Étiquette : Joie

Auteur : Goldie, Agnès | Ouvrage : Petites Vies Illustrées pour enfants .

Ding-Dong… Deux petits moines, — des moi­nillons, — disent leur Ange­lus, leur béné­di­ci­té ; puis, tan­dis que les Pères prennent leur repas au réfec­toire, ils déballent leurs petites pro­vi­sions au pied d’une belle sta­tue de Notre-Dame. Demi-pen­sion­naires au Couvent des Frères Prê­cheurs (Domi­ni­cains), ils arrivent tôt, servent la messe, puis reçoivent les leçons du Père Ber­nard et l’aident dans son office de sacris­tain. Le soir seule­ment ils dévalent la col­line pour ren­trer chez eux, au vil­lage d’Alfange.

Cette his­toire se passe au Por­tu­gal, au XIIIe siècle. Voi­là cent ans, ce pays était encore aux mains des Maures, venus d’Afrique, et qu’ils avaient conquis cinq siècles plus tôt. Vers le XIe siècle, Alphonse VI, roi de Cas­tille, reprit par­tiel­le­ment ce ter­ri­toire et don­na ce qui était com­pris entre le Min­ho et le Dou­ro à Hen­ri de Bour­gogne, lequel prit le nom de Comte de Por­to ou de Por­tu­gal. Le fils d’Henri, Alphonse-Hen­ri­quez, gagna sur les Maures une vic­toire déci­sive. Pour des Fran­çais, il est inté­res­sant de savoir que la reprise de Lis­bonne, en 1147, a été due en très grande par­tie à l’aide appor­tée à Alphonse Hen­ri­quez par une flotte de Croi­sés francs qui s’en allaient en Terre Sainte pour la deuxième croi­sade. Il y avait par­mi eux des Cha­ren­tais, des Bre­tons, des Nor­mands, et aus­si des Anglais, des Rhé­nans, des Fla­mands, tout le lit­to­ral Nord-Ouest de la chré­tien­té. Dans cette vic­toire contre les Maures, les chré­tiens furent aidés très spé­cia­le­ment par saint Michel. On dit qu’il parut dans le ciel une aile et une main indi­quant les points où la petite armée devait por­ter l’effort, à la suite de quoi l’Ordre Mili­taire de l’aile de Saint Michel fut créé pour les Che­va­liers qui s’étaient signa­lés au com­bat ; il conti­nua à se recru­ter par­mi les plus valeu­reux.

Nos moi­nillons étaient fils d’un de ces che­va­liers, lequel, très fervent, avait réso­lu de les don­ner à Dieu dès l’enfance. Bien sûr, ils ne s’engageront par vœux que plus tard, si telle était leur voca­tion, mais déjà ils portent le cos­tume domi­ni­cain : robe blanche et man­teau noir ; leurs che­veux sont taillés en cou­ronne autour d’une tête rasée. Cela ne les empêche pas d’être de braves enfants joyeux. Ils aiment cette vie monas­tique et sans doute, seraient-ils tou­jours res­tés au couvent, s’il ne leur était arri­vé une étrange et belle aven­ture.

Quant à leur maître, le Père Ber­nard, il est ori­gi­naire de Mor­laàs, à 12 kilo­mètres de Pau, donc, Béar­nais. Ses parents, qui, contrai­re­ment au Che­va­lier d’Alfange, n’avaient nul envie d’en faire un moine, l’avait fian­cé très jeune, alors que lui vou­lait être Domi­ni­cain. Un beau jour, il s’enfuit, non dans quelque couvent de France ; ses parents l’y retrou­ve­raient ; non au nord de l’Espagne ; la bar­rière des Pyré­nées n’est pas infran­chis­sable ; mais au loin­tain Por­tu­gal, dans le couvent de San­ta­rem, fon­dé par un des pre­miers com­pa­gnons de saint Domi­nique, Sue­ro Gomez.

Coloriage Le Chapelet des enfants à Marie
« Ils reviennent d’eux-même dire ensemble des dizaines »

