Catégorie : Noël, Marie

Auteur : Noël, Marie | Ouvrage : Autres textes .

Le 31 décembre 1940.

Le der­nier jour de l’année, le Bon Dieu était dans le ciel et regar­dait en bas dans une église où les gens étaient en train de lui chan­ter le Te Deum.

L’église n’avait plus ni clo­cher ni cloches et le curé avait eu bien du mal à bou­cher les plus gros trous des murs et du toit pour que les fidèles ne fussent pas trop mouillés, les jours de pluie, en y réci­tant leurs prières.

Noël dans un village détruit par la guerreIl y avait là Léon­tine, dont les trois mai­sons avaient été brû­lées et qui logeait main­te­nant dans un gre­nier froid.

Il y avait là Thé­rèse, à qui les Alle­mands n’avaient lais­sé ni meubles, ni linge et qui était venue à l’office avec le man­teau de sa voi­sine.

Il y avait Fran­çois, de la ferme des Noues, dont tous les che­vaux et les vaches avaient été emme­nés par la troupe, si bien qu’il ne pou­vait plus labou­rer ses terres et, à côté, dans le même banc, la pauvre Made­leine dont le mari avait été tué d’un coup de fusil à l’entrée du bourg.

Il y avait Ger­maine, la boi­teuse, dont les trois fils étaient pri­son­niers…

Et Théo­dore dont la femme et les deux filles avaient péri ensemble, ense­ve­lies sous la grange…

Et Mar­gue­rite qui avait per­du, en fuite, son petit gar­çon, et per­sonne ne savait plus ce qu’il était deve­nu…

Auteur : Noël, Marie .

Conte et récit pour les enfants - La création du chien - Marie NoëlDès que le chien fut créé, il lécha la main du Bon Dieu et le Bon Dieu le flat­ta sur la tête :

— Que veux-tu, Chien ?

— Sei­gneur Bon Dieu, je vou­drais loger chez toi, au ciel, sur le paillas­son devant la porte.

— Bien sûr que non ! dit le Bon Dieu. Je n’ai pas besoin de chien puisque je n’ai pas encore créé les voleurs.

— Quand les crée­ras-tu, Sei­gneur ?

— Jamais. Je suis fati­gué. Voi­là cinq jours que je tra­vaille, il est temps que je me repose. Te voi­là fait, toi, Chien, ma meilleure créa­ture, mon chef-d’œuvre. Mieux vaut m’en tenir là. Il n’est pas bon qu’un artiste se sur­mène au-delà de son ins­pi­ra­tion. Si je conti­nuais à créer, je serais bien capable de rater mon affaire. Va, Chien ! Va vite t’installer sur la terre. Va et sois heu­reux.

Le chien pous­sa un pro­fond sou­pir :

— Que ferais-je sur la terre, Sei­gneur ?

— Tu man­ge­ras, tu boi­ras, tu croî­tras et mul­ti­plie­ras.

Le chien sou­pi­ra plus tris­te­ment encore.

— Que te faut-il de plus ?

— Toi, Sei­gneur mon Maître ! Ne pour­rais-tu pas, toi aus­si,