La Confirmation

Auteur : Par un groupe de pères et de mères de familles | Ouvrage : À la découverte de la liturgie avec Bernard et Colette .

Chapitre XI

Vacances de Pâques ! Qui dira ce que ces trois mots contiennent de joie ?

L’hiver est pas­sé. Les petites pri­me­vères blanches ou roses étalent leurs grosses touffes dans la mousse ; les per­venches courent à tra­vers le lierre, sous les bois. Il y a de gros bour­geons dodus au bout des branches de lilas, et les carillons de la fête de Pâques se répondent, légers, joyeux, aériens, d’un clo­cher à l’autre.

Depuis hier, la petite mai­son fami­liale est de nou­veau rem­plie d’hôtes tapa­geurs, dont les rires fusent par les fenêtres ouvertes. Papa lui-même a huit jours de repos… Vrai­ment c’est « vacances, vacances de Pâques, vacances du prin­temps joli ».

Elles ont été pré­cé­dées de mys­té­rieuses confé­rences entre maman et M. le curé, et l’on a vu réap­pa­raître, sur la place de l’église, la rou­lotte et ses habi­tants.

Puis, un jour, maman a réuni André et Nono et leur a tenu ce lan­gage :

— Mes enfants, je ne vous apprends pas que Mon­sei­gneur va venir dans trois semaines, ici même, don­ner la Confir­ma­tion. M. le Curé a tou­jours pen­sé, mon petit André, que tu la rece­vrais et il t’a déjà pré­pa­ré en consé­quence ; mais il a déci­dé, puisque les cir­cons­tances font que la céré­mo­nie a lieu dans notre vieille église, que Nono sera bap­ti­sé le lun­di de Pâques et qu’ensuite il sera confir­mé avec toi. Il s’agit de nous mettre cou­ra­geu­se­ment à l’ouvrage pour dis­po­ser vos âmes à la venue du Saint-Esprit, et je compte sur toi, André, pour aider ton petit ami.

C’est pour­quoi, ce soir, les deux petits gars sont assis, le dos appuyé à de gros troncs d’arbres, répé­tant inlas­sa­ble­ment ques­tions et réponses de leur leçon spé­ciale sur la Confir­ma­tion. Pier­rot, très inté­res­sé, a deman­dé à se joindre à eux. Il est en veine de grand cou­rage, car la pre­mière Messe d’Yvon approche, et alors !…

Tout à coup, Nono fait un geste décou­ra­gé et laisse tom­ber son livre dans l’herbe :

— Je ne sau­rai jamais tout, dit-il le cœur gros. Je sens bien que je n’aurais pas tant de peine à rete­nir les mots si je les com­pre­nais mieux. Essaie donc d’expliquer, toi, André, ce que M. le curé a dit.

Mais André, qui se croyait pour­tant bien sûr de son affaire, s’embrouille com­plè­te­ment, et les trois petits se regardent avec inquié­tude. Ils sont de si bonne volon­té !

— Tiens, dit Pier­rot, que nous sommes bêtes ! Il suf­fit d’aller cher­cher maman.

— Ins­tan­ta­né­ment les visages se ras­sé­rènent. Pier­rot court à la recherche du « sau­veur » et revient bien­tôt, triom­phant, tenant sa mère par la main.

— Alors, mes pauvres petits, ça ne va pas ?

André répond :

— Non, madame, pas du tout. Quand on veut répé­ter ce qu’a expli­qué M. le curé, on dit tout à l’envers, comme si on ne savait plus rien. On se sou­vient bien pour­tant que la Confir­ma­tion nous don­ne­ra le Saint-Esprit, la troi­sième Per­sonne de la Sainte Tri­ni­té, donc le Bon Dieu lui-même, et aus­si que ce sacre­ment nous for­ti­fie­ra, fera de nous des sol­dats du Christ ; mais la céré­mo­nie, tout ce que dira l’évêque, je croyais l’avoir com­pris, et puis, quand il faut le dire… impos­sible !

— Repre­nons ensemble, bien tran­quille­ment, vou­lez-vous ? Et d’abord il est enten­du, comme tu viens de le dire, que c’est l’évêque qui donne le sacre­ment de Confir­ma­tion, ensuite que, ce sacre­ment mar­quant notre âme d’un carac­tère inef­fa­çable, on ne peut le rece­voir qu’une fois. Inutile de rap­pe­ler que nous devons être en état de grâce pour par­ti­ci­per à ce grand acte. Ceci dit, voyons un peu com­ment va se dérou­ler la céré­mo­nie.

