RSS pour
Articles
Commentaires

Noël chouan

Histoire de Chouans à Noël pour les enfantsVoici l’histoire telle qu’on me l’a contée, un soir, au bord du Couës­non, dans cette par­tie du pays de Fou­gères qui, de 1793 à 1800, fut le théâtre de l’épopée des Chouans, et où vivent tou­jours les sou­ve­nirs des temps de grande épou­vante : c’est sous ce nom sinistre que, là-​​bas, on désigne la Révolution.

* * *

Par une nuit de l’hiver de 1795, une escouade de sol­dats de la Répu­blique sui­vait la tra­verse qui, lon­geant la lisière de la forêt de Fou­gères, com­mu­nique de la route de Mor­tain à celle d’Avranches. L’air était vif, mais presque tiède, quoiqu’on fût à l’époque des nuits les plus longues de l’année ; çà et là, der­rière les haies dénu­dées, de larges plaques de neige, res­tées dans les sillons, met­taient dans l’ombre de grands car­rés de lumière.

Les patriotes mar­chaient, les cade­nettes pen­dantes sous le bicorne de tra­vers, l’habit bleu croisé de bau­driers larges, la lourde giberne bat­tant les reins, le pan­ta­lon de grosse toile à raies rouges ren­tré dans les guêtres. Ils allaient, le dos voûté, l’air ennuyé et las, cour­bés sous le poids de leur énorme bis­sac et du lourd fusil à pierre qu’ils por­taient sur l’épaule, emme­nant un pay­san, qui, vers le soir, en embus­cade dans les ajoncs, avait déchargé son fusil sur la petite troupe : sa balle avait tra­versé le cha­peau du ser­gent et, par rico­chet, cassé la pipe que fumait un des sol­dats. Aus­si­tôt pour­suivi, tra­qué, acculé contre un talus, l’homme avait été pris et désarmé : les bleus le condui­saient à Fou­ge­rolles, où se trou­vait la brigade.

Chouan combattant les révolutionnairesLe pay­san était vêtu, en manière de man­teau, d’une grande peau de chèvre qui, ouverte sur la poi­trine, lais­sait voir une petite veste bre­tonne et un gilet à gros bou­tons. Il avait aux pieds des sabots et sa tête était cou­verte d’un gros­sier cha­peau de feutre à larges bords et à longs rubans, posé sur un bon­net de laine. Les che­veux flot­taient sur son cou. Il sui­vait, les mains liées, l’air impas­sible et dur ; ses petits yeux clairs fouillaient à la déro­bée les haies qui bor­daient le che­min et les sen­tiers tor­tueux qui s’en déta­chaient. Deux sol­dats tenaient, enrou­lées à leur bras, les extré­mi­tés de la corde qui lui ser­rait les poignets.

Lorsque les bleus et leur pri­son­nier eurent dépassé Ton­drais et fran­chi à gué le ruis­seau de Nan­son, ils s’engagèrent dans la forêt afin d’éviter les habi­ta­tions. Au car­re­four de Ser­vil­liers, le ser­gent com­manda halte ; les hommes haras­sés for­mèrent les fais­ceaux, jetèrent leurs sacs sur l’herbe et, ramas­sant du bois mort, des ajoncs et des feuilles qu’ils entas­sèrent au milieu de la clai­rière, allu­mèrent du feu, tan­dis que deux d’entre eux liaient soli­de­ment le pay­san à un arbre au moyen de la corde nouée à ses mains.

Le chouan, de ses yeux vifs et sin­gu­liè­re­ment mobiles, obser­vait les gestes de ses gar­diens : il ne trem­blait pas, ne disait mot ; mais une angoisse contrac­tait ses traits : évi­dem­ment, il esti­mait sa mort immi­nente. Son anxiété n’échappait point à l’un des bleus qui le cer­claient de cordes. C’était un ado­les­cent ché­tif, à l’air gogue­nard et vicieux ; de ce ton par­ti­cu­lier aux Pari­siens des fau­bourgs et, tout en nouant les liens, il rica­nait de l’émotion du prisonnier :

« T’effraie pas, bijou ; c’est pas pour tout de suite ; t’as encore au moins six heures à vivre : le temps de gagner une quine à la ci-​​devant lote­rie, si tu as le bon billet. Allons, oust, tiens-​​toi droit !

– Ficelle-​​le bien, Pier­rot : il ne faut pas que ce gars-​​là nous brûle la politesse.

