Étiquette : 7 janvier

| Ouvrage : Autres textes .

Saint Tharcisius.

Thar­ci­sius répon­dait la Messe au Prêtre qui la célé­brait, lorsque celui-ci deman­da quelqu’un pour por­ter l’Eucharistie à un malade, comme c’était alors l’usage. L’enfant s’avance :

« Tu es trop jeune, mon fils, lui dit le Prêtre, c’est une mis­sion aus­si périlleuse que sainte. Si les païens te ren­con­traient, qu’adviendrait-il de toi ? Il faut être prêt à tout souf­frir, même la mort, plu­tôt que de livrer ce dépôt sacré !

— Mon Père, répond Thar­ci­sius, ne crai­gnez pas de me confier le Sacre­ment du Corps du Christ, je vous réponds de le por­ter sain­te­ment et de le gar­der avec fidé­li­té. J’endurerais mille morts plu­tôt que de me le lais­ser arra­cher ! »

Devant ce cou­rage, le Prêtre, après avoir levé les yeux au ciel, bénit l’enfant et sus­pen­dit à son cou la sainte cus­tode qui conte­nait le Corps de Jésus-Christ.

Saint Tarcisius, Martyre de l'eucharistie
Les bar­bares l’assassinent à coups de pierres.

Revê­tu d’un long man­teau qui cachait son pré­cieux tré­sor, Thar­ci­sius, les mains croi­sées sur sa poi­trine, par­tit en bénis­sant Dieu de l’honneur qui lui était fait. Pres­sant avec fer­veur son Jésus sur son cœur, il mar­chait sans lever les yeux. Des païens, enne­mis achar­nés du Christ et de ses dis­ciples, aper­ce­vant cet enfant si recueilli, enve­lop­pé d’un long man­teau, se doutent de sa mis­sion :

« C’est, bien sûr, un chré­tien ! Que porte-t-il ain­si avec tant de gra­vi­té ? »

Aus­si­tôt, Thar­ci­sius est entou­ré, arrê­té.

« Montre-nous ce que tu portes ain­si ? »

Pas de réponse. Ils essaient d’ouvrir les mains croi­sées sur la poi­trine. Impos­sible : Avec des forces décu­plées, l’enfant étreint son tré­sor ! Alors, ivres de colère, ils le menacent de mort s’il ne leur montre pas, à l’instant même, ce qu’il cache ain­si ; mais offrant à Dieu le sacri­fice de sa vie, Thar­ci­sius, les yeux levés au ciel, serre plus étroi­te­ment sur son cœur son Sei­gneur et son Dieu !

Les bar­bares alors l’assassinent à coups de pierres et d’épée, et d’une main sacri­lège veulent s’emparer du tré­sor si bien défen­du.

Auteur : Goldie, Agnès | Ouvrage : Petites Vies Illustrées pour enfants .

Trois paires d'amis

Saprice et Nécéphore
∼∼∼∼∼∼∼∼∼∼∼∼

« Quels bons amis ! » disait-on, en voyant pas­ser par les rues d’Antioche, Saprice et Nécé­phore. Qu’arriva-t-il ? De quelle faute Nécé­phore se ren­dit-il cou­pable envers Saprice ?… Tou­jours est-il que ces deux hommes si liés jusque là, se brouillèrent ; bien plus, se détes­tèrent et, se haïrent. L’Évangile dit que « Caïphe et Pilate, d’ennemis qu’ils étaient, devinrent amis » ; à rebours, Saprice et Nécé­phore, d’amis qu’ils étaient, devinrent enne­mis Scan­dale pour les païens ; ne disaient-ils pas des chré­tiens : « Voyez comme ils s’aiment ! »

Nécé­phore recon­naît sa faute et court se récon­ci­lier avec Saprice ; mais Saprice refuse son par­don.

Sous Valé­rien éclate une grande per­sé­cu­tion : l’Empereur ordonne de sacri­fier aux idoles ; sinon, c’est la mort.

Saprice est arrê­té. Il a la foi, il est cou­ra­geux, et se montre brave dans les tor­tures : « Mon corps est en votre puis­sance, dit-il aux bour­reaux ; pas mon âme ! Dieu seul en est le Maître !

— Qu’il ait la tête tran­chée ! » ordonne Valé­rien.

Appre­nant la condam­na­tion de son ancien ami, qu’il a d’ailleurs recom­men­cé à aimer, Nécé­phore se place sur le che­min que pren­dra le cor­tège. Quand passe Saprice, il se jette à ses pieds : « Mar­tyr de Jésus-Christ, par­donne-moi la faute que j’ai com­mise contre toi

— Non ! »

Par une tra­verse, Nécé­phore prend de l’avance, et quand passe son ami : « Par­don ! Par­don !… Par­donne-moi, je t’en prie ! »

Saprice ne le regarde même pas. Arri­vé au lieu de l’exécution, Nécé­phore tombe aux genoux de celui qui va mou­rir, et mal­gré les moque­ries, il s’accuse encore, il sup­plie : « Ami, par­donne-moi au nom du Christ ! »

Saprice ne des­serre pas les lèvres. A-t-il donc renié la parole de Jésus : « Si au moment de pré­sen­ter ton offrande à l’autel, tu te sou­viens que ton frère a quelque chose contre toi ; — À plus forte rai­son, si c’est toi qui a quelque chose contre ton frère ; laisse là ton offrande et va, d’abord, te récon­ci­lier avec ton frère. »