Étiquette : Charlemagne

Auteur : Par un groupe de pères et de mères de familles | Ouvrage : Petite Histoire de l'Église illustrée .

∼∼ XIV ∼∼

— Oh ! papa, je vous en prie, venez avec nous au Pala­tin. N’allez pas vous replon­ger dans vos affreuses écri­tures.

— Le fait est, Jean­not, que j’ai tant tra­vaillé ce matin, qu’un peu d’air me fera du bien. Va donc pour le Pala­tin…

Il fait chaud, l’atmosphère est lourde après l’orage d’hier. Mais, là-haut, toute fatigue est oubliée. Des ruines, des cyprès, des fleurs ! Le Forum s’étale, aux pieds de la col­line, et de tous côtés on a la vue sur Rome.

— C’est ici, mes enfants, que la ville a com­men­cé ; toutes ces ruines sont celles des temples et des palais construits par les empe­reurs, au fur et à mesure de la gloire et de la puis­sance gran­dis­sante de Rome. Pen­chez-vous avec moi au bord de cette ter­rasse, regar­dez ces curieux ves­tiges. C’est tout ce qui reste du fameux temple de Jupi­ter.

— J’en ai ache­té des cartes pos­tales, dit Ber­nard. Je fouille mon por­te­feuille et je vous les donne. Regar­dez.

Papa constate :

— Ces ruines sont abso­lu­ment mécon­nais­sables pour des pro­fanes de notre espèce. Par contre, devant nous, s’étagent, cette fois encore, les monu­ments chré­tiens, preuves maté­rielles de la vie conqué­rante de l’Église.

Ceci nous amène, mes enfants, à étu­dier com­ment les Papes en sont venus à pos­sé­der Rome et un cer­tain nombre de villes et d’États avoi­si­nants. Nous avons vu l’empire romain s’effondrer en Occi­dent. En Orient, des empe­reurs se suc­cé­daient encore, et ils exer­çaient un fan­tôme de pou­voir en Ita­lie, au moyen d’un exarque, sorte de gou­ver­neur, qui rési­dait à Ravenne. Au VIIIe siècle, leur pro­tec­tion est nulle. En réa­li­té l’empire n’existe plus, tan­dis qu’au contraire, le Pape est deve­nu le Chef réel et le défen­seur de Rome. Il a de grands domaines, car à ceux que lui ont don­nés les empe­reurs chré­tiens, se sont joints les dons consi­dé­rables, faits au cours des âges, par beau­coup de sei­gneurs ou de familles nobles et riches. Des fermes, des terres, des forêts, des mines, des villes consti­tuent ce qu’il est conve­nu d’appeler le « Patri­moine de Saint Pierre ». Le Pape est deve­nu un vrai prince tem­po­rel ; il admi­nistre des domaines immenses que saint Gré­goire le Grand se plai­sait à appe­ler le bien des pauvres.

Histoire des papes pour les jeunes du KT
Anciennes armoi­ries des États de l’Église.

Cepen­dant vers l’an 715, les Orien­taux vinrent assié­ger Rome. Le Pape Gré­goire II appelle alors à son secours Luit­prand, roi des Lom­bards.

— Les Lom­bards, les Lom­bards, répète Colette qui réflé­chit labo­rieu­se­ment, où donc était leur pays ?

— Regarde là-bas, Colette, vers le Nord. Les plaines de Lom­bar­die sont tra­ver­sées, tout au som­met de l’Italie, par le Pô ; tu sais assez de géo­gra­phie pour situer ce fleuve.

— Oui, papa, j’y suis.

— Je reviens donc à Luit­prand. Il déli­vra Rome et plu­sieurs autres villes, mais refu­sa de les rendre au Pape. Alors Étienne II, suc­ces­seur de  Gré­goire II, appe­la Pépin le Bref.

Après une guerre sévère et glo­rieuse, Pépin remit au Pape Étienne les vingt-deux villes qu’il avait reprises aux Lom­bards. Il en dépo­sa les clefs sur le tom­beau de saint Pierre, en y joi­gnant un acte qui en fai­sait don au Pape et à ses suc­ces­seurs.