Le terrible Purgatoire

| Ouvrage : Les amis des Saints .

Temps de lec­ture : 5 minutes

Prier pour les fidèles défunt

La sainte com­mu­nion secourt admi­ra­ble­ment les âmes du pur­ga­toire. Le véné­rable Louis de Blois rap­porte dans un de ses livres, qu’un dévot ser­vi­teur de Dieu fut visi­té par une âme du pur­ga­toire, qui lui fit voir tout ce qu’elle souf­frait. Elle était punie pour avoir reçu la sainte com­mu­nion avec tié­deur. En puni­tion, Dieu lui avait ména­gé le sup­plice d’un feu dévo­rant, qui la consu­mait. « Je vous conjure donc, dit-elle, vous qui avez été mon ami, de com­mu­nier pour moi avec toute la fer­veur dont vous êtes capable ; j’espère que cela suf­fi­ra pour ma déli­vrance ». Celui-ci s’empressa de le faire. L’âme lui appa­rut de nou­veau, brillante d’un incom­pa­rable éclat, heu­reuse et pleine de recon­nais­sance. « Enfin, lui dit-elle, grâce à vous, je vois donc face à face mon ado­rable Maître », et elle s’envola au ciel. Saint Bona­ven­ture dit que la cha­ri­té devrait nous por­ter à com­mu­nier pour les défunts, parce qu’il n’y a rien de plus effi­cace pour leur repos éter­nel. Prions donc sans cesse pour eux et ils nous ren­dront au cen­tuple le bien que nous leur aurons fait.

Faire de bonnes communions pour les fidèles défunts

Les peines de cette vie, légères ou graves, ne devraient pas nous abattre, parce qu’elles ne durent pas assez long­temps. Mais on ne peut en dire autant de celles du pur­ga­toire, qui unissent la durée à l’intensité ; là, les heures paraissent des années. « Oui, dit Tho­mas à Kem­pis, une seule heure en pur­ga­toire paraî­tra plus longue que cent ans des pires péni­tences d’ici-bas ». Nous lisons, dans les annales des pères Capu­cins, une his­toire ter­rible sur ce sujet. Le P. Hip­po­lyte de Scal­vo, grand ser­vi­teur de Dieu, était ani­mé d’un zèle très ardent pour la déli­vrance des âmes du pur­ga­toire. Il priait et se mor­ti­fiait pour elles, et sou­vent, il prê­chait en leur faveur, afin d’exciter les fidèles à faire comme lui. Il se levait de grand matin, afin de réci­ter l’office des Morts à leur inten­tion. Toutes ses actions de la jour­née étaient aus­si faites pour leur sou­la­ge­ment. Cepen­dant, il était loin de se figu­rer les tour­ments de l’autre vie aus­si ter­ribles qu’ils le sont. Ce qui lui arri­va bien­tôt, lui don­na à cet égard, une effrayante lumière.

Faire dire des messes pour les âmes du purgatoire

Il fut envoyé en Flandre pour éta­blir quelques mai­sons de Capu­cins. Par­mi les reli­gieux de ces mai­sons, il y en avait un qui avan­çait à grands pas dans le che­min de la ver­tu, lorsqu’il fut pris d’une mala­die subite qui le condui­sit rapi­de­ment au tom­beau.

La nuit sui­vante, le R Hip­po­lyte res­ta à prier dans l’église, après l’office des Matines. Tout à coup, il voit paraître devant lui le défunt, sous la forme d’un fan­tôme envi­ron­né de feu et de flammes hor­ribles, qui étaient à la fois ténèbres et lumière ordi­naire au feu. Le spectre s’accusa à son supé­rieur, avec mille gémis­se­ments, d’une faute légère qu’il avait com­mise. « Don­nez-moi, dit-il, la péni­tence que vous vou­drez, avec votre béné­dic­tion, afin de me déli­vrer de ce man­que­ment, pour lequel je souffre tant dans le pur­ga­toire ». Le supé­rieur res­ta comme pétri­fié. Telle fut sa ter­reur, en face de cette appa­ri­tion, que, pour y échap­per plus vite, il répon­dit pré­ci­pi­tam­ment : « Autant que je le puis, je vous absous et vous bénis. Quant à la péni­tence, puisque vous m’assurez que j’ai aus­si le pou­voir de vous la don­ner, vous res­te­rez en pur­ga­toire, jusqu’à l’office de Prime, à huit heures, ce matin ». En se limi­tant à ces quelques heures, le saint homme s’imaginait faire acte de grande indul­gence. Ce ne fut pas l’avis du mort ; car, à cette réponse, il témoi­gna une sorte de déses­poir, comme si la foudre l’eût frap­pé : il cou­rait dans l’église en criant : « Ô cœur sans pitié ! Ô père qui n’avez point de pitié pour un cœur si affli­gé ! Quoi ! punir si ter­ri­ble­ment une faute que, durant ma vie, vous auriez jugée digne d’une très légère péni­tence Vous igno­rez donc l’atrocité des sup­plices du pur­ga­toire ! Ô cœur sans com­pas­sion » Et la vision dis­pa­rut.

Les capucins se rendent à l'office pour les âmes du purgatoire

Le supé­rieur, sen­tant ses che­veux se dres­ser sur sa tête était rem­pli de regret et de crainte. Il cher­chait un moyen de reve­nir sur sa sen­tence, et ne savait à quoi se résoudre, lorsque Dieu lui ins­pi­ra une pen­sée, celle de son­ner la cloche et d’appeler les reli­gieux à l’église. Quand ils furent ras­sem­blés, il leur raconte vite ce qui lui était arri­vé et on com­men­ça aus­si­tôt l’office de Prime, en sorte que le défunt fut aus­si­tôt déli­vré. Pen­dant les vingt ans que vécut encore ce supé­rieur, ce sou­ve­nir ne s’effaça pas de sa mémoire, et il répé­tait, dans ses ser­mons, cette parole de saint Anselme : « Après la mort, la moindre peine qui nous attend au pur­ga­toire, est beau­coup plus grande que tout ce qu’on peut conce­voir ici-bas ». Et dire qu’on ne songe pas à ce si ter­rible pur­ga­toire, et qu’on vit comme s’il n’y en avait pas. Que de sup­plices on se pré­pare ! Quelle cruau­té nous avons pour nous-mêmes ! Com­bien nous le regret­te­rons, à la mort !


Des indulgences pour les défunts

Le début du mois de novembre est très riche en indul­gences pour les défunts. Voi­ci les conces­sions accor­dées :

  • Le 2 novembre : les fidèles qui, s’étant confes­sés (dans les 8 jours avant ou après) et ayant com­mu­nié, visitent une église ou un ora­toire public et y prient pour les défunts, gagnent une indul­gence plé­nière appli­cable seule­ment aux âmes du Pur­ga­toire. (Condi­tion sup­plé­men­taire : réci­ter aux inten­tions du Pape un Notre Père et un Je crois en Dieu)
  • Du 1e au 9 novembre : Les fidèles peuvent gagner, chaque jour et une fois par jour, une indul­gence plé­nière appli­cable aux âmes du Pur­ga­toire en visi­tant un cime­tière et en priant pour les défunts.

Soyez le premier à commenter

    Laisser un commentaire

    Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

    *

    Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.