RSS pour
Articles
Commentaires

Un coup de vent

Un coup de vent

Le huitième commandement [ref]Le huitième commandement interdit : le faux témoignage et le parjure, le mensonge, dont la gravité se mesure à la déformation de la vérité réalisée, aux circonstances, aux intentions du menteur et aux dommages subis pas ses victimes; le jugement téméraire, la médisance, la diffamation, la calomnie, qui diminuent ou détruisent la bonne réputation et l’...

Lire la suite

Le miracle du grand saint Nicolas II

Le miracle du grand saint Nicolas II

II Saint Nicolas embrassa les trois enfants et les interrogea avec douceur sur la mort qu’ils avaient misérablement soufferte. Ils contèrent que Garum, s’étant approché d’eux tandis qu’ils glanaient aux champs, les avait attirés dans son auberge, leur avait fait boire du vin et les avait égorgés pendant leur sommeil. Ils portaient encore les haillons dont ils étaient vêtus au ...

Lire la suite

Saint Pierre et l'Église de Jérusalem

Saint Pierre et l'Église de Jérusalem

∼∼ III ∼∼ Antioche. — Quelle chaleur ! On décide en famille de ne pas descendre et de rester à l'ombre sur le pont. Jean a bien envie d'insister et se penche sur le bastingage pour cacher sa déception. Pas de vagues, une mer calme aux couleurs intenses. Jean essaye de s'absorber dans sa contemplation ; mais il a quatorze ans, et les pieds lui démangent sur ce navire. Un œil p...

Lire la suite

Épilogue

Il y a sur terre un mil­liard sept cent vingt-​six mil­lions d’hommes.

Sur ce nombre, un mil­liard quarante-​trois mil­lions ne sont pas encore chré­tiens.

Sur les six cent quatre-​vingt-​trois mil­lions de chré­tiens, les catho­liques sont trois cent cinq mil­lions.

Donc, dans l’ensemble du monde, sur cent hommes vivants, il n’y en a pas plus de dix-​sept ou dix-​huit qui aient été bap­ti­sés catho­liques.

En Afrique, sur cent hommes vivants, la pro­por­tion des catho­liques est de deux, plus trois dixièmes.

En Asie, sur cent hommes vivants, la pro­por­tion des catho­liques est de un, plus six dixièmes.

Histoire des missions pour les jeunes et le catéchisme

MADAGASCAR. — Une leçon de musique chez les Fran­cis­caines Mis­sion­naires de Marie.

Ces chiffres montrent quel immense champ de tra­vail s’offre encore à l’Église ; ces chiffres font com­prendre tout ce qu’il y a de pres­sant, tout ce qu’il y a d’impérieux dans les accents du pape Pie XI, lorsqu’il demande que tous les évêques, que tous les prêtres, que tous les catho­liques, hommes et femmes, prêtent aux mis­sion­naires le genre d’aide qu’ils peuvent, cha­cun dans sa sphère, leur appor­ter.

Les tout jeunes aussi, ceux à qui ce livre s’adresse, peuvent beau­coup pour les mis­sions. Ils peuvent les ser­vir par leur prière, cette prière des cœurs purs, que Dieu accueille volon­tiers.

Ils peuvent les ser­vir par leurs géné­ro­si­tés, en s’inscrivant à l’Œuvre de la Pro­pa­ga­tion de la Foi, qui assure au Pape les res­sources néces­saires pour l’entretien des mis­sions sur la sur­face de la terre ; à l’Œuvre de la Sainte-​Enfance, qui sauve de la mort, en pays païens, les enfants aban­don­nés, et qui fait d’eux des chré­tiens ; à l’Œuvre de Saint-​Pierre Apôtre, qui fonde des sémi­naires pour la for­ma­tion des cler­gés jaunes ou des cler­gés noirs ; à l’Œuvre des Écoles d’Orient, qui, par­tout sur les rives de la Médi­ter­ra­née orien­tale, entre­tient des écoles catho­liques au milieu des popu­la­tions chré­tiennes encore sépa­rées de Rome ; à l’Œuvre Apos­to­lique, qui four­nit aux Mis­sion­naires les objets litur­giques et pour­voit à leurs autres besoins. Conti­nuez à lire »

Mots-clefs : | Aucun commentaire »

XXVII

Sainte Thérèse de l’Enfant-Jésus

Une femme, sainte Thé­rèse de l’Enfant-Jésus, a été don­née comme patronne, par Pie XI, aux mis­sion­naires du monde entier. Elle avait dit, toute jeune, en son car­mel de Lisieux : « Je vou­drais être mis­sion­naire, non seule­ment pen­dant quelques années, mais je vou­drais l’avoir été depuis la créa­tion du monde, et conti­nuer de l’être jusqu’à la consom­ma­tion des siècles. »