André sent, comme par enchan­te­ment, la mémoire qui lui revient.

— Oh ! madame, d’abord M. le curé ira au-devant de Mon­sei­gneur, jusqu’à la porte de l’église, pour le rece­voir ; on chan­te­ra un can­tique en latin qui veut dire : « Béni soit celui qui vient au nom du Sei­gneur. » On a répé­té ça cent fois à l’harmonium, cette semaine. Et puis, Mon­sei­gneur se met­tra à genoux, sur un beau prie-Dieu de velours rouge, dans le milieu du chœur, et il enton­ne­ra le Veni Crea­tor, qu’on chan­te­ra tous. On le sait très, très bien.

Nono est ahu­ri de la science subite de son cama­rade, et maman sou­rit devant une pareille volu­bi­li­té. Elle demande fine­ment :

— Est-ce que ceci fait par­tie des rites néces­saires à la Confir­ma­tion ?

Cette fois, André reste bouche bée, et maman reprend :

— Non, ces rites ne com­mencent qu’après le chant du Veni Crea­tor, qui est une pré­pa­ra­tion à la céré­mo­nie qui va suivre.

Explication du sacrement de Confirmation pour les enfants du catéchisme
C’est l’évêque qui donne le sacre­ment de Confir­ma­tion.

— Oh ! madame, sup­plie Nono, Veni Crea­tor, c’est quoi ?

— Une très belle prière au Saint-Esprit, qu’on chante le jour de la Pen­te­côte et dans les cir­cons­tances impor­tantes. C’est comme un appel au divin Esprit. On lui demande son secours, comme au meilleur des conso­la­teurs, comme à la Source vive de l’Amour de Dieu.

Une source, tu sais bien ce que c’est, Nono : quand on a soif et que la source est bien pure, on y puise l’eau avec joie. Et quand notre âme a soif d’aimer le Bon Dieu, la source de l’Amour, c’est le Saint-Esprit.

Après le chant du Veni Crea­tor, Mon­sei­gneur vous pose­ra ou vous fera poser quelques ques­tions, pour voir si vous êtes bien pré­pa­rés, puis il vous adres­se­ra un petit ser­mon.

C’est alors que les rites de la Confir­ma­tion com­mencent par « l’imposition des mains ». L’évêque dit d’abord : « Que l’Esprit-Saint des­cende sur vous et que la ver­tu du Très-Haut vous garde de tout péché. » Puis, après de courts ver­sets, qui reviennent sans cesse dans les offices, Mon­sei­gneur éten­dra les mains au-des­sus de vos têtes. Vous vous incli­ne­rez res­pec­tueu­se­ment, étant à genoux, car, en cet ins­tant solen­nel, l’évêque appel­le­ra sur vos âmes la venue du Saint-Esprit et de ses dons.

Il dira : « Dieu tout-puis­sant et éter­nel, qui avez dai­gné régé­né­rer par l’eau et le Saint-Esprit vos ser­vi­teurs ici pré­sents, et qui leur avez accor­dé la rémis­sion de leurs péchés, envoyez-leur du haut du Ciel l’Auteur des sept dons, votre Esprit-Saint Conso­la­teur. » Et l’évêque nom­me­ra deux à deux les dons divins : Esprit de Sagesse et d’Intel­li­gence, — Esprit de Conseil et de Force, — Esprit de Science et de Pié­té. A cha­cun de ces appels, le cler­gé répond : Amen. (Ain­si soit-il.)

Mon­sei­gneur ter­mi­ne­ra l’invocation par cette prière : « Rem­plis­sez-les de l’Esprit de votre Crainte, et mar­quez-les du signe de la Croix du Christ, pour la vie éter­nelle. Par le même Jésus-Christ, votre fils, Notre-Sei­gneur. »

Nono et Pier­rot ont les yeux rivés sur ceux de maman. Ce doit être bien beau ce qu’elle dit là, mais ça les dépasse com­plè­te­ment. Les dons du Saint-Esprit, qu’est-ce que cela peut bien vou­loir dire ?

