Étiquette : Jongleur

Auteur : Tharaud, Jérôme et Jean | Ouvrage : Les contes de la Vierge .

Troubadour et jongleurGui­no­cha­tus qui­dam, un cer­tain Gui­ne­ho­chet, racontent les Actes des Saints, prince des sau­teurs, ambas­sa­deur de la lune, maître-fou, empe­reur des ânes, ayant failli se rompre le cou en état de péché mor­tel, se sen­tit tou­ché par la grâce et fit vœu de se consa­crer à la Vierge Marie. À l’un, il don­na ses cer­ceaux, à l’autre, la corde qui lui ser­vait à sau­ter, à celui-ci, à celui-là, tous les ins­tru­ments de son métier, spe­cio­sa quae his­triones expe­diunt, et il se ren­dit, les mains vides mais le cœur plein de foi, vers le monas­tère le plus proche.

Le Prieur du couvent fut bien sur­pris de voir l’étrange pèle­rin, et plus sur­pris encore quand il connut le vœu qu’il avait fait. C’était un homme de grande science et de haute ver­tu, vir sapiens et egre­gia vir­tute ador­na­tus, mais trop enclin à mettre la connais­sance avant les œuvres, inge­nio autem ad sapien­tiam prius ope­ra pro­pen­so.

– Mon fils, lui deman­da-t-il, que sais-tu faire pour le ser­vice de Dieu ?

– Hélas ! répon­dit l’autre, je ne sais guère faire que freins pour vaches, gants pour chiens, coiffes pour chèvres, hau­berts pour lièvres, et sot­tises pareilles, comme sai­gner les chats, ven­tou­ser les bœufs ou cou­vrir les mai­sons d’œufs frits. J’imite le cri du renard, l’appel de la colombe, je puis par­ler avec mon ventre et faire mille autres tours pour amu­ser le monde. Mais il n’est que trop vrai de dire que je ne me suis jamais éle­vé vers le saint Para­dis plus haut que la hau­teur d’un saut.

– Passe donc ton che­min, mon ami, répon­dit le Prieur, et sois homme de bien dans ton métier. Ta place n’est pas dans ce couvent. On y adore Dieu le Père, son divin Fils et la Vierge Marie, par la prière, la médi­ta­tion et le chant, hym­nis et can­ti­cis, et cela ne s’apprend plus à ton âge.

Mais le jon­gleur insis­ta tel­le­ment, tam vehe­men­ter Prio­rem pre­ci­bus obse­cra­vit, qu’il finit par obte­nir qu’on le gar­dât dans le monas­tère en qua­li­té de frère lai.

Mul­to modo, en cent manières diverses, le nou­veau frère se ren­dit utile. Jar­di­nier, menui­sier, cor­don­nier, tailleur, pêcheur, cui­si­nier, que sais-je encore, omni­bus arti­bus prae­cel­le­bat, il excel­lait en tous métiers. De ses dix doigts il était incom­pa­rable, manu per­itis­si­mus, mais de l’esprit il était mal­ha­bile, imbe­cil­li­tate qua­dam inge­nii. Mys­tère pour lui, les livres écrits dans le lan­gage que les Anges parlent entre eux dans les prai­ries du Para­dis, ser­mo quem usur­pant Ange­li inter pra­ta Para­di­sii. Mys­tère aus­si, les notes de musique posées sur les anti­pho­naires comme des oiseaux sur les branches, tan­quam aves in ramis.

Auteur : Tharaud, Jérôme et Jean | Ouvrage : Les contes de la Vierge .

Dans l’église de Roca­ma­dour, la Mère de Dieu a fait tant de miracles qu’on en a écrit tout un livre. Je l’ai lu bien sou­vent, et par­mi les plus beaux, en voi­ci un que je veux racon­ter parce qu’il montre jusqu’où peut aller la cour­toi­sie de Notre-Dame.

