deux minutes.

Riant et mau­gréant à la fois, Maria­nick se laisse entraîner.

Dans la prai­rie l’a­vion repose.

— Je ne veux pas aller voir ton oiseau de mal­heur. C’est des inven­tions du diable !

— Maria­nick, la calom­nie est un péché. Je veux que tu regardes, au moins une fois, cet oiseau que tu détestes sans savoir pourquoi.

— Sans savoir pour­quoi ? Il a peut-être pas cas­sé la jambe de Colette ?

— Ça, c’est un acci­dent. Les car­rioles qui vont au par­don de Sainte-Anne ont aus­si des accidents…

Maria­nick n’a­vait pas pré­vu cette réponse ; elle avance, un peu ennuyée, vers l’a­vion, qui a l’air bien tran­quille, et même un peu pataud, là, sur la prairie.

— Voyons, reprend Ber­nard, pour­quoi ce pauvre oiseau a‑t-il le don de te mettre à l’envers ?

Regarde les sièges. Tiens, je vais t’ai­der, entre dans la car­lingue et assieds-toi.

— M’as­seoir là-dedans ! Jamais de la vie ! Y a s’ment pas ou mettre un pou­pon, tant que c’est petit.

— Maria­nick, voi­là main­te­nant que tu vas faire un men­songe. Assieds-toi, tu verras.

Et sans trop savoir com­ment, Maria­nick se trouve très confor­ta­ble­ment ins­tal­lée dans un excellent fau­teuil de cuir.

— Tu ne diras plus qu’on y est mal. Appuie-toi bien. C’est ça . Vois comme je suis bien aus­si, mon manche à balai res­semble tout bon­ne­ment au volant d’une auto.

Si Maria­nick pou­vait voir le sou­rire de Ber­nard ! Mais vrai­ment, on est bien, les cuirs sont jolis, et elle s’a­muse presque à tout regar­der, quand il lui semble éprou­ver un léger mouvement.

Marianick en avion jusquà Jérusalem
Ber­nard, entends-tu ? Bernard !!!

— Ber­nard, qu’est-ce que tu fais ?

— Rien du tout, je déplace un peu l’oi­seau ; il roule sur ses roues comme une
voi­ture. Je vais le ran­ger là, à côté, bien à l’ombre.

Mais, ô hor­reur, le nez de l’a­vion se redresse et la prai­rie semble tout d’un coup s’é­loi­gner. Maria­nick, cram­pon­née des deux mains aux bras du fau­teuil, hurle :

— Ber­nard, tu es un vrai démon ! Sainte Vierge Marie ! des­cends tout de suite ! Ah ! bonne sainte Anne ! Si c’est pas hon­teux, à ton âge, de trom­per les gens… Non, mais v’là les nuages qu’approchent !

Auteur : Par un groupe de pères et de mères de familles | Ouvrage : Histoire Sainte illustrée .

Temps de lec­ture : 13 minutes

XXIII

Voi­ci juillet et les vacances, dou­ble­ment joyeuses, car Ber­nard va aus­si avoir sa per­mis­sion. Colette a repris sa vie, encore un peu au ralen­ti ; mais elle va et vient, sans trop de fatigue, tout au bon­heur de cette réunion.

Un beau soir, la sur­prise des jeunes est intense en voyant un car, de taille moyenne, s’en­ga­ger dans l’al­lée du jardin.

— Qu’est-ce qu’il fait ? crie Jean de sa fenêtre.

— Y se trompe, riposte Pierre du jardin.

— Qu’est-ce que c’est que ça ? demande Nicole, un car vide !

Et Bru­no accourt tout essoufflé :

— As-tu vu cette grande voiture ?

Au milieu de ce concert d’ex­cla­ma­tions, papa passe sans se trou­bler. Chose incroyable, il va au-devant du car, parle au chauf­feur comme s’il le connais­sait et, c’est un comble, le conduit au garage, der­rière la maison.

En une seconde, toute la bande est sur ses talons. Papa ne semble pas s’en apercevoir.

Il appelle Maria­nick, pour qu’elle prenne soin du chauf­feur, et sif­flo­tant, les mains dans ses poches, retourne à la maison.

Jean lui-même, devant cette atti­tude, hésite à ques­tion­ner son père. Mais Colette, aler­tée par le bruit, est sur la porte et crie :

— Qu’est-ce que ce car vient faire ici, papa ?

— Le chauf­feur me dit que tu l’as fait demander.