San­ta­rem… Recon­nais­sez-vous ce nom ? vous qui avez lu l’histoire des trois ber­gers de Fati­ma… San­ta­rem, ville prin­ci­pale du dis­trict ou dépar­te­ment du même nom, dont Fati­ma dépend. Notre-Dame du Rosaire n’est pas encore venue à la Cova, mais elle est déjà aimée, et com­bien ! par­ti­cu­liè­re­ment chez les Pères de San­ta­rem. En vrai Domi­ni­cain, Père Ber­nard conduit sou­vent ses élèves à la cha­pelle de Notre-Dame du Rosaire. Les Ave montent en guir­landes, en bou­quets… Les petits y prennent tel­le­ment goût que, sou­vent, ils reviennent d’eux-mêmes dire ensemble « des dizaines ». L’Espagne, le Por­tu­gal, ont une dévo­tion immense à la Sainte Vierge depuis que saint Jacques a évan­gé­li­sé cette terre. Marie, (Notre-Dame del Pilar — du pilier), est vrai­ment le pilier de la foi catho­lique. Au Por­tu­gal, cette dévo­tion s’est encore for­ti­fiée par le fait que les rois du Por­tu­gal, depuis le tout pre­mier, ont choi­si la mère de Dieu pour mère de la dynas­tie et de la nation. Le peuple por­tu­gais n’a pas oublié ce contrat, mal­gré tant de révo­lu­tions, et la Sainte Vierge pas davan­tage ; elle l’a prou­vé !

Bref, nos moi­nillons, impré­gnés d’esprit chré­tien, catho­lique et domi­ni­cain, nos moi­nillons, vrais Por­tu­gais, vont à Marie de toute leur âme. Trop loin d’Alfange pour y cou­rir déjeu­ner près de leur mère, avec leurs petits frères et sœurs, ils vont quand même déjeu­ner en famille, avec leur mère du ciel et leur frère Jésus. A nous, l’idée ne vien­drait pas de déjeu­ner dans une cha­pelle ; ceci encore est espa­gnol et por­tu­gais.

Auteur : Ducrant, François | Ouvrage : Et maintenant une histoire I, Les commandements à observer, les vertus à pratiquer .

Joie

« Tout droit, la Grise…»

Et ayant, par son aiguillon, enga­gé la bête à prendre le petit sen­tier abri­té de noi­se­tiers, où elle va pou­voir aller pour ain­si dire seule, de son pas lent et régu­lier, l’homme retombe dans ses tristes pen­sées.

Coeurs vaillant, aide et courage - paysan et son attelage de boeufsAh ! comme il se sent vieux et las, le père Joseph, main­te­nant que tout le poids de la ferme pèse lour­de­ment sur ses épaules ! Celui qui devait assu­rer la relève, le gars qui par­tit si cou­ra­geu­se­ment, n’est jamais reve­nu de la guerre. Et si la « Maouise » tra­vaille dur pour essayer d’oublier sa peine, que repré­sente, dans une ferme comme la Vois­se­tière, le tra­vail d’une femme si occu­pée déjà avec son bébé et les soins du ménage ?

Et c’est pour cela qu’en voyant tout ce qui lui reste encore à faire : les noix à gau­ler, les bet­te­raves à ren­trer, le rai­sin sur­tout à ven­dan­ger, le père Joseph sent peser plus lourd le poids du labeur qui fut si long­temps pour lui source de joie.

* * *

« Bon­soir, père Joseph. »

Per­du dans sa médi­ta­tion, le père Joseph n’a pas vu arri­ver M. Loyer, l’instituteur, qui, fai­sant office de secré­taire de mai­rie, connaît tous les habi­tants du vil­lage et cherche par tous les moyens à les aider quand il en a l’occasion.

« Faites excuse, M. Loyer, je ne vous avais pas vu.

— Je m’en suis bien aper­çu. Alors, pas trop de mal pour ren­trer les bet­te­raves ?

— Ne m’en par­lez pas, M. Loyer. Si c’est pas des mal­heurs d’être obli­gé de refaire pareil métier à mon âge… Oh ! c’est pas que je craigne le tra­vail, non, mais quand je pense à celui qui devrait le faire, ça m’enlève le cou­rage.

— Man­quer de cou­rage ? Vous, père Joseph ? Allons donc, ce n’est pas pos­sible !

— C’est pour­tant bien la véri­té.

— Et si quelqu’un venait vous don­ner un coup de main ?

— Je vou­drais bien savoir qui pour­rait venir. Vous savez bien, M. Loyer, que tout le monde ici en a plus que son compte à faire.

— Je sais bien, père Joseph, mais jus­te­ment le quelqu’un à qui je pense n’est pas d’ici… Il s’agit de deux petits cou­sins qui viennent d’arriver chez moi comme réfu­giés, avec leur mère.

— Et ils sau­raient tra­vailler ?

— Ils ont vécu toute leur enfance dans une com­mune d’importance égale à la nôtre. Sans doute n’ont-ils que 12 et 14 ans, mais ils sont si braves qu’ils pour­ront, j’en suis sûr, vous rendre de petits ser­vices ; et sur­tout ils seront heu­reux de ne pas res­ter inoc­cu­pés. »

Bien qu’un peu scep­tique sur la qua­li­té de ses futurs employés, le père Joseph, pour ne pas faire de peine à M. Loyer, comme d’habitude tou­jours si com­plai­sant, finit par dire :