La merveilleuse visite à la Salette

Auteur : Filloux, H. | Ouvrage : Autres textes .

Au bord du lac

Qu’elle est belle, cette route Napoléon ! Elle longe le beau lac de Laf­frey, aux reflets d’azur… Voici main­tenant le lac de Pétichet moiré d’argent, plus loin, le lac de Pierre-Châ­tel plein de mys­tère, par­mi le chu­chote­ment des roseaux. N’est-ce pas une bonne grand mère, qui ren­tre, chargée de bois mort, dans le soir tombant ?

— Grand’mère, il doit en pass­er des autos sur la route !

GRAND-MÈRE. — L’été, ça ne cesse pas. Si vous aviez été ici, l’autre année, en sep­tem­bre, vous en auriez comp­té des mille. C’était le Cen­te­naire de la Salette.

FRANÇOISE. — Qu’est-ce que la Salette ?

Grand-mère racontant l'histoire de la Salette aux enfantsGRAND-MÈRE. — Une haute mon­tagne, à près de deux mille mètres et bien sauvage. Quelques prairies avec beau­coup de pier­res et de rochers. Pas un arbre, pas un buis­son. Et tout là-haut, une mag­nifique église où l’on vient de partout prier Notre-Dame. Ah ! j’y suis allée tant de fois quand j’étais jeune. On se met­tait en route, avant le soleil, à pied, par les sen­tiers de la mon­tagne, en chan­tant des can­tiques. Ces veil­lées en plein air, ces pro­ces­sions aux flam­beaux, c’était très beau !

ANNE-MARIE. — Pourquoi a-t-on bâti une église si haut ?

GRAND-MÈRE. — C’est une mer­veilleuse his­toire. Ren­trez donc. Mon fourneau est « éclairé ». Nous serons mieux au chaud. Et je m’en vais “puis” vous faire une — “pogne” 1. Vous goûterez ça !

 

La merveilleuse visite

Histoire de la Salette pour le catéchisme19 sep­tem­bre 1846. — Une claire journée de soleil. Près du ruis­seau, deux petits berg­ers gar­dent leurs trou­peaux : Max­imin et Mélanie. Ils descen­dent la pente en courant.

Tout à coup, Mélanie s’arrête, appelle Max­imin.

— Viens vite ! viens voir ! une grande clarté, là !

Dans la grande lumière, plus écla­tante que le soleil, une Dame vient d’apparaître. Elle est assise, vêtue comme une paysanne, mais elle porte un diadème de Reine. La tête dans ses mains, elle pleure…

Les enfants ont peur, mais voici que la Dame se lève et croise les bras. Elle est tout envelop­pée de lumière et son vis­age ray­onne. Elle regarde les petits avec tant de bon­té, sa voie est si douce qu’ils se sen­tent ras­surés.

Récit des apparitions de La Salette pour les petits« Avancez, mes enfants, n’ayez pas peur. Je suis ici pour vous con­ter une Grande Nou­velle. »

Max­imin et Mélanie s’approchent. La Dame par­le et les enfants écoutent ses paroles, de bien graves paroles.

« Si mon peu­ple ne veut pas soumet­tre, je suis for­cée de laiss­er aller le bras de mon Fils… Et mon peu­ple va pleur­er.

Des yeux de la Belle Dame, des larmes coulent…

« Je vous ai don­né six jours pour tra­vailler. Je me suis réservé le sep­tième et on ne veut pas me l’accorder… Et aus­si ceux qui mènent les char­rettes ne savent pas jur­er sans met­tre le nom de mon Fils au milieu… Ce sont les deux choses qui appe­san­tis­sent tant le bras de mon Fils… Il vien­dra une grande famine.

S’ils se con­ver­tis­sent, les pier­res et les rochers devien­dront des mon­ceaux de blé…

— Dites-moi, mes enfants, faites-vous bien votre prière ?

— Pas bien, Madame.

— Il faut bien la faire, mes enfants, soir et matin… Allons, mes enfants, faites pass­er mon mes­sage à tout mon peu­ple… »

Envelop­pée d lumière, la Dame remonte le ravin, effleu­rant l’herbe à peine.

Les enfants la suiv­ent, ravis de sa beauté…

Elle s’élève douce­ment et, bien­tôt dis­paraît lais­sant les enfants dans l’émerveillement.

La Sainte Vierge apparait aux enfants à La Salette

Nous vous conseillons :

Notes :

  1. Pogne, sorte de brioche.

Soyez le premier à commenter

    Laisser un commentaire

    Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

    *