Pourquoi l’âne et le bœuf étaient à la crèche…

Auteur : Dijon, Xavier | Ouvrage : Autres textes .

Pourquoi Marie était à la Crèche - Poème théologiqueCe soir on ne va pas vous dire pour­quoi la sainte Vierge était à la crèche ; ça on n’a pas besoin de vous l’apprendre, vous le savez fort bien.

Si la sainte Vierge est venue à la crèche, c’est tout sim­ple­ment pour que son enfant naisse dans une crèche, c’est-à-dire une étable, c’est nor­mal : un agneau naît dans une étable et son enfant à elle, c’est l’Agneau de Dieu —comme on dira plus tard à la messe en mon­trant le pain consa­cré— Son enfant est du pain et elle est la bou­lan­gère. Son enfant est l’Agneau qui porte le péché du monde.  Et elle, elle porte son enfant pour le salut du monde. Elle est la bou­lan­gère qui pétrit dans sa chair le pain char­nel qu’est son enfant

Et le Verbe s’est fait chair

C’est pour cela, vous le savez bien, c’est pour cela que la sainte Vierge était à la crèche.

* * *

Santons-de-creche JosephEt on ne va pas vous dire non plus pour­quoi saint Joseph était à la crèche ; ça vous le savez bien aus­si mais c’est plus dif­fi­cile à expli­quer parce que Jésus n’a qu’un Père : ce Père qui donne la bec­quée aux oiseaux du ciel et qui tisse une parure royale pour les fleurs des champs. Ce Père à qui il fau­dra toute l’éternité pour se conso­ler lorsque les hommes condui­ront son Agneau à l’abattoir pour le tuer. Ce Père qui nous console de toute éter­ni­té lorsque son Unique livre aux hommes le Pain qui nour­rit toute chair.

Car l’Agneau porte le péché du monde. Et le Père porte son enfant pour le salut du monde. Et c’est pour cela que saint Joseph était à la crèche parce que, quand on voit saint Joseph, on se dit que Jésus a un Père de toute éter­ni­té

Notre Père lui qui est aux cieux ;

C’était la seule chose qu’il avait à faire, saint Joseph, c’était de faire pen­ser à Dieu !

C’est d’ailleurs la plus belle chose qu’un homme puisse faire et c’est pour cela, vous le savez bien, c’est pour cela que saint Joseph était à la crèche.

* * *

Joseph et Marie étaient à la crèche, vous le savez bien et on n’a pas besoin de vous dire pour­quoi.

Ils étaient là tout sim­ple­ment parce que Dieu leur avait deman­dé d’être là ; d’être là et de livrer là-bas son Pain qui nour­rit toute chair ; d’être là et de por­ter là-bas son Agneau qui porte le péché du monde ; d’être là et de faire naître là-bas son unique enfant.

* * *

Main­te­nant, n’allez pas deman­der pour­quoi l’enfant Jésus était à la crèche ; ne deman­dez pas pour­quoi l’enfant unique de Dieu est né dans une crèche, c’est-à-dire dans une étable, ni pour­quoi Dieu est l’Agneau que l’on condui­ra à l’abattoir pour qu’il porte le péché du monde.

N’allez pas deman­der pour­quoi Dieu a vou­lu être le Pain qui est le fruit de la terre et du tra­vail des hommes et qui est le fruit des entrailles de Marie, parce que cela on ne l’explique pas en deux trois minutes.

On n’explique pas ça comme ça, il faut bien du temps pour le com­prendre ; il faut bien toute la durée d’une messe pour le com­prendre ; il faut presque toute une vie pour le com­prendre et peut-être même aus­si toute une éter­ni­té !

Alors, vous pen­sez bien, on ne va pas vous expli­quer comme ça pour­quoi Jésus était à la crèche !

* * *

Non, ce qu’on vou­lait vous dire ce soir est beau­coup moins sérieux —mais vous ne le savez peut-être pas— on vou­lait vous dire pour­quoi l’âne et le bœuf étaient là aus­si, à la crèche.

Parce qu’enfin, à pre­mière vue, ça paraît éton­nant : pour regar­der l’Enfant de Dieu il y avait un bœuf, et pour entendre l’Unique de Dieu il y avait un âne.

Texte poétique de Noël pour les petits

Or, c’est triste à dire mais c’est comme ça : quand on dit de quelqu’un qu’il a le regard bovin ou qu’il méri­te­rait des oreilles d’âne, ce n’est pas très flat­teur pour ce quelqu’un-là, ça veut dire qu’il n’est pas très malin, qu’il n’a pas beau­coup d’instruction, pas beau­coup de finesse, comme on dit.

Et pour­tant, pour voir et entendre l’Agneau de Dieu il y avait le regard d’un bœuf et les oreilles d’un âne !

Un gros regard pas très malin et de grandes oreilles pas très malignes non plus.

Mais si l’âne et le bœuf étaient à la crèche, ces deux pauvres bêtes sans finesse, c’est tout sim­ple­ment parce que Dieu leur avait deman­dé d’être là. Et Dieu ne leur a pas deman­dé d’être un peu plus malins, ni d’avoir un peu plus d’instruction avant d’aller à la crèche ; il n’a pas pris sa baguette magique pour leur don­ner un peu plus de finesse avant d’aller se pré­sen­ter à la crèche car Dieu n’a pas de baguette magique Dieu n’a qu’un miracle et c’est l’Enfant qui vient de naître.

Dieu n’a pas de baguette magique ni pour les oreilles de l’âne, ni pour les yeux du bœuf. Dieu n’a qu’un miracle et c’est l’Enfant qui est semence et gerbe et farine et pain :

Pre­nez et man­gez, ceci est mon corps.

Alors, quand vous irez à la messe de minuit pour fêter Noël, pour voir et pour entendre l’Enfant de Dieu dans sa crèche, Agneau de Dieu qui porte le péché du monde et Pain qui nour­rit toute chair, et que vous ne com­pren­drez quand même pas tout ce qui se passe, rap­pe­lez-vous le regard du bœuf et les oreilles de l’âne et dites-vous qu’il faut bien toute une éter­ni­té pour com­prendre !

Si l’âne et le bœuf étaient à la crèche, c’est pour que nous ne soyons pas trop tristes de notre peu d’instruction et de notre peu de finesse quand nous sommes nous-mêmes devant la crèche. Car Dieu ne nous demande pas de faire les malins il nous demande seule­ment d’ouvrir de grands yeux et d’ouvrir de grandes oreilles. Et alors nous ver­rons et nous enten­drons à la crèche : saint Joseph qui fait pen­ser au Père de toute éter­ni­té, la sainte Vierge, la bou­lan­gère du pain de Dieu avec l’enfant qui est unique au monde.

Oui, nous les ver­rons et nous les enten­drons, l’Agneau de Dieu avec son Ber­ger et sa Ber­gère, et, pour nous saluer sans nous dis­traire, l’âne agi­te­ra les oreilles et le bœuf nous fera un clin d’œil .

Xavier Dijon

Le sens de Noël pour les petits et les grands

Soyez le premier à commenter

    Laisser un commentaire

    Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

    *

    Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.