VII. La purification de la Sainte Vierge

Auteur : Ségur, Comtesse de | Ouvrage : Évangile d’une grand’mère .

Évangile d’une grand’mère

Après le départ des Mages, le temps arri­va où, selon la loi de Moïse, Marie dut aller à Jéru­sa­lem pour pré­sen­ter l’Enfant Jésus au Temple et offrir un sacri­fice. Joseph et Marie étaient pauvres ; ils n’offrirent que deux tour­te­relles ; les gens riches offraient un agneau.

2 colombes offerte pour la Présentation Jesus au Temple - Histoire pour les petitsLouis. Pour­quoi offrait-on des tour­te­relles ou des agneaux ? À qui les offrait-on ?

Grand’Mère. On les offrait à Dieu, parce que d’après la loi juive, tous les hommes appar­te­naient au Sei­gneur ; et les parents devaient rache­ter l’enfant, pour pou­voir le gar­der et l’élever au lieu de le lais­ser pour le ser­vice du Temple ; c’est pour­quoi on appor­tait aux grands prêtres des tour­te­relles ou un agneau ; le grand prêtre les tuait et les offrait au Sei­gneur comme un sacri­fice qui devait lui être agréable.

Armand. Et ce n’était pas vrai, n’est-ce pas, Grand’mère !

Grand’mère. Si fait ; le bon Dieu aimait ces sacri­fices parce qu’on les fai­sait pour obéir à la loi et que le bon Dieu aime l’obéissance.

Éli­sa­beth. Et pour­quoi le bon Dieu avait-il ordon­né des sacri­fices ? et com­ment le sang de ces pauvres bêtes pou­vait-il lui être agréable ?

Grand’mère. Il ne lui était pas agréable par lui-même ; mais seule­ment parce qu’il figu­rait le sacri­fice divin de la croix, par lequel Jésus son fils devait nous sau­ver un jour.

Le jour où la sainte Vierge et son mari Joseph appor­tèrent l’Enfant Jésus au temple de Jéru­sa­lem, il s’y trou­vait un vieillard nom­mé Siméon, qui était un homme juste et obéis­sant à la loi de Dieu ; le Saint-Esprit lui avait pro­mis qu’il ver­rait le Christ, le Mes­sie, le Fils de Dieu, avant de mou­rir. Et lorsque L’Enfant fut appor­té dans le Temple, le Saint-Esprit apprit à Siméon que cet enfant était le Christ, pro­mis pour sau­ver les hommes de la méchan­ce­té du démon.

Grand'Mère raconte aux enfants la présentation de Jésus au Temple - ChandeleurSiméon prit l’Enfant Jésus dans ses bras et com­men­ça à bénir Dieu, en disant :

« À pré­sent, Sei­gneur, vous me lais­se­rez mou­rir en paix, car mes yeux ont vu le Sei­gneur que vous envoyez dans le monde pour rache­ter les hommes. »

Siméon conti­nua à dire de très-belles choses sur l’Enfant Jésus et sur sa Mère. Et une vieille femme nom­mée Anne la pro­phé­tesse, fille de Pha­nuel, veuve et âgée de quatre-vingt-quatre ans, entra dans le Temple pen­dant que Siméon pro­phé­ti­sait. Elle aus­si se mit à louer le Sei­gneur et à par­ler de l’Enfant Jésus comme de celui qu’attendaient les Juifs pour les déli­vrer du démon.

Valen­tine. Grand’mère, com­ment le Saint-Esprit a-t-il fait pour apprendre à Siméon que Jésus était le Mes­sie ?

Grand’mère. Il le lui a fait com­prendre sans par­ler, sim­ple­ment en vou­lant qu’il com­prît.

Jacques. Mais com­ment c’est-il pos­sible ? Com­ment Siméon a-t-il fait pour entendre puisque le Saint-Esprit ne disait rien ?

Grand’mère. C’est tout aus­si pos­sible au Saint-Esprit, qui est Dieu tout-puis­sant avec le Père et le Fils, qu’il est pos­sible à toi, de pen­ser à une per­sonne absente, ou de te sou­ve­nir d’une chose dont per­sonne ne te parle. Et puis, nous autres à qui le bon Dieu n’a pas accor­dé des grâces pareilles, nous ne pou­vons com­prendre com­ment ces choses se passent entre Dieu et les âmes des saints.
4e Mystère Joyeux : La Présentation de l'Enfant-Jésus au Temple


Navigation dans Évangile d’une grand’mère
CXXI. Jésus ren­voyé à Pilate. »

Soyez le premier à commenter

    Laisser un commentaire

    Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

    *

    Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.