Étiquette : <span>Russie</span>

| Ouvrage : Autres textes .

Temps de lec­ture : 5 minutes

Conte russe

Conte de Noël russe - Babouchka et les rois magesIl était une fois une vieille femme nom­mée Babou­ch­ka qui habi­tait, seule, une toute petite mai­son au cœur de la forêt. Sans cesse, elle s’affairait, cou­sait, cui­si­nait, net­toyait et, tout en tra­vaillant, elle chan­tait. Pour se tenir com­pa­gnie, elle chan­tait des chan­sons, vieilles et nou­velles, et en inven­tait ; elle était de nature joyeuse. La grand-route pas­sait loin de la mai­son­nette si bien que les visi­teurs étaient rares.

Babou­ch­ka fut donc bien éton­née, un après-midi d’hiver, d’entendre un grand vacarme dans la forêt.

« C’est peut-être un ours » se dit-elle et elle se mit à trem­bler. Mais non, un ours ne fait pas cris­ser la neige sous ses pas de la sorte.

Elle ten­dit à nou­veau l’oreille et enten­dit réson­ner des bruits de pas. Cette fois, c’était sûr, elle allait avoir de la visite ! Elle s’empressa d’ajouter quelques bûches et de mettre la grosse bouilloire noire sur le feu. Quelques ins­tants plus tard, on frap­pa fort à la porte. Babou­ch­ka sursauta :

— Qui est là ? deman­da-t-elle d’une petite voix craintive.

— Des voya­geurs éga­rés et épui­sés. Pou­vez-vous nous aider ?

— Mais bien sûr ! Entrez donc ! cria Babou­ch­ka et elle ouvrit grand la porte. Soyez les bien­ve­nus ! Venez vous réchauf­fer au coin de mon feu ! Il fait si froid dehors !

Un jeune homme entra, en sou­riant d’un air recon­nais­sant. Un second, plus âgé, le sui­vit, puis un troi­sième qui secoua de son man­teau une épaisse couche de neige. Tous trois étaient super­be­ment vêtus et le troi­sième por­tait aux oreilles des anneaux d’or étincelants.

Pen­dant que Babou­ch­ka fai­sait réchauf­fer une bonne soupe et cou­pait du pain, les voya­geurs lui racon­tèrent qu’ils étaient à la recherche d’un roi nouveau-né.

— Son étoile nous gui­dait, expli­quèrent-ils, mais le ciel est si char­gé de neige que nous ne la voyons plus.

Auteur : Par un groupe de pères et de mères de familles | Ouvrage : Petite Histoire de l'Église illustrée .

Temps de lec­ture : 7 minutes

∼∼ XV ∼∼

Non ! non ! laisse-moi, Maria­nick ! Je veux res­ter avec maman… avec maman !

Et pan ! pan ! Pier­rot envoie des coups de son petit pied dans toutes les direc­tions, et fait une colère rouge, tan­dis que Maria­nick le main­tient d’une main vigoureuse.

— Crie tant que tu vou­dras, mon petit fieu ! quoique à ta place j’au­rais grand’­honte ! Mais de res­ter chez ta maman qui a une mine de pen­due, ça, n’y compte pas !

Ber­na­dette, accou­rue au bruit, entend la der­nière phrase.

— Tu trouves que maman a mau­vaise mine ? dit-elle inquiète.

— Las ! Vous la faites cou­rir toute la jour­née, et vous ne pen­sez qu’à vos vieilles pierres, à vos grottes, à vos mon­tagnes et à tout le trem­ble­ment. C’est sa figure que fau­drait regar­der. C’est plus inté­res­sant que le reste !

Et Maria­nick entraîne Pier­rot en bougonnant.

Récit de la conversion des peuples de l'Est de l'Europe
Maria­nick et Pierrot

Ber­na­dette reste interdite.

Serait-il vrai que l’on ait ain­si fati­gué sa mère sans s’en rendre compte ? Jamais maman ne se plaint, se dit men­ta­le­ment la jeune fille, et nous en pro­fi­tons en égoïstes. Papa est si peu sou­vent là, il ne se rend pas compte non plus.

Et Ber­na­dette va trou­ver tante Jeanne. Il en résulte que, dès le len­de­main, tout le monde (sauf le chef de famille rete­nu à Rome pour ses affaires) part pour Fras­ca­ti, dans les monts Albains. Une toute petite mai­son basse, un site frais, beau­coup d’ombre, un air léger… Comme maman va se repo­ser là, bien ins­tal­lée dans un grand fau­teuil de paille, sous les arbres ! Les gar­çons sont les moins satis­faits. On leur rap­pelle qu’ils ont des lettres à écrire ;… mais le soir Ber­nard pro­pose à son cousin :

— Veux-tu que nous étu­diions un peu ? Yvon m’a prê­té des livres.

— Moi, dit Jean, ça m’in­té­res­se­rait de savoir com­ment se sont conver­tis les peuples dont nous n’a­vons encore jamais parlé.

Ceux du centre de l’Eu­rope, par exemple.

— Cher­chons dans ce gros bou­quin. Tiens, voi­là : « Conver­sion des Saxons. »

— Ça, inutile, nous le savons. C’est la lutte de Witi­kind et, de Char­le­magne, qui a des phases tra­giques, et se ter­mine pour­tant par le bap­tême des bar­bares. Continue.

— « Conver­sion des Normands. »

— Connue aus­si ! Tu te sou­viens, c’est leur brave chef Rol­lon, qui fait de la Nor­man­die une des pro­vinces les plus chré­tiennes de France.