— Moi ! (Colette éclate de rire.) Racon­tez vite, papa, pour­quoi vous l’a­vez fait venir ?

Papa, très sérieusement :

— Mais puisque je te dis que le chauf­feur n’est ici qu’à tes ordres.

L’a­ven­ture prend une tour­nure palpitante.

La bande écoute, le cœur battant.

— Voyons, papa, ce n’est pas pos­sible. Ne vous moquez pas,… un car à mes ordres…

— Va toi- même par­ler au chauffeur.

— Hé bien, j’y vais ! Est-il besoin d’a­jou­ter que Colette n’y va pas seule et qu’elle en revient ahu­rie : posi­ti­ve­ment, le car a été deman­dé en son nom, pour une excur­sion le lendemain.

Alors papa révèle la clef du mystère :

— Voi­là, ma grande fille : tu viens de pas­ser deux mois très pénibles, pen­dant les­quels tu as sur­tout pen­sé aux autres. Ta maman et moi avons réso­lu de te faire une petite joie. Nous avons ce car pour cinq jours. Tout le monde est en vacances. En route demain, pour où tu vou­dras, à condi­tion seule­ment que nous allions vers un des points où j’ai des affaires à trai­ter parce que je ne pos­sède pas le moyen de vous offrir des voyages de pur agrément.

On ima­gine la soi­rée qui suit. La carte étu­diée dans tous les sens, c’est déci­dé­ment à Baby­lone qu’on ira. Puisque Baby­lone est sur la liste de son père, Colette, son­geant aux petits, pense que ce sera un mer­veilleux voyage pour leur faire apprendre les der­nières époques, si com­pli­quées, de leur His­toire Sainte.

. . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .

Impos­sible de ne pas revoir Damas, toute blanche, dans ses fon­taines et ses bois, au milieu du désert, avant de s’en­ga­ger dans la plaine indé­fi­nie, mono­tone et triste que suit la « pipe-line ». Jean et Ber­nard s’in­té­ressent pro­di­gieu­se­ment à cette ligne de tubes énormes qui amènent aux grands ports le pétrole de l’Irack.

Qu’on est loin, avec ces inven­tions modernes, du temps de l’exil des Juifs,… ou plu­tôt, non, comme on en est près !

Car c’est à tra­vers des sables et des champs tout pareils à ceux-ci qu’ils ont pas­sé. Le désert, un peu au sud, est celui qu’ils ont dû tra­ver­ser, et alors, comme aujourd’­hui, leurs cara­vanes se suc­cé­daient len­te­ment. Les cha­meaux por­taient des charges sem­blables à celles qui s’é­tagent sur le dos des longues files de dro­ma­daires qui passent là-bas, indif­fé­rents, mar­quant le sable de leur pas balancé.

On couche à Rout­ba, le car­re­four des pistes du désert. Les Anglais l’ont for­ti­fiée et tout voya­geur s’y arrête pour faire viser ses passeports.

Puis, c’est de nou­veau l’é­ten­due déser­tique jus­qu’à Rama­di, pauvre oasis de pal­miers, per­due dans cette ari­di­té. Encore cent douze kilo­mètres, et, sur le bord du Tigre, Bag­dad, ses sou­ve­nirs, ses mar­chés, ses bazars. Le temps manque pour visi­ter, quel dom­mage ! En route encore, mais pour Baby­lone, cette fois.

Auteur : Par un groupe de pères et de mères de familles | Ouvrage : Histoire Sainte illustrée .

Temps de lec­ture : 5 minutes

XXII

— C’est pas de jeu, Colette.

— Qu’est-ce qui n’est pas de jeu ?

— Mais tu n’as pas tout dit.

Et la tête de Pierre appa­raît à hau­teur de la fenêtre, entre deux grosses touffes de roses rouges.

La seconde d’a­près, on entend cra­quer les branches et deux autres minois sur­gissent, au milieu des fleurs. Puis, avant que Colette ait eu le temps de pro­tes­ter, Pierre fait un réta­blis­se­ment savant et se trouve à l’in­té­rieur, sui­vi de Nicole qui se hisse plus péni­ble­ment. Bru­no seul est res­té en route.

Colette crie :

— Veux-tu bien faire le tour par la porte ! Il ne va rien res­ter du rosier. Vous êtes insup­por­tables. Pierre, pour­quoi entraînes-tu les petits dans ces escapades ?

Pierre reste un peu honteux.

— Je n’y ai pas pensé.