Maman devine leur embar­ras :

— Si je te donne quelque chose, Pier­rot, je te fais un don, un cadeau. Seule­ment, moi, je ne peux te don­ner que ce que j’ai : les choses de la terre ; ça n’a pas grande valeur. Tan­dis que Dieu, le Saint-Esprit, nous donne ses tré­sors à Lui, des tré­sors sur­na­tu­rels, qui nous enri­chissent pour l’éternité. Le tré­sor de la Sagesse, pour por­ter nos cœurs à aimer Dieu et à tout faire pour son amour ; de l’Intel­li­gence, pour nous aider à bien com­prendre les véri­tés qu’Il nous a révé­lées ; de Conseil, pour nous per­mettre de choi­sir avec pru­dence ce que nous devons faire ; de Force, pour nous don­ner le cou­rage de ser­vir Dieu sans flé­chir, même devant la mort ; de Science, pour nous faire dis­cer­ner ce qui est vrai et ce qui est faux ; de Pié­té, pour nous ins­pi­rer des sen­ti­ments d’enfants de Dieu, sur­tout dans la prière ; de Crainte, pour que nous n’ayons plus peur de rien, que du péché qui déplait à Dieu et de l’enfer qui sépare de Lui. Voi­là les cadeaux du Saint-Esprit.

— Il nous les don­ne­ra vrai­ment ? demande Nono, qui a peur que ce soit trop beau pour être vrai.

— Abso­lu­ment, mon petit. Dès ton bap­tême, tu rece­vras la visite du Saint-Esprit ; mais, à la Confir­ma­tion, il t’apportera ses dons d’une manière plus com­plète encore. Cepen­dant, écoute bien, la céré­mo­nie de la Confir­ma­tion ne se ter­mine pas là.

André inter­rompt :

— Oh ! non, non, madame, je sais. Nous aurons, comme au bap­tême, un par­rain et une mar­raine. On nous fera mettre à genoux devant Mon­sei­gneur, le par­rain pose­ra sa main sur l’épaule des gar­çons, à tour de rôle, et la mar­raine sur l’épaule des filles, comme pour nous ser­vir de témoins ; et puis, l’évêque nous appel­le­ra d’un nom nou­veau, que nous aurons choi­si, et il nous fera une onc­tion sur le front, en forme de croix, avec le saint Chrême.

— Pas si vite, grogne Pier­rot, tu parles main­te­nant comme un mou­lin à vent ; d’abord, attends qu’on sache pour­quoi on aura un nou­veau nom. Est-ce que tu crois, par hasard, que je m’en doute ?

Maman s’amuse au milieu de ses petits hommes. Elle pré­cise :

— Hé bien ! voi­là ! La Confir­ma­tion fai­sant de vous des chré­tiens par­faits, for­ti­fiés, « confir­més » dans la Foi, c’est comme une vie nou­velle que vous com­men­cez, et c’est pour­quoi l’on vous donne un nom nou­veau.

— Et puis, une onc­tion, dit Nono, c’est quoi ?

— Un signe visible que vous ver­rez, que vous sen­ti­rez. L’évêque fera, sur votre front, le signe de la Croix avec le saint Chrême. Le saint Chrême, André le sait par cœur, est un mélange d’huile d’olive et de baume consa­cré par l’évêque le Jeu­di saint.

— Maman, réclame Pier­rot, redites-nous encore pour qu’on sache mieux. Pour­quoi est-ce qu’on a choi­si de l’huile pour le saint Chrême ?

— Parce que l’huile a toutes les pro­prié­tés sym­bo­liques, c’est-à-dire qui repré­sentent la grâce que l’Église a atta­chée à sa consé­cra­tion.

Com­prends bien : l’huile pénètre, adou­cit, for­ti­fie les corps. L’onction du saint Chrême agit de même dans l’âme. Le Saint-Esprit qui sur­vient dans cette âme la pénètre, l’envahit.

Coloriage de confirmation - l'évêque confirme des enfants
Il nous fera une onc­tion sur le front, en forme de croix.

La grâce de la Confir­ma­tion rend aus­si notre âme plus douce, plus souple, plus docile à la volon­té de Dieu, plus forte, plus cou­ra­geuse et plus fière dans la pra­tique de notre Foi.

Enfin, l’huile, en brû­lant, pro­duit la lumière ; de même, encore, la grâce appor­tée par la Confir­ma­tion nous éclaire, nous guide, illu­mine notre vie.

