Étiquette : Gloria Patri

Auteur : Par un groupe de pères et de mères de familles | Ouvrage : À la découverte de la liturgie avec Bernard et Colette .

Chapitre XVIII


Comme Yvon ces­sait de par­ler, un vol de ramiers pas­sa. Un ins­tant, le petit groupe le suit des yeux. Toute voi­sine, une bat­teuse fait entendre son ron­fle­ment, cou­pé de temps à autre d’un bref appel, ou domi­né d’une belle voix jeune qui chante à tue-tête un refrain du pays.

Un tel charme, pai­sible et fort, émane de ces choses, que, d’instinct, per­sonne ne songe à le rompre.

C’est Yvon qui secoue son propre rêve pour dire :

— On « bat » chez le père Pierre ; vous écou­tez comme moi. Son­gez-vous à ce blé doré, de chez nous, dont on se ser­vi­ra quelque jour pour faire du pain ?

Blé pur pour fabriquer les hosties— Oh ! dit Colette, je sais ce que tu vas dire. On fera aus­si, avec le blé, le pain pour les hos­ties, mais avec une farine bien choi­sie, par res­pect, et sans y mêler de levure. Te sou­viens-tu, quand nous étions petits, nous allions tous chez le père Jacques choi­sir le sac de grains qu’il donne pour cela, chaque année, à M. le Curé : un beau sac, mis de côté entre cent autres, et dont il est si fier.

— Il a de la chance, mur­mure sim­ple­ment Nono.

— Oui, inter­rompt petit Pierre, et papa aus­si. Car, lui, il donne sa meilleure bar­rique de vin, et c’est lui tout seul, quand il est là, qui s’occupe de cette bar­rique avec le père Pierre, pour être sûr que le vin soit pur.

— Com­ment pur ? réclame Nono. Le vin est tou­jours pur.

— Ah ! non, alors ! Papa dit qu’il y a des gens qui mettent un tas de sale­tés dedans, et puis, en plus, de l’eau et du sucre.

Yvon pré­cise :

— En effet, pour le Saint Sacri­fice, le vin doit être natu­rel sans avoir subi aucun mélange. Mais ne nous attar­dons pas trop, mes petits. Je vou­drais reprendre avec ordre notre étude.
Il faut d’abord, pour plus de clar­té, que je vous dise ceci : nous avons par­lé de ce qui pré­cède la Messe. Main­te­nant, com­pre­nez bien que le Saint Sacri­fice pro­pre­ment dit ne com­mence pas encore tout de suite. Il y a l’Intro­duc­tion ou pré­lude de la Messe, qui nous entrai­ne­ra jusqu’au Gra­duel, puis encore l’Avant-Messe ou Messe des Caté­chu­mènes, qui se ter­mine par le Cre­do.

| Ouvrage : Autres textes .

Récit de catéchisme - Statue de la Sainte TrinitéJe me sou­viens d’une his­toire qui m’a été racon­tée il y a bien long­temps, car j’étais encore au col­lège à Sto­ny­hurst, dans le nord de l’Angleterre ; là, ceux qui nous ensei­gnaient avaient un art mer­veilleux pour se faire écou­ter par des enfants, alors même qu’ils par­laient des choses les plus graves et les plus sublimes.

Les pères de Sto­ny­hurst res­sem­blaient à ces jésuites mis­sion­naires au Cana­da, qui, pour atti­rer les peu­plades sau­vages autour de la croix qu’ils por­taient au désert, avaient avec eux des harpes et des cithares ; et quand ils voguaient avec quelques néo­phytes sur les grands fleuves, ils se met­taient à chan­ter des can­tiques, en s’accompagnant d’accords suaves et har­mo­nieux ; l’attrait de cette musique ame­nait à eux des natu­rels du pays, et sou­vent, pour mieux entendre les hommes de la chair blanche, on voyait de ces sau­vages qui se jetaient à la nage, et qui venaient se sus­pendre aux bords de la pirogue pour écou­ter ces hommes qui avaient appris leur langue et accou­raient, à tra­vers les mers et les dan­gers, leur par­ler de Dieu.

Histoire pour la fête de la Sainte Trinité - Jacques Marquette - missionnaire jésuite, mort au Canada à 37 ans.Nos maîtres de Sto­ny­hurst n’avaient ni cithares ni harpes ; mais ils avaient des his­toires qu’ils savaient mêler à tous leurs ensei­gne­ments. En voi­ci une que l’un des pères nous racon­ta à l’instruction du matin, le dimanche de la Tri­ni­té.

Un saint doc­teur, un homme qui avait cher­ché la soli­tude pour pou­voir se livrer, loin de tout bruit et de toute dis­trac­tion, à la prière et à la médi­ta­tion, un jour se pro­me­nait seul sur les bords de la mer ; là, livré à ses graves pen­sées, tan­tôt il regar­dait le ciel, tan­tôt il por­tait ses yeux sur l’immensité des flots.

La vue du ciel avec son azur et ses nuages, la vue de la mer avec son mou­ve­ment et ses vagues, sont deux grands aspects qui plaisent aux âmes médi­ta­tives ; il y a de l’infini dans ces deux spec­tacles, et l’infini mène à Dieu.

Ce qui pré­oc­cu­pait le saint dans sa pro­me­nade soli­taire, c’était le mys­tère de la Tri­ni­té.