Je me vengerai

Auteur : Jean-Claude | Ouvrage : Et maintenant une histoire II, Fêtes de l'année liturgique .

Commémoration des défunts

Devant la porte de la salle de classe, les élèves s’apprêtent à entrer pour subir les épreuves du cer­ti­fi­cat. Un à un, on les appelle et ils vont s’installer au bureau que leur indique le sur­veillant.

Pour les cours de caté - certificat d'étude« Robert Lenoir… Ber­nard Ler­nier… »

Robert, fur­ti­ve­ment, a glis­sé un coup d’œil à Ber­nard. Tous deux sont de la même école.

Robert Lenoir, élève médiocre, peu scru­pu­leux, n’a pas tra­vaillé beau­coup durant l’année. C’est un bon cœur, mais, mal­heu­reu­se­ment, il lui a man­qué, dès son jeune âge, l’influence d’une mère, morte lorsqu’il avait quatre ans. Il ne lui reste que sa grand-mère, qui l’aime beau­coup mais qui n’a sur lui aucune auto­ri­té, et son père, trop pris par les affaires, ne s’occupe guère de lui.

Ber­nard, au contraire, est tra­vailleur. Très ambi­tieux, il arrive tou­jours dans les pre­miers de sa classe.

Aus­si, Robert se réjouit d’être pla­cé près de son cama­rade.

* * *

Les can­di­dats, après avoir ren­du leurs rédac­tions, com­mencent main­te­nant la com­po­si­tion de cal­cul.

« Hem !… Ber­nard… »

Ber­nard a levé la tête à l’appel dis­cret de son voi­sin.

« Passe-moi le pro­blème. »

Mais à ce moment, le sur­veillant, enten­dant chu­cho­ter, lève la tête et regarde fixe­ment dans la direc­tion des deux enfants.

Histoire pour les enfants - Enfant qui tricheQuelques minutes se passent en silence, et Robert, plus dou­ce­ment, reprend !

« Hem !…

- Laisse-moi, réplique Ber­nard, tu vas nous faire pin­cer. »

Alors, le sur­veillant s’est appro­ché à grands pas et, sans vou­loir écou­ter les expli­ca­tions de Ber­nard, l’a mar­qué d’un signe les deux copies.

Et, le soir, ni Robert, ni Ber­nard, ne figu­raient sur la liste des reçus.

Ce der­nier, alors, le regard fié­vreux et rem­pli de haine, rejoi­gnit Robert à la sor­tie pour lui lan­cer, d’un ton plein de colère :

« Tu sais, c’est à cause de toi, mais tu ver­ras, je me ven­ge­rai ! »

Trois jours après, c’était le débar­que­ment près de Caen, et les deux enfants quit­taient le pays sans s’être revus.

* * *

Quatre mois se sont écou­lés depuis la menace de Ber­nard, quatre mois qui ont vu bien des évé­ne­ments.

récit pour la catéchèse - Ecole apres bombardementsDevant leur école muti­lée, les élèves se retrouvent : c’est la ren­trée.

Mais tous ceux qui jouaient dans cette cour, l’an pas­sé, n’ont pas fran­chi, ce matin, le por­tail de l’école.

Beau­coup ne sont pas encore ren­trés au vil­lage. Et, dans les petits groupes qui se sont for­més çà et là, on parle de ceux qui ne sont pas reve­nus.

« Robert Lenoir ne vien­dra plus ! annonce un des jeunes gar­çons. Son père a été tué dans un bom­bar­de­ment. Il doit tra­vailler. Sa grand-mère et lui sont res­tés seuls et ils n’ont presque plus rien. »

Ber­nard Ler­nier a dres­sé la tête, ses sour­cils se sont fron­cés.

A ce moment, la cloche a son­né pour la ren­trée, et les élèves, en silence, sont venus se pla­cer sur deux rangs.

Depuis plus de quinze jours, Ber­nard est pour­sui­vi par la pen­sée de Robert.

Le jour de la ren­trée, il était bien déci­dé à se ven­ger comme il l’avait dit.

Aujourd’hui, il ne peut plus. Et sou­vent, lorsqu’en pas­sant, il voit son ancien cama­rade, il a presque envie de venir lui par­ler.

Mais son orgueil se révolte. Non, il n’ira pas ! N’est-ce pas à cause de lui qu’il a échoué à son exa­men ?

Alors, il baisse la tête et conti­nue sa route.

Mais, tou­jours, le visage de Robert se pré­sente à son esprit. Oh ! un Robert bien chan­gé. Ses joues se sont creu­sées, ses yeux fati­gués res­tent tou­jours, main­te­nant, empreints de tris­tesse.

Comme il doit se sen­tir seul ain­si, sans ami.

* * *

Histoire pour illustrer la Toussaint - Communion des saintsLe soir de la Tous­saint est arri­vé, et Ber­nard, après bien des luttes inté­rieures, a pris le matin une grande réso­lu­tion.

Les gens sortent main­te­nant de l’église, et, là-haut dans la vieille tour, les cloches sonnent le glas.

Ber­nard a guet­té son ancien cama­rade. Oui, c’est bien cela, il en était sûr : Robert se dirige vers le cime­tière.

Le temps de pas­ser à la mai­son pour y prendre un bou­quet de fleurs ache­té le matin, et voi­là Ber­nard sur la route déjà sui­vie par Robert.

Celui-ci, après quelques détours dans les allées, s’est pen­ché sur la tombe de ses parents.

De ses yeux, les larmes coulent, pres­sées et brû­lantes.

« Maman, Papa, ne m’abandonnez pas, je suis si seul. »

Robert se retourne sou­dain, car une main vient de se poser sur son épaule. Ber­nard est là, devant lui, et lui sou­rit.

« Toi ?… Ber­nard ?…

- Oui… répond l’arrivant, en dépo­sant ses fleurs au pied de la croix ; je t’ai vu si triste depuis ton retour, et si seul… Veux-tu que nous soyons amis, dis, veux-tu ?…

- Mais, tu m’avais dit… Tu te rap­pelles…»

Et l’autre, ten­dant bien fran­che­ment la main :

« Oui, je me rap­pelle, mais, je t’en prie, ne par­lons plus de cela. »

Robert, alors, a pris la main que lui ten­dait son cama­rade. Désor­mais, la paix était faite, leur ami­tié scel­lée.

« Prions pour eux, veux-tu, Robert ?… »

Celui-ci n’a pas répon­du, mais ses yeux noirs et pro­fonds se sont tour­nés vers son nou­vel ami ; un sou­rire est venu récom­pen­ser lar­ge­ment la vic­toire que Ber­nard avait dû rem­por­ter sur son orgueil.

La nuit tom­bait et le vent s’élevait peu à peu. Là-bas, au vil­lage, les cloches tin­taient encore, mais Robert ne se sen­tait plus seul. La prière adres­sée à sa maman et à son papa quelques ins­tants plus tôt venait d’être exau­cée.

Il lui sem­blait revoir encore les visages aimés lui sou­rire.

Mais ce que les deux amis ne voyaient pas, c’est le Christ qui se pen­chait vers eux pour les bénir.

Jean-Claude.

Coloriage de la communion des saints

Soyez le premier à commenter

    Laisser un commentaire

    Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

    *

    Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.