Dans le saint Chrême, à l’huile se joint le baume, sorte d’onguent par­fu­mé, qui indique que nous devons por­ter en nous une bon­té, une dou­ceur, un charme chré­tiens, qui soient comme le par­fum de notre Foi.

Je vous répète, en y insis­tant, mes petits, que l’onction du saint Chrême se fait en forme de croix. Tu sais pour­quoi, Pier­rot ?

Très fier, petit Pierre se redresse pour répondre, car depuis qu’il s’applique, il a appris tant de choses !

— Parce que la Croix, c’est le signe du chré­tien ; et quand on sera confir­mé, on aura le cou­rage pour défendre la Croix, même si, pour ça, il faut mou­rir.

— Par­fait, mon ché­ri ! Mais, sans aller jusqu’au mar­tyre, la vie vous four­ni­ra l’occasion de sup­por­ter pour le Bon Dieu bien des souf­frances, bien des humi­lia­tions ; c’est ce que l’évêque indi­que­ra à la fin en vous don­nant sur la joue un léger souf­flet.

Vous sou­ve­nez-vous que, pour être armés che­va­liers, les croi­sés du moyen âge rece­vaient sur l’épaule un coup de plat de sabre ? C’était aus­si un sym­bole, un appel à tout souf­frir pour de belles causes. Or il n’en est pas de plus belle que la cause de Dieu.

Et l’évêque en fai­sant l’onction pro­non­ce­ra les paroles consti­tuant la forme du sacre­ment : Il vous dira : « (Un tel), je vous marque du signe de la Croix, et je vous confirme par le Chrême du salut. Au nom du Père, et du Fils, et du Saint-Esprit. »

— Ça sera fini alors ? demande petit Pierre.

— Pas tout à fait. Un prêtre essuie­ra cha­cun de vos fronts, là où a été dépo­sé le saint Chrême. Mon­sei­gneur, lui-même, s’essuiera le pouce avec de la mie de pain et se lave­ra les mains. Il réci­te­ra encore des ver­sets et une orai­son, don­ne­ra une béné­dic­tion, puis, comme au bap­tême, on deman­de­ra aux nou­veaux confir­més d’affirmer leur Foi publi­que­ment, et vous réci­te­rez tout haut, de toute votre âme, le Cre­do, le Pater et l’Ave.

— Alors, dit Nono, qui n’a ces­sé de réflé­chir et dont on suit constam­ment l’effort, alors, puisque la Confir­ma­tion ne se reçoit qu’une fois, le Saint-Esprit qu’elle nous donne, on le garde tou­jours ?

— Tou­jours, dans notre âme, tant qu’une faute grave ne l’en chasse pas ; mais, même si, par mal­heur, le péché mor­tel éloi­gnait de nous le Saint-Esprit, le carac­tère de notre Confir­ma­tion, comme le carac­tère de notre Bap­tême, res­te­rait mar­qué dans notre âme. Ils res­tent jusqu’en enfer, où ces signes font le déses­poir des dam­nés.

— Pour­quoi leur déses­poir ? demande Pier­rot tout effrayé.

— Parce que ces marques inef­fa­çables demeurent la preuve des grâces immenses, divines, faites au chré­tien, et donc, de la res­pon­sa­bi­li­té ter­rible qu’il a encou­rue en péchant. Des carac­tères gra­vés dans la cire, le marbre, le gra­nit, peuvent à la longue s’effacer, tan­dis que celui que le Saint-Esprit a gra­vé dans notre âme y demeu­re­ra éter­nel­le­ment, pour notre bon­heur ou pour notre mal­heur. Le dam­né ne pour­ra jamais se dire « J’ai péché parce que j’étais sans force, sans secours. » Il sera obli­gé d’avouer : « J’ai péché mal­gré les grâces, la force, le secours appor­tés par mon Bap­tême et ma Confir­ma­tion. »

— Il n’y a qu’à ne pas pécher, déclare petit Pierre vic­to­rieu­se­ment. On ne va pas en enfer si on ne veut pas.

— A la bonne heure, mon ché­ri. Et celui qui for­ti­fie­ra notre volon­té, pour nous aider à évi­ter le péché, sera jus­te­ment le Saint-Esprit.


Navigation dans À la découverte de la liturgie
« De quelques orne­mentsLe Mariage »

Soyez le premier à commenter

    Laisser un commentaire

    Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

    *

    Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.