Sainte Thérèse de Lisiseux, patronne des missions

Cha­pelle de car­mel de Saï­gon

Ce car­mel auquel elle appar­te­nait avait eu l’honneur, aux alen­tours de 1860, d’envoyer en Indo-​Chine quelques reli­gieuses, pour y fon­der un car­mel à Saï­gon. Mère Gene­viève de Sainte-​Thérèse, prieure de Lisieux, avait déféré, tout de suite, aux désirs d’un grand mis­sion­naire, Mgr Lefebvre, des Mis­sions Étran­gères, et voulu que plu­sieurs de ses Sœurs par­tissent pour la Cochin­chine, afin de prier, là-​bas, pour les apôtres qui tra­vaillaient. Et l’on avait vu d’autres car­mels se créer en Indo-​Chine, à l’exemple de Saï­gon.

L’imagination de sainte Thé­rèse de l’Enfant-Jésus s’évadait vers ces races jaunes, où l’on avait, par­fois, le goût de la vie contem­pla­tive : pour­quoi ne pas leur mon­trer qu’au lieu de cher­cher dans la reli­gion de Boud­dha une satis­fac­tion pour cet attrait, elles pou­vaient la trou­ver dans la reli­gion du Christ ? Mais il était dans les des­ti­nées de sainte Thé­rèse de l’Enfant-Jésus de ne point quit­ter son monas­tère de Lisieux. Elle aidait les mis­sion­naires, certes, mais elle les aidait en sacri­fiant à la volonté de Dieu, — son Dieu et le leur, — l’ardent désir qu’elle aurait eu d’être auprès d’eux.

Dieu enten­dait son désir, et un peu plus de trente ans après sa mort, le pape Pie XI l’exauça.

Sainte Thé­rèse de l’Enfant-Jésus est aujourd’hui auprès de tous les mis­sion­naires, pour la suite des siècles : elle les assiste, elle les pro­tège ; elle est, de par la parole du Pape, leur bien­fai­trice tou­jours pré­sente ; le rêve qu’elle fai­sait d’être mis­sion­naire elle-​même jusqu’à la consom­ma­tion des temps est ainsi réa­lisé. Conti­nuez à lire »

Mots-clefs : , , , | Aucun commentaire »

XXVI

Les femmes missionnaires, les prêtres jaunes et noirs

Les religieuses missionnaires du monde entierQue l’Évangile du Christ soit porté par­tout : c’est là le sou­hait de tout chré­tien digne de ce nom. Com­ment dès lors serait-​on sur­pris que des âmes de femmes qui aiment le Christ veuillent se dévouer, per­son­nel­le­ment, à cette noble tâche mis­sion­naire ? Cette Marie de l’Incarnation dont nous avons parlé, et puis, au XVIIIe siècle, les Sœurs de Saint-​Paul de Chartres, furent à cet égard des devan­cières ; aux XIXe et XXe siècles, nom­breuses sont les femmes mis­sion­naires, et nom­breuses sont les congré­ga­tions reli­gieuses qui expé­dient aux mis­sions un cer­tain nombre de leurs membres. La cor­nette blanche des Sœurs de Saint-​Vincent-​de-​Paul émi­grait en 1838 sur le rivage orien­tal de la Médi­ter­ra­née ; plus tard, elle a émi­gré au delà des Océans. Sainte Sophie Barat, fon­da­trice des Dames du Sacré-​Cœur, vit une de ses reli­gieuses, Mère Duchesne, se faire l’apôtre des Indiens sau­vages de l’Amérique du Nord. Mère Javou­hey, fon­da­trice des Sœurs de Saint-​Joseph de Cluny, s’en fut chez les nègres du Séné­gal et chez les nègres de la Guyane, et ceux-​ci l’aimaient tel­le­ment, qu’ils vou­laient, en 1848, l’élire comme député. C’est grâce aux écoles et aux hôpi­taux orga­ni­sés par Mère de Via­lar, fon­da­trice des Sœurs de Saint-​Joseph de l’Apparition, que les musul­mans d’Algérie, très peu de temps après la conquête, connurent les bien­faits de la cha­rité chré­tienne, et que la foi romaine devint plus fami­lière aux popu­la­tions de l’Archipel et de l’Asie Mineure, qui ont pour chefs spi­ri­tuels des évêques non sou­mis au Pape. Dans la seconde moi­tié du XIXe siècle, des congré­ga­tions fémi­nines com­men­cèrent de se fon­der, qui ne devaient pour­suivre d’autre objet que celui d’aider les mis­sion­naires. Une des plus impor­tantes est celle des Sœurs Blanches, filles de ce génie apos­to­lique que fut le car­di­nal Lavi­ge­rie : elles ont beau­coup fait pour la pros­pé­rité spi­ri­tuelle de cette chré­tienté de l’Ouganda, dont tout à l’heure nous par­lions. Et, par­cou­rant toute la gamme des cou­leurs, je pour­rais vous par­ler des Sœurs Bleues de Castres, qui au Gabon sont d’admirables auxi­liaires pour les Pères du Saint-​Esprit, et qui ont la joie insigne de recueillir en leurs ouvroirs de petites sau­va­gesses, et d’en faire des chré­tiennes et des civi­li­sées, et de les défendre contre les vilains pro­jets de cer­taines familles qui vou­draient les don­ner à de vieux chefs sau­vages ayant déjà plu­sieurs femmes ; je pour­rais vous par­ler des Sœurs Grises du Canada, fon­dées au XVIIIe siècle, et qui, au XIXe, à la suite des Oblats de Marie-​Immaculée, se sont enfon­cées dans les régions les plus sau­vages de l’Extrême-Nord amé­ri­cain, vivant sous les huttes, navi­guant sur des pirogues fra­giles, bra­vant les rapides, affron­tant les périls les plus divers, pour aller à la recherche des âmes ; et il me semble, en décri­vant ainsi la vie quo­ti­dienne des Sœurs Grises, décrire celle, aussi, que mènent en Papoua­sie les Reli­gieuses de Notre-​Dame du Sacré-​Cœur d’Issoudun. Conti­nuez à lire »