Récit extraordiniaire pour les enfants - Miracle de la Vierge - Notre-Dame de RocamadourIl y avait, en ce temps, un jon­gleur très fameux, nom­mé Pierre de Syglar, qui, d’un bout de l’année à l’autre, allait de mou­tier en mou­tier, chan­tant la gloire de la Vierge Marie. Se pou­vait-il qu’au moins une fois en sa vie, il ne pas­sât par le sanc­tuaire où, depuis les jours les plus loin­tains, une image de la Mère de Dieu, la plus belle que vous puis­siez voir, attire de tous les coins du monde un peuple immense à ses pieds ?… Il y pas­sa donc une fois. C’était au soir d’une chaude jour­née. Il avait fait un long voyage, il avait faim, il avait soif, et ce n’était pas sans envie d’entrer se rafraî­chir qu’il regar­dait tout le long de la rue se balan­cer au-des­sus de sa tête les belles enseignes des auberges, car jamais bonne soupe et bon vin n’ont été mépri­sés par ménes­trels, viel­leurs, jon­gleurs et autres gens de cette espèce. Lui-même, tout dévot qu’il fût, ne mépri­sait pas la bou­teille. Mais il était venu visi­ter la vraie Hôtesse de l’endroit, Notre-Dame Sainte-Marie : mal­ap­pris s’il n’allait d’abord se pros­ter­ner devant Sa Sei­gneu­rie.

L’église était toute rem­plie de pèle­rins age­nouillés, les yeux levés vers l’image qui brillait au fond de la nef par­mi les cierges allu­més. Hum­ble­ment, lui aus­si, le jon­gleur s’agenouille, et son orai­son ter­mi­née, il tire de sa gaine de cuir la vielle pen­due à son épaule, passe son archet sur les cordes, et fait si bien son­ner son ins­tru­ment que cha­cun l’écoute en silence avec ravis­se­ment, admi­rant en soi-même qu’une simple baguette pro­me­née sur trois cordes puisse émou­voir si fort le cœur. Puis, quand il eut loué long­temps, et de toute son âme, Celle pour laquelle il était venu, il s’écria d’une voix forte :

- Ô Mère de Dieu qui tout créa, si quelque chose t’a plu dans ma chan­son, je te demande en récom­pense de me don­ner un de ces cierges qui brûlent là-haut, près de toi, en si grand nombre que de ma vie, ni de près ni de loin, je n’en ai vu davan­tage. Dame sans pareille et sans peur, donne-le-moi, je t’en sup­plie, pour m’éclairer dans mon auberge et faire la fête de mon sou­per. Je ne te demande rien d’autre, si vrai que Dieu m’entend !

Notre-Dame de Roca­ma­dour qui est fon­taine de cour­toi­sie, ruis­seau et source de dou­ceur, écou­ta sa prière, et aus­si­tôt on vit s’envoler comme un oiseau et venir se poser sur la vielle le plus beau, le plus blanc des cierges qui fai­saient autour de sa tête une cou­ronne de lumière. Et les pèle­rins de s’ébahir et de chan­ter Noël ! Noël !

Mais un moine, du nom de Girard (pour sa plus grande confu­sion, l’histoire a rete­nu com­ment il s’appelait), homme fiel­leux et mélan­co­lique, et qui tirait quelque pro­fit des bouts de cierge qu’il ven­dait, se mit en fureur et cria :

- C’est un sor­cier, un gueux à mettre à la potence !

Ce disant, il sai­sit le cierge et va le replan­ter là-haut, à la place d’où il était par­ti.

Retour­née par ces mots, la foule se prend à mur­mu­rer. Si le sacris­tain disait vrai ! Et si ce beau viel­leur n’était qu’un envoyé du Malin !

Pierre écoute et ne souffle mot, car il est trop fin et trop sage pour s’indigner des injures d’un pauvre sot. Et que lui font tous ces mur­mures ! La Mère de Dieu la enten­du, elle a exau­cé sa prière. Peut-il deman­der davan­tage ? Son âme est rem­plie d’allégresse, des larmes coulent sur ses joues. En silence il prie Notre-Dame et lon­gue­ment la remer­cie. Puis, repre­nant sa vielle, il impro­vise un si beau chant qu’il n’en est pas au monde que vous eus­siez écou­té plus volon­tiers. Et quand il eut fini, le cierge, quit­tant son chan­de­lier, revint se poser sur sa vielle, comme cha­cun put le voir de ses yeux.

Alors, plus prompt que chèvre ou vieux bouc encor­né, le furieux sacris­tain bon­dit au milieu de la foule, et suf­fo­qué par la colère, demeure quelque temps sans parole. Puis reje­tant son capu­chon :

- Jamais de mon vivant, dit-il à Pierre, le poing ten­du, je ne vis telle enchan­te­rie !

Et de nou­veau s’emparant du cierge, il s’élance vers l’autel, le plante sur le chan­de­lier, l’attache avec un lien de fer, et cela fait, s’écrie :