— Penses‑y une autre fois. Regarde la robe de Nicole.

Un bout de mous­se­line déchi­rée pend au-des­sus du genou, et Nicole le contemple, un peu rouge, en silence. Elle dit enfin :

— Gronde pas, tate. C’est si amu­sant de grim­per dans les rosiers !

— Et ce-sera amu­sant pour maman de rac­com­mo­der ta robe ?

— Non,… mais c’est pas maman qui le fera.

— Qui donc alors ?

Nicole jette les bras autour du cou de Colette.

— Ce sera toi !

— Fri­ponne ! en voi­là une conclu­sion ! Écoute, mon petit Nicou, je devrais sérieu­se­ment te gron­der, parce que tu fais tout ce qui te passe par la tête, sans pen­ser à ce qui s’en­sui­vra. T’a-t-on, oui ou non, défen­du de grim­per par les fenêtres ?

Les enfants viennent écouter l'Histoire sainte
C’est pas de jeu, Colette.

Nicole, décon­fite :

Auteur : Par un groupe de pères et de mères de familles | Ouvrage : Histoire Sainte illustrée .

Temps de lec­ture : 8 minutes

XXI

— Dis donc, Colette, tu n’au­rais pas cinq minutes ?

Colette, qui s’af­faire autour d’un patron éten­du sur la table, pose ses ciseaux avec un peu d’impatience.

— Oh ! mon petit Pierre, songe qu’il faut que cette robe soit prête pour Nicole dans trois jours… Que me veux-tu ?

Pierre est arrê­té dans son élan. Pauvre Colette, tout de même ! C’est vrai qu’on en abuse un peu quelquefois.

— Ça va bien ! Je revien­drai plus tard. C’é­tait pour une composition…

Une com­po­si­tion, c’est grave ! Colette retient son petit frère.

— Quelle composition ?

— D’ins­truc­tion reli­gieuse. C’est pour demain. Je vais la rece­voir du col­lège et je suis presque sûr qu’on nous don­ne­ra jus­te­ment un devoir sur la der­nière par­tie de l’His­toire Sainte. Or je me suis aper­çu l’autre jour, en allant à Jéru­sa­lem, que je la savais très mal. Si maman ne m’a­vait pas tout rabâché !…

— Rabâ­ché ! Oh ! Pierre ! Et tu vou­drais que je « rabâche » aussi !

— Mais puisque tu ne peux pas, à cause de ce bout d’é­toffe à couper.

— On tâche­ra de faire les deux. Que veux-tu étu­dier au juste ?

Pierre extrait de sa poche, en même temps que trois inter­mi­nables bouts de ficelle, un crayon cas­sé, deux mor­ceaux de pierre, un bout de savon, etc., un livre dont les angles sont inexis­tants et les pages ter­ri­ble­ment jaunies.

Colette, moi­tié riant, moi­tié grondant :

— C’est ça, ton His­toire Sainte ?

— Que veux-tu, elle a ser­vi à tout le monde avant d’être à moi.

Carte de la bible - Royaume d'Israël et de JudaEt Pierre cherche conscien­cieu­se­ment, avec son pouce, le cha­pitre désiré.

— Voi­là ! Royaume de Juda. Si tu pou­vais m’ex­pli­quer ça. Ces deux royaumes,… je n’y com­prends rien de rien.

— Essayons. Passe-moi ton livre. Nous redi­sons d’a­bord que dix tri­bus sur douze s’é­taient sépa­rées du fils de Salo­mon, Roboam, pour for­mer le royaume d’Is­raël. C’est cela que maman t’a fait étu­dier presque sur place. Mais je t’ac­corde que l’his­toire de ces deux royaumes est pas­sa­ble­ment embrouillée.

Alors, pre­nons le prin­ci­pal, tu sai­si­ras mieux le reste en l’é­tu­diant ensuite.

Ain­si, le Peuple de Dieu était désor­mais divi­sé en deux royaumes qui se dis­pu­taient sou­vent. Les rois d’Is­raël furent presque tous mau­vais et entraî­nèrent sou­vent leurs sujets dans une gros­sière idolâtrie.

Plus petit, le royaume de Juda avait le pri­vi­lège de gar­der Jéru­sa­lem avec son Temple unique, où tous les Juifs devaient ado­rer Dieu. C’é­tait ce royaume qui conser­vait les pro­messes faites à la tri­bu de Juda, d’où devait naître le Messie.