Mots-clefs : , | Aucun commentaire »

XXV

Le père Bourjade, missionnaire du Sacré-​Cœur d’Issoudun chez les Papous

Un avia­teur fran­çais de la Grande Guerre, Bour­jade, mou­rait mis­sion­naire, six ans après le réta­blis­se­ment de la paix, dans la Nouvelle-​Guinée Bri­tan­nique. Il dut toutes ses éner­gies, toutes ses aspi­ra­tions, à la médi­ta­tion quo­ti­dienne du livre de sainte Thé­rèse de l’Enfant-Jésus : l’Histoire d’une âme  ; elle était déjà sa patronne, à lui Bour­jade, avant que Pie XI ne l’eût pro­cla­mée patronne de tous les mis­sion­naires.

Tout jeune, il s’était senti attiré vers la congré­ga­tion du Sacré-​Cœur d’Issoudun, fon­dée au XIXe siècle par le Père Che­va­lier. Cette congré­ga­tion par­tage avec nos Maristes et nos Pic­pu­ciens la tâche d’évangéliser l’Océanie et de la civi­li­ser. Pour se ran­ger sous les dis­ci­plines du novi­ciat, le jeune Bour­jade avait dû s’exiler de sa patrie, émi­grer en Espagne, en Suisse. Le fervent Fran­çais qu’il était avait accepté d’aller au loin, comme pré­lude de la vie de sacri­fices qui, chez les sau­vages, l’attendait. Et l’acte d’offrande par lequel naguère, à Lisieux, la petite car­mé­lite s’était don­née au Christ, devint, dès qu’à Fri­bourg Bour­jade en connut le texte, la devise même de sa propre vie.

avion Bourjade avec sainte ThérèseLa guerre de 1914 rame­nait Bour­jade en France ; et dans le rêve qu’il for­mait, et qui se réa­lisa, de délais­ser le ser­vice des cra­pouillots pour entrer dans l’aviation, se glis­sait à l’arrière-plan une idée mis­sion­naire : il son­geait que pour ces conquêtes spi­ri­tuelles qui, durant l’après-guerre, seraient son office et son par­tage, l’avion, rede­venu paci­fique, pour­rait être un mer­veilleux ins­tru­ment. La paix réta­blie ouvrait au « pilote de sainte Thé­rèse » des pers­pec­tives nou­velles dans la cin­quième par­tie du monde : en 1921, Bour­jade pre­nait la route de l’Océanie. Vers la fin de sa vie ter­restre, cette Thé­rèse dont il éprou­vait sans cesse, au delà du voile qui sépare terre et ciel, la fidé­lité pro­tec­trice, avait dit à l’une de ses sœurs du Car­mel, qui la voyait mar­cher avec beau­coup de peine : « Savez-​vous ce qui me donne des forces ? Eh bien ! je marche pour un mis­sion­naire ; je pense que là-​bas, bien loin, un d’eux est peut-​être épuisé dans ses courses apos­to­liques, et, pour dimi­nuer ses fatigues, j’offre les miennes à Dieu. »

Bour­jade avait sou­vent admiré cet émou­vant pro­pos, et lorsqu’il navi­guait vers les popu­la­tions les plus sau­vages de l’univers, il était sou­tenu par le sou­ve­nir de Thé­rèse. Lorsqu’elle appar­te­nait à l’Église mili­tante, elle « mar­chait » pour les mis­sion­naires ; aujourd’hui, membre de l’Église triom­phante, elle avait d’autres méthodes pour les ser­vir.

