RSS pour
Articles
Commentaires

Méditation du Chemin de Croix pour le catéchisme - Jésus tombe pour la première fois

Jésus est très fati­gué (Il n’a pas dormi, et Il a perdu beau­coup de sang à sa fla­gel­la­tion), et la croix est très lourde : Il tombe.

Mais Il pense à nous, et Il se relève : pour nous sau­ver, Il doit aller jusqu’au bout de son che­min de dou­leur. Jésus se relève, Il nous donne l’exemple de ce qu’il faut faire quand nous tom­bons dans un péché :

Il faut tou­jours se rele­ver, deman­der par­don, aller se confesser,et deman­der à Jésus la force pour conti­nuer à avancer.

Mots-clefs : | Aucun commentaire »

La vieille Yvonne s’assit un jour près de son rouet et nous dit :

— Oui, mes enfants, le plus grand des saints du para­dis, c’est saint Joseph. Écou­tez bien ce que je vais vous racon­ter, et vous ver­rez si je vous ai menti.

Nous nous appro­châmes plus près encore de mère Yvonne, et elle commença :

Histoire de saint Joseph pour les enfants - Cabane du père Joseph « Per­sonne n’aimait Joseph Mahec, dans le pays de Ker­véh qu’il habi­tait ; aussi vivait-​il soli­taire dans une cabane déla­brée. On disait que le soleil lui-​même avait tel­le­ment en hor­reur Joseph Mahec, que jamais il ne pro­je­tait ses joyeux rayons sur sa mai­son­nette enfumée !

Un soir de mars où Joseph Mahec allait péné­trer dans sa cabane, il se sen­tit tirer légè­re­ment par le pan de son habit. Il se retourna sur­pris, presque en colère, car il n’était point accou­tumé à ces manières. On le fuyait, mais on ne le tou­chait pas. Der­rière lui était un vieillard courbé sous le poids des années et de la misère. Des che­veux blancs, une longue barbe, des traits véné­rables pré­ve­naient en faveur de cet inconnu, en dépit de ses pauvres habits. Mais Joseph Mahec n’avait de pitié pour per­sonne. Il regarda à peine cet étran­ger dont le front avait pour­tant un doux rayon­ne­ment emprunté sans doute à la rési­gna­tion de son âme.

— Que me voulez-​vous ? demanda-​t-​il brusquement.

— Assistez-​moi, dit le pauvre homme.

Mahec par­tit d’un grand éclat de rire.

Conti­nuez à lire »

Mots-clefs : , , , , , , | Aucun commentaire »

Chemin de Croix pour les jeunes - 2ème station, Jésus est chargé de la Croix

Jésus prend sa croix. Elle est lourde, très lourde : lourde de toutes les méchan­ce­tés des hommes.

Mais Jésus la prend avec amour : Il sait que c’est le moyen de répa­rer tout ce que nous avons fait de mal.

Si quelqu’un m’aime, qu’il prenne sa croix et qu’il me suive …

Jésus, chaque fois que j’aurai quelque chose à faire qui m’ennuie, donnez-​moi la force de le faire avec le sou­rire, ce sera ma manière de por­ter un peu ma petite croix avec Vous.

Mots-clefs : | Aucun commentaire »

Première station du chemin de Croix - Jésus est condamné à mort

Jésus n’a jamais rien fait de mal, mais Il est condamné à mort par un mau­vais juge, comme s’Il était un cri­mi­nel. Et Jésus se tait, Il ne cherche pas à se défendre.

C’est pour MES péchés qu’Il est accusé et condamné à mou­rir, c’est pour les réparer.

Et moi ? est-​ce que je sais me taire quand on me gronde ?

Jésus, apprenez-​moi à me taire et à sup­por­ter avec patience les remarques qu’on me fait, à savoir recon­naître mes torts, et sur­tout à ne jamais accu­ser les autres.

Et même, comme Vous, à ne rien dire si on me gronde à la place d’un autre.

Sources — Texte : www.prierenfamille.com, ico­no­gra­phie : www.vatican.va

Mots-clefs : , , , | Aucun commentaire »

Mardi-​gras

Vous nous ferez goû­ter de vos crêpes, Madame Michou ?

— Oui, oui, Madame Fol­len­fant… Venez ce soir à 8 heures. »

Madame Mic­tion, depuis huit jours, ne parle plus que de ses crêpes. Il n’y en a pas comme elle pour les faire, paraît-​il… blondes, fines, par­fu­mées. La recette n’en est pas extra­or­di­naire, puisque, sur ses ins­truc­tions, c’est Jacotte, sa petite fille, qui délaye la farine. Mais le tour de main… parlez-​moi de ce tour de main-​là… Madame Michou vous attrape la queue de la poêle, fait cou­ler la pâte comme du lait, et hop ! avant qu’on ait le temps d’ouvrir la bouche, voilà la crêpe en l’air, puis à nou­veau dans la poêle, dorée, onc­tueuse, légère comme une dentelle…

Les crêpes du mardi gras ou de la Chandeleur

* * *

Aussi, chaque Mardi-​Gras et chaque dimanche de Mi-​Carême sont pour Madame Michou ce que, toutes pro­por­tions gar­dées, fut Aus­ter­litz pour le grand empe­reur Napoléon…

Conti­nuez à lire »

Mots-clefs : , , | Aucun commentaire »