Étiquette : Au Cœur des Grandes Alpes

Auteur : Filloux, H. | Ouvrage : Autres textes .

Au bord du lac

Qu’elle est belle, cette route Napo­léon ! Elle longe le beau lac de Laf­frey, aux reflets d’azur… Voi­ci main­te­nant le lac de Péti­chet moi­ré d’argent, plus loin, le lac de Pierre-Châ­tel plein de mys­tère, par­mi le chu­cho­te­ment des roseaux. N’est-ce pas une bonne grand mère, qui rentre, char­gée de bois mort, dans le soir tom­bant ?

— Grand’mère, il doit en pas­ser des autos sur la route !

GRAND-MÈRE. — L’été, ça ne cesse pas. Si vous aviez été ici, l’autre année, en sep­tembre, vous en auriez comp­té des mille. C’était le Cen­te­naire de la Salette.

FRANÇOISE. — Qu’est-ce que la Salette ?

Grand-mère racontant l'histoire de la Salette aux enfantsGRAND-MÈRE. — Une haute mon­tagne, à près de deux mille mètres et bien sau­vage. Quelques prai­ries avec beau­coup de pierres et de rochers. Pas un arbre, pas un buis­son. Et tout là-haut, une magni­fique église où l’on vient de par­tout prier Notre-Dame. Ah ! j’y suis allée tant de fois quand j’étais jeune. On se met­tait en route, avant le soleil, à pied, par les sen­tiers de la mon­tagne, en chan­tant des can­tiques. Ces veillées en plein air, ces pro­ces­sions aux flam­beaux, c’était très beau !

ANNE-MARIE. — Pour­quoi a-t-on bâti une église si haut ?

GRAND-MÈRE. — C’est une mer­veilleuse his­toire. Ren­trez donc. Mon four­neau est « éclai­ré ». Nous serons mieux au chaud. Et je m’en vais « puis » vous faire une – « pogne » 1. Vous goû­te­rez ça !

Notes :

  1. Pogne, sorte de brioche.