Étiquette : Antioche

Auteur : Par un groupe de pères et de mères de familles | Ouvrage : Petite Histoire de l'Église illustrée .

∼∼ III ∼∼

Antioche. — Quelle cha­leur ! On décide en famille de ne pas des­cendre et de res­ter à l’ombre sur le pont. Jean a bien envie d’insister et se penche sur le bas­tin­gage pour cacher sa décep­tion.

Pas de vagues, une mer calme aux cou­leurs intenses. Jean essaye de s’absorber dans sa contem­pla­tion ; mais il a qua­torze ans, et les pieds lui démangent sur ce navire.

Un œil pers­pi­cace l’observe sans qu’il s’en doute ; l’aumônier, dont les scouts se ras­semblent pour des­cendre, se dirige vers son père. Un bref échange de quelques mots ; Jean s’entend appe­ler.

— Veux-tu cou­rir Antioche avec Mon­sieur l’Aumônier et sa troupe ? Tu es invi­té, mon petit.

Un bond, un cha­leu­reux mer­ci, et Jean est dans la barque au milieu des Rou­tiers, qui chantent en cadence au bruit des avi­rons.

Il y a plus de sou­ve­nirs à Antioche que d’intérêt pré­sent.

Quand les scouts ont par­cou­ru le quar­tier de la rue Sin­gon, qu’on dit être celui de la pri­mi­tive Église, quand quelques-uns d’entre eux, déva­lant les pentes du Mont Sil­pius, ont cares­sé le rocher sculp­té en tête de géant, connu sous le nom de Cha­ro­num, toute la troupe réclame un rapide « cam­ping » pour mettre à contri­bu­tion la science de l’aumônier.

— Ins­tal­lez-vous, Père, repo­sez-vous. Ce pèle­ri­nage vous a érein­té et nous allons rame­ner en France un sque­lette.

— Bah ! croyez-vous En atten­dant, je vou­drais tant vous aider à suivre au moins les grandes lignes des pre­mières conquêtes de l’Église, en ce pays que les apôtres ont par­cou­ru en tous sens !

Les scouts marins - l'histoire de l'Eglise
Jean est dans la barque au milieu des Rou­tiers.

En par­lant hier de Damas, nous avons natu­rel­le­ment évo­qué la figure admi­rable de saint Paul. C’est ici, à Antioche, qu’il bap­ti­sa les pre­miers païens conver­tis ; mais nous aurions dû d’abord par­ler de saint Pierre. Il pas­sa un temps consi­dé­rable dans cette vieille cité dont il fon­da l’Église, après celle de Jéru­sa­lem.

Jean hasarde timi­de­ment :

— C’est l’Église de Rome que saint Pierre a fon­dée, Père. Pour­quoi dites-vous celle de Jéru­sa­lem ?

— Lorsque les apôtres ont com­men­cé à prê­cher l’Évangile, on appe­lait « églises » les groupes de fidèles nou­vel­le­ment conver­tis, et on leur don­nait le nom de la loca­li­té qu’ils habi­taient : Église de Jéru­sa­lem, d’Éphèse, d’Antioche, etc. Mais tous ces groupes ne fai­saient qu’un, tous avaient même Foi, même doc­trine, mêmes sacre­ments, et bien­tôt saint Pierre va leur don­ner comme centre et pour tou­jours la ville de Rome.