Étiquette : Agnus Dei

Auteur : Roguet, A.-M., O.P. | Ouvrage : Jacques et Françoise découvrent la messe .

Temps de lec­ture : 8 minutes

Fran­çoise — Mon Père, vous avez dit l’autre jour quelque chose qui m’a beau­coup tra­cas­sée… « La messe ne peut pas se sépa­rer de toute la Bible. » Mais la messe a été inven­tée par Jésus-Christ. Il n’y avait rien de pareil dans l’Ancien Tes­ta­ment.

Le Père — Mais si. Et voi­là jus­te­ment de quoi occu­per notre der­nier entre­tien, en vous fai­sant décou­vrir encore un aspect très impor­tant de la messe.

Jésus dans l’Ancien Testament

Jésus-Christ est le Fils de Dieu, bien sûr. Et quand il est venu sur terre ce fut une grande mer­veille, une grande nou­veau­té. Mais avant lui, dans l’histoire du peuple juif, il y avait eu des sau­veurs, des libé­ra­teurs, des guides du peuple dont la « figure » était comme une esquisse, une ébauche de la grande figure de Jésus-Christ.

Fran­çoise — Par exemple ?

Le Père — Par exemple Abel, le juste, mis à mort par son frère. Abra­ham, et son fils Isaac dont le sacri­fice, auquel il échappe fina­le­ment, « pré­fi­gure » le sacri­fice et la résur­rec­tion de Jésus. David, le roi pieux et misé­ri­cor­dieux, son ancêtre. Mais celui qui est peut-être la plus grande figure de Jésus-Christ, c’est Moïse. Pour­quoi ?

Fran­çoise — Parce qu’il a don­né la loi sur la mon­tagne.

Jacques — Mais sur­tout parce qu’il a sau­vé le peuple juif de l’esclavage des Égyp­tiens.

La Pâque des Juifs

Le Père — Très bien. Et cette grande libé­ra­tion s’appelle com­ment ?

La bible pour les enfants : La Pâque juive - Sacrifice de l'agneau pascal

Fran­çoise — La Pâque, ce qui veut dire pas­sage.

Auteur : Par un groupe de pères et de mères de familles | Ouvrage : À la découverte de la liturgie avec Bernard et Colette .

Temps de lec­ture : 9 minutes

Chapitre XXI

 

C’est demain l’Ordination, après-demain la pre­mière Messe d’Yvon et la pre­mière Com­mu­nion de petit Pierre. Le grand cou­sin est en retraite depuis huit jours, et le ben­ja­min est en retraite aus­si. Par­fai­te­ment, trois grandes jour­nées de recueille­ment, entre maman et M. le Curé.

Ce soir, petit Pierre vient de ren­trer. Il monte trou­ver sa mère qui, par bon­heur, est toute seule dans sa chambre.

Comme lorsqu’il était « petit », Pier­rot grimpe sur ses genoux, et maman devine sans peine que c’est l’heure des confi­dences.

—    Qu’as-tu à me racon­ter, mon ché­ri ?

—    Je vou­drais que ce soit vous, ma maman à moi, qui me disiez les choses que je ne sais pas encore bien.

—    Les­quelles ?

—    On n’a jamais fini de m’expliquer toute la Messe, parce que les grands sont retour­nés sans moi à la cure… et puis Yvon a dis­pa­ru,… et moi, com­pre­nez-vous, je serais content de me pré­pa­rer à com­mu­nier comme fera Yvon. Je rece­vrai Jésus pour la pre­mière fois, et lui, pour la pre­mière fois, il Le tien­dra dans ses mains, avant de Le prendre dans son cœur.

Pierrot se confie à sa maman pour préparer sa première communionIl lui dira sûre­ment des mots très jolis, et je vou­drais dire les mêmes.

—    Rien de plus simple, mon ché­ri. Prends ton parois­sien. Nous allons y trou­ver ce que tu cherches.

—    Mon parois­sien ?

—    Mais oui. Tu n’as cer­tai­ne­ment pas son­gé à ceci : Yvon n’aura d’autre pré­pa­ra­tion à sa com­mu­nion que celle qui est conte­nue dans les prières mêmes de la Messe, car la Com­mu­nion fait par­tie du Saint Sacri­fice.
Te sou­viens-tu, à la Cène, quand, le soir du Jeu­di Saint, Jésus ins­ti­tua l’Eucharistie ?