– Sois tran­quille, ser­gent Tor­qua­tus, répon­dit Pier­rot ; on l’amènera sans ava­rie au géné­ral. Tu sais, mau­vais chien, continua-​​t-​​il en s’adressant au pay­san qui avait repris son air impas­sible, il ne faut pas te faire des illu­sions ; tu ne dois pas t’attendre à être rac­courci comme un ci-​​devant : la Répu­blique n’est pas riche et nous man­quons de guillo­tines ; mais tu auras ton compte en bonnes balles de plomb : six dans la tête, six Conti­nuez à lire »

Mots-clefs : , , , , , | Aucun commentaire »

La dis­cus­sion avait l’air sérieuse entre Pierre et Solange, ce soir-​​là. Que complotaient-​​ils donc en ren­trant de l’école ?

Chapeau de la sainte Catherine, Catherinette« Demain, c’est la « Sainte Cathe­rine », disait Solange. Suzy m’a mon­tré le bon­net qu’elle a fait pour Jeanne. Il est très beau. C’est une cas­se­role en soie rose, avec des ciseaux fen­dus aux extré­mi­tés de la queue et un mètre de ruban pour nouer sous le menton.

— Crois-​​tu que Jeanne sera contente de la fête de demain ? Depuis quelque temps elle est si triste. Je me demande pourquoi ?

— Eh bien ! moi, je crois avoir com­pris. Te souviens-​​tu du jour où Madame Dubuis est venue à la maison ?

— Il y a un mois. Oui, eh bien ?

— Quand je suis ren­trée à l’école, Jeanne avait les yeux rouges. Elle venait de pleu­rer. Depuis ce jour-​​là, elle est triste.

— Com­ment Madame Dubuis, si bonne, a-​​t-​​elle pu lui faire de la peine ?

— Je vais te dire quelque chose ; mais tu ne le répé­te­ras pas. Tu le promets ?

— Comme si les gar­çons étaient des bavards ! Enfin, puisque tu le veux, je promets. »

Solange s’approcha plus près, comme si elle crai­gnait d’être entendue.

« Tu connais Georges ?

— Le fils de Madame Dubuis ? Bien sûr, il n’y en a pas deux comme lui pour fabri­quer des sif­flets de châtaignier.

— Eh bien ! je crois que Madame Dubuis venait chez nous pour deman­der à Jeanne si elle vou­lait être la femme de Georges.

— Oh ! ce serait chic ! Et tu crois que Jeanne a dit non ? Conti­nuez à lire »

Mots-clefs : , , , | Aucun commentaire »

Ding-​​Dong… Deux petits moines, — des moi­nillons, — disent leur Ange­lus, leur béné­di­cité ; puis, tan­dis que les Pères prennent leur repas au réfec­toire, ils déballent leurs petites pro­vi­sions au pied d’une belle sta­tue de Notre-​​Dame. Demi-​​pensionnaires au Couvent des Frères Prê­cheurs (Domi­ni­cains), ils arrivent tôt, servent la messe, puis reçoivent les leçons du Père Ber­nard et l’aident dans son office de sacris­tain. Le soir seule­ment ils dévalent la col­line pour ren­trer chez eux, au vil­lage d’Alfange.

Cette his­toire se passe au Por­tu­gal, au XIIIe siècle. Voilà cent ans, ce pays était encore aux mains des Maures, venus d’Afrique, et qu’ils avaient conquis cinq siècles plus tôt. Vers le XIe siècle, Alphonse VI, roi de Cas­tille, reprit par­tiel­le­ment ce ter­ri­toire et donna ce qui était com­pris entre le Minho et le Douro à Henri de Bour­gogne, lequel prit le nom de Comte de Porto ou de Por­tu­gal. Le fils d’Henri, Alphonse-​​Henriquez, gagna sur les Maures une vic­toire déci­sive. Pour des Fran­çais, il est inté­res­sant de savoir que la reprise de Lis­bonne, en 1147, a été due en très grande par­tie à l’aide appor­tée à Alphonse Hen­ri­quez par une flotte de Croi­sés francs qui s’en allaient en Terre Sainte pour la deuxième croi­sade. Il y avait parmi eux des Cha­ren­tais, des Bre­tons, des Nor­mands, et aussi des Anglais, des Rhé­nans, des Fla­mands, tout le lit­to­ral Nord-​​Ouest de la chré­tienté. Dans cette vic­toire contre les Maures, les chré­tiens furent aidés très spé­cia­le­ment par saint Michel. On dit qu’il parut dans le ciel une aile et une main indi­quant les points où la petite armée devait por­ter l’effort, à la suite de quoi l’Ordre Mili­taire de l’aile de Saint Michel fut créé pour les Che­va­liers qui s’étaient signa­lés au com­bat ; il conti­nua à se recru­ter parmi les plus valeureux.