Ses rois furent tous des des­cen­dants de David, et il y en eut de très bons, mais aus­si com­bien de mau­vais ! Chaque fois que la Bible en nomme un nou­veau, elle lui donne comme une bonne ou une mau­vaise note. « Il fit ce qui est bien devant Dieu ; » ou, au contraire : « Il fit ce qui est mal devant Dieu. »

Arbre de Jessé - Les ancêtres du Christ

Auteur : Par un groupe de pères et de mères de familles | Ouvrage : Histoire Sainte illustrée .

Temps de lec­ture : 8 minutes

XX

Colette est seule au logis. Il lui faut encore se rési­gner chaque jour à quelques heures de chaise-longue à l’ombre d’un bos­quet d’o­li­viers. Et par­fois, mal­gré la vaillance de son sou­rire, elle a des ins­tants de « cafard » ; il lui semble alors qu’elle ne mar­che­ra plus jamais tout à fait comme avant son accident.

Aujourd’­hui, c’est tout juste si elle ne cède pas un peu au décou­ra­ge­ment, quand, à tra­vers un buis­son, paraît le mince visage de Yamil.

S’ou­blier pour pen­ser aux autres, Colette sait que c’est le remède à tous les maux ; elle dit :

— Est-ce Maria­nick qui t’envoie ?

— Oui, dami­selle. Maria­nick dire : Va, toi moins ter­rible après…

Et le petit Bédouin prend un sou­rire heu­reux, mais dont la malice n’est pas exclue.

Colette rit aus­si, puis, conciliante :

— Alors mets-toi là, sur la natte. Seule­ment que vais-je te raconter ?

Colette se plonge dans un monde de réflexions. Tout à coup elle se décide :

— Je vais te dire deux his­toires , qui sont très belles toutes les deux, et qui font encore par­tie de l’His­toire Sainte.

Yamil reste immo­bile, mais un rayon­ne­ment de bon­heur éclaire le ton bistre de son étrange petite figure.

— Donc, il y a bien, bien long­temps, vivait un homme très bon. Il s’ap­pe­lait Job. Il était riche, avait une nom­breuse famille, si bien que son bon­heur était complet.

Au milieu de toutes ses joies, Job ser­vait Dieu avec une admi­rable fidé­li­té, ce qui met­tait le démon en rage, et le démon osa dire au Bon Dieu : « Job te sert parce que tu as béni l’œuvre de ses mains et que ses trou­peaux couvrent la terre. Mais étends la main, touche à ce qui lui appar­tient, et on ver­ra s’il ne te mau­dit pas .»

Le Bon Dieu connais­sait le cœur de Job ; sans hési­ter, il per­mit au démon de le ten­ter, pour voir s’il res­te­rait fidèle.

Alors, on vint apprendre à Job que ses trou­peaux étaient détruits par un peuple voi­sin, que ses ser­vi­teurs étaient tués.

Le mes­sa­ger de mal­heur par­lait encore, qu’un autre arrive disant : « Le feu du ciel a détruit tes bre­bis et ce qui res­tait de tes serviteurs. »

Job le juste tourmenté par sa femmeUn troi­sième mes­sa­ger accourt ; il annonce qu’un grand vent a secoué les quatre coins de la mai­son ; qu’elle s’est écrou­lée, ense­ve­lis­sant tous les enfants du pauvre Job.

Alors, dans sa dou­leur épou­van­table, que crois-tu, Yamil, que Job ait dit aux messagers ?

— Li dire trop mal­heu­reux, vou­loir mou­rir aus­si, pas pos­sible pour pauvre Job res­ter seul sur terre.

— Non, ce n’est pas ça que Job a dit. Écoute :

« Le Sei­gneur m’a­vait tout don­né, le Sei­gneur m’a tout repris. Que le Sei­gneur soit béni ! »

— Yamil pas com­prendre. Tu dis, damiselle ?

— Que Job, au lieu de se fâcher, de mur­mu­rer ou de se déses­pé­rer, a accep­té, en la bénis­sant, la volon­té du Bon Dieu.

— Ça, trop beau pour Yamil.

— Et pour­tant, mon petit, ce n’est pas tout. Puisque Job res­tait fidèle après la perte de ses enfants et de ses biens, le démon obtint encore de Dieu la per­mis­sion de le ten­ter davantage.

La lèpre enva­hit le corps de Job ; per­sonne ne vou­lait plus s’ap­pro­cher de lui. Ses amis et sa femme lui repro­chaient sa soumission.