Bour­jade allait prendre contact avec ces Papous, chez qui Mgr Ver­jus, en 1885, avait jeté les pre­miers germes du Credo ; il allait voir, dans leur cathé­drale de Yule-​Island, les femmes aux têtes rasées, vêtues d’un léger pagne en herbes, qu’ornent des dents de chien ; les hommes tout ruti­lants d’huile rouge, dont les bra­ce­lets de fibre, les cein­tures d’écorce, les jar­re­tières sont parés d’herbes odo­rantes, et dont la che­ve­lure cré­pue se constelle de magni­fiques fleurs. Mais Bour­jade n’était pas des­tiné à être le des­ser­vant d’une cathé­drale ; il fal­lait qu’il allât plus loin dans la pleine sau­va­ge­rie, dans la pleine cana­que­rie, sur ces bords fétides où bâillent les cro­co­diles ; il fal­lait qu’il affron­tât les maré­cages et qu’il affron­tât les ser­pents. Il fal­lait qu’il accep­tât l’idée de se dévouer jusqu’à la mort pour des sau­vages qu’il était dif­fi­cile d’approcher, plus dif­fi­cile encore de conver­tir, puisque en qua­rante ans ses frères d’apostolat n’avaient pu prendre contact qu’avec vingt mille âmes, dont neuf mille seule­ment étaient venues au Christ. Conti­nuez à lire »

Mots-clefs : , , , , , | Aucun commentaire »

XXIV

C’est une fort grande ville que le Syd­ney d’aujourd’hui ; mais à son ori­gine, la popu­la­tion de cette cité fut une popu­la­tion de dépor­tés, de convicts, comme les Anglais les appe­laient. Parmi ces dépor­tés, il y avait de vrais cri­mi­nels, et il y avait des pay­sans d’Irlande, cou­pables d’avoir voulu demeu­rer catho­liques et d’avoir pro­testé contre les per­sé­cu­tions de l’Angleterre.

Trois prêtres, au début du XIXe siècle, se trou­vaient au milieu d’eux : James Harold, James Dixon, Peter O’Neill ; et ces prêtres étaient pri­vés du droit de dire la messe. On espé­rait, sans doute, bri­ser l’apostolique élan de la race irlan­daise en la frus­trant de tout secours reli­gieux. Un jour vint, en 1803, où l’on auto­risa Dixon à faire acte de prêtre : le 15 mai de cette année-​là, sans aucune pierre d’autel, avec un calice d’étain et un frag­ment de rideau dont il s’affublait comme d’une cha­suble, Dixon, pour la pre­mière fois sur terre aus­tra­lienne, consa­cra le pain et le vin. Tels furent, là-​bas, les débuts de l’Eucharistie ; tel fut le cadre d’indigence dans lequel un prêtre déporté fai­sait s’humilier son Dieu. Un an durant la messe fut libre, puis la per­mis­sion fut reti­rée. Les six mille catho­liques qui, en 1810, vivaient déjà dans Syd­ney voyaient se dres­ser, entre eux et le ciel, la bar­rière des rigueurs admi­nis­tra­tives.

Histoire de l'arrivé du catholicisme en AustralieQuelque temps après, le Cis­ter­cien Jere­mias Flynn bra­vait la pro­hi­bi­tion, exer­çait quelque minis­tère ; un catho­lique du nom de Davis prê­tait sa mai­son pour ces rites clan­des­tins. La police les sur­prit : Flynn fut arrêté ; d’autorité on l’embarqua pour Londres. Et l’Eucharistie, ce jour-​là, connut une seconde humi­lia­tion. Elle était conser­vée dans l’une des chambres de Davis, comme en une sorte de sanc­tuaire. Flynn, qui ne lais­sait aucun prêtre der­rière lui, réclama la per­mis­sion de l’aller cher­cher ; elle lui fut refu­sée, et Flynn, s’éloignant, dut lais­ser der­rière lui l’auguste épave. De ce jour, pour les catho­liques de Syd­ney, la mai­son de Davis devint la Sainte Mai­son, et c’est en ce coin de terre que s’élève aujourd’hui la cathé­drale de Saint-​Patrick.

Il y eut un mou­ve­ment de pro­tes­ta­tion, ou tout au moins de gêne, à la Chambre des com­munes, lorsqu’on apprit la situa­tion des catho­liques de Syd­ney. On leur expé­dia, dès 1821, deux cha­pe­lains catho­liques : ils pou­vaient offi­cier, confes­ser, caté­chi­ser ; mais défense de faire des conver­sions ! Quinze ans plus tard, enfin, une ère de liberté s’ouvrit ; et l’Australie, entre 1840 et 1850, verra se fon­der plu­sieurs évê­chés, avec Syd­ney comme métro­pole. Conti­nuez à lire »

Mots-clefs : , | Aucun commentaire »

Page 1 sur 7812345102030Dernière page »