Nos moi­nillons étaient fils d’un de ces che­va­liers, lequel, très fervent, avait résolu de les don­ner à Dieu dès l’enfance. Bien sûr, ils ne s’engageront par vœux que plus tard, si telle était leur voca­tion, mais déjà ils portent le cos­tume domi­ni­cain : robe blanche et man­teau noir ; leurs che­veux sont taillés en cou­ronne autour d’une tête rasée. Cela ne les empêche pas d’être de braves enfants joyeux. Ils aiment cette vie monas­tique et sans doute, seraient-​​ils tou­jours res­tés au couvent, s’il ne leur était arrivé une étrange et belle aventure.

Quant à leur maître, le Père Ber­nard, il est ori­gi­naire de Mor­laàs, à 12 kilo­mètres de Pau, donc, Béar­nais. Ses parents, qui, contrai­re­ment au Che­va­lier d’Alfange, n’avaient nul envie d’en faire un moine, l’avait fiancé très jeune, alors que lui vou­lait être Domi­ni­cain. Un beau jour, il s’enfuit, non dans quelque couvent de France ; ses parents l’y retrou­ve­raient ; non au nord de l’Espagne ; la bar­rière des Pyré­nées n’est pas infran­chis­sable ; mais au loin­tain Por­tu­gal, dans le couvent de San­ta­rem, fondé par un des pre­miers com­pa­gnons de saint Domi­nique, Suero Gomez.

Coloriage Le Chapelet des enfants à Marie

« Ils reviennent d’eux-même dire ensemble des dizaines »

San­ta­rem… Reconnaissez-​​vous ce nom ? vous qui avez lu l’histoire des trois ber­gers de Fatima… San­ta­rem, ville prin­ci­pale du dis­trict ou dépar­te­ment du même nom, dont Fatima dépend. Notre-​​Dame du Rosaire n’est pas encore venue à la Cova, mais elle est déjà aimée, et com­bien ! par­ti­cu­liè­re­ment chez les Pères de San­ta­rem. En vrai Domi­ni­cain, Père Ber­nard conduit sou­vent ses élèves à la cha­pelle de Notre-​​Dame du Rosaire. Les Ave montent en guir­landes, en bou­quets… Les petits y prennent tel­le­ment goût que, sou­vent, ils reviennent d’eux-mêmes dire ensemble « des dizaines ». L’Espagne, le Por­tu­gal, ont une dévo­tion immense à la Sainte Vierge depuis que saint Jacques a évan­gé­lisé cette terre. Marie, (Notre-​​Dame del Pilar — du pilier), est vrai­ment le pilier de la foi catho­lique. Au Por­tu­gal, cette dévo­tion s’est encore for­ti­fiée par le fait que les rois du Por­tu­gal, depuis le tout pre­mier, ont choisi la mère de Dieu pour mère de la dynas­tie et de la nation. Le peuple por­tu­gais n’a pas oublié ce contrat, mal­gré tant de révo­lu­tions, et la Sainte Vierge pas davan­tage ; elle l’a prouvé !

Bref, nos moi­nillons, impré­gnés d’esprit chré­tien, catho­lique et domi­ni­cain, nos moi­nillons, vrais Por­tu­gais, vont à Marie de toute leur âme. Trop loin d’Alfange pour y cou­rir déjeu­ner près de leur mère, avec leurs petits frères et sœurs, ils vont quand même déjeu­ner en famille, avec leur mère du ciel et leur frère Jésus. A nous, l’idée ne vien­drait pas de déjeu­ner dans une cha­pelle ; ceci encore est espa­gnol et por­tu­gais.
Conti­nuez à lire »

Mots-clefs : , , , , , , , , | Aucun commentaire »

Joie

« Tout droit, la Grise… »

Et ayant, par son aiguillon, engagé la bête à prendre le petit sen­tier abrité de noi­se­tiers, où elle va pou­voir aller pour ainsi dire seule, de son pas lent et régu­lier, l’homme retombe dans ses tristes pensées.

Coeurs vaillant, aide et courage - paysan et son attelage de boeufsAh ! comme il se sent vieux et las, le père Joseph, main­te­nant que tout le poids de la ferme pèse lour­de­ment sur ses épaules ! Celui qui devait assu­rer la relève, le gars qui par­tit si cou­ra­geu­se­ment, n’est jamais revenu de la guerre. Et si la « Maouise » tra­vaille dur pour essayer d’oublier sa peine, que repré­sente, dans une ferme comme la Vois­se­tière, le tra­vail d’une femme si occu­pée déjà avec son bébé et les soins du ménage ?

Et c’est pour cela qu’en voyant tout ce qui lui reste encore à faire : les noix à gau­ler, les bet­te­raves à ren­trer, le rai­sin sur­tout à ven­dan­ger, le père Joseph sent peser plus lourd le poids du labeur qui fut si long­temps pour lui source de joie.

* * *

« Bon­soir, père Joseph. »

Perdu dans sa médi­ta­tion, le père Joseph n’a pas vu arri­ver M. Loyer, l’instituteur, qui, fai­sant office de secré­taire de mai­rie, connaît tous les habi­tants du vil­lage et cherche par tous les moyens à les aider quand il en a l’occasion.

« Faites excuse, M. Loyer, je ne vous avais pas vu.

— Je m’en suis bien aperçu. Alors, pas trop de mal pour ren­trer les betteraves ?

— Ne m’en par­lez pas, M. Loyer. Si c’est pas des mal­heurs d’être obligé de refaire pareil métier à mon âge… Oh ! c’est pas que je craigne le tra­vail, non, mais quand je pense à celui qui devrait le faire, ça m’enlève le courage.

— Man­quer de cou­rage ? Vous, père Joseph ? Allons donc, ce n’est pas possible !

— C’est pour­tant bien la vérité.

— Et si quelqu’un venait vous don­ner un coup de main ?

— Je vou­drais bien savoir qui pour­rait venir. Vous savez bien, M. Loyer, que tout le monde ici en a plus que son compte à faire.

— Je sais bien, père Joseph, mais jus­te­ment le quelqu’un à qui je pense n’est pas d’ici… Il s’agit de deux petits cou­sins qui viennent d’arriver chez moi comme réfu­giés, avec leur mère.

— Et ils sau­raient travailler ?

— Ils ont vécu toute leur enfance dans une com­mune d’importance égale à la nôtre. Sans doute n’ont-ils que 12 et 14 ans, mais ils sont si braves qu’ils pour­ront, j’en suis sûr, vous rendre de petits ser­vices ; et sur­tout ils seront heu­reux de ne pas res­ter inoccupés. »

Bien qu’un peu scep­tique sur la qua­lité de ses futurs employés, le père Joseph, pour ne pas faire de peine à M. Loyer, comme d’habitude tou­jours si com­plai­sant, finit par dire : Conti­nuez à lire »

Mots-clefs : , | Aucun commentaire »

Extrême-​​onction

histoire pour les enfants - accident dans un cerisierIl y avait du soleil plein le ciel, des chants d’oiseaux plein le ver­ger. Et Jean-​​Paul chan­tait aussi sa joie de vivre en cueillant à plein panier les cerises ruti­lantes du beau cerisier…

Sou­dain, un cra­que­ment, un double cri : Jean-​​Paul tom­bait du ceri­sier sur la terre dure, et sa mère accou­rait, épouvantée.

Ce fut aus­si­tôt un grand affai­re­ment : bran­card, coups de télé­phone, méde­cin… Et le ter­rible diag­nos­tic, cou­rant de bouche en bouche : « Il est perdu… il ne lui reste plus qu’une heure à vivre… »

Pâle sur son lit, souf­frant atro­ce­ment, Jean-​​Paul sent bien lui aussi que sa vie s’en va. Alors il appelle sa maman :

— Je vais mou­rir, dit-​​il dou­ce­ment, mais il ne fau­dra pas pleu­rer : je vais au ciel.

Puis il ajoute :

— Les copains du « caté » vont sûre­ment venir avec Mon­sieur le Curé. Dis, tu les lais­se­ras entrer ?

Les parents de Jean-​​Paul ne sont pas « gens à curé », comme ils disent. Mais refuseraient-​​ils une der­nière joie à leur enfant ?

Jean-​​Paul, lui, attend. Car au caté­chisme, le jour où ils ont ensemble décou­vert que la mort est une mer­veilleuse pro­ces­sion de la terre au ciel, ils s’étaient pro­mis d’être tous avec le prêtre autour du pre­mier qui partirait…

* * *

« Toc-​​toc !… »

C’est un rap­pel d’espérance dans la mai­son bru­ta­le­ment éprou­vée. Les gens qui ne savent pas, pleurent et fris­sonnent parce que la mort est là. Mais les cinq gars à la porte de Jean-​​Paul savent, eux, qu’ils apportent joie et paix : pour venir, ils ont mis leurs beaux habits, comme pour une fête, une fête grave, bien sûr, et dou­lou­reuse à leur cœur ému mais tout de même la fête de tout le ciel qui va venir au-​​devant de Jean-​​Paul, et ses amis seront là, comme pour une noce.

D’abord, le prêtre est entré seul, pour don­ner la der­nière absolution.

Les forces de Jean-​​Paul s’écoulent très vite. Sous le par­don de Dieu, il a fermé les yeux. Il les rouvre seule­ment pour remer­cier d’un regard ses cama­rades qui entrent. Conti­nuez à lire »

Mots-clefs : , , , , | Aucun commentaire »