Étiquette : Mauvais camarade

Auteur : Par un groupe de pères et de mères de familles | Ouvrage : À la découverte de la liturgie avec Bernard et Colette .

Chapitre XVI

Ces cau­se­ries en plein air font le bon­heur de tous.

Les gar­çons raf­folent de leurs pro­fes­seurs, qui, entre les leçons, orga­nisent des courses et des par­ties de bal­lon à en perdre la res­pi­ra­tion, comme dit un petit homme de huit ans.

De plus, depuis quelques jours, le bourg est fort agi­té par une fête foraine qui bat son plein. Ber­nard a conduit « ses élèves » aux che­vaux de bois, non sans fier­té, car la dis­ci­pline obte­nue a été irré­pro­chable. Et le grand gar­çon s’enthousiasme lui-même de son suc­cès. Il se sent une irré­sis­tible voca­tion d’entraineur, et voit évo­luer en ima­gi­na­tion les équipes qu’il for­me­ra un jour. Qui donc pour­rait entra­ver ses pro­jets !

Sur les entre­faites, sa mère l’appelle un beau matin.

— Veux-tu aller à L…, Ber­nard, nous ache­ter un tas de choses ? Nous n’avons plus de soie, plus de fil d’or, plus de papier doré, plus de colle pour les déco­ra­tions de l’église ; nous sommes à sec.
Et puis, ton oncle vou­drait que tu passes chez le libraire prendre deux ou trois nou­veau­tés de valeur dont il va te don­ner la liste.

Ber­nard jette un coup d’œil sur sa vareuse, qui, comme le pour­point d’Henri IV, est un peu « trouée par le coude » :

— Le temps de m’habiller cor­rec­te­ment, maman, et à vos ordres.

Au moment de par­tir, Ber­nard réclame la liste des com­mis­sions. Lui remet­tant celle du libraire, son oncle dit :

— Ne te laisse pas prendre par la bande allé­chante du der­nier volume de X. Il est bon tout au plus à mettre au feu au bout des pin­cettes…

— Bien, mon oncle, enten­du ! crie Ber­nard dont la bicy­clette démarre sur la route de la gare.

Une demi-heure de che­min de fer, dix minutes d’un pas allon­gé, et le voya­geur atteint les grands maga­sins. Au moment d’entrer à la libraire, il se heurte à un ancien cama­rade de col­lège, forte tête qu’il avait fal­lu jadis et plu­sieurs fois « chan­ger d’air ».

Mais l’ancienne cama­ra­de­rie n’en sub­siste pas moins. On se serre joyeu­se­ment la main. Ber­nard dit :

— Qu’as-tu ache­té, vieux ?

Le jeune homme bran­dit le volume, et Ber­nard recon­naît le fameux livre signa­lé par son oncle.

— Non ! Cette sale­té ? Pas pos­sible ?

— Tu l’as lu ?

— Bien sûr que non.

— Alors, qu’en sais-tu ? Ce n’est pas une sale­té de tout. Il y a là une puis­sance d’analyse, une évo­ca­tion des­crip­tive, je ne te dis que ça ! C’est épa­tant ! Achète-le et tu ver­ras.

— Non, dit encore Ber­nard net­te­ment.

— Ah ! mon pauvre vieux, ce qu’on voit bien que tu as été éle­vé à l’ombre des cotillons !

Ber­nard est trop intel­li­gent, trop loyal pour ne pas appré­cier jusqu’au culte l’éducation virile que lui a don­née sa mère. Il sent, selon sa manière de par­ler, la mou­tarde lui mon­ter au nez et, pour ne pas se fâcher, tourne les talons en haus­sant les épaules, non sans ajou­ter :

— Bon­soir, tu me dégoûtes.

Mais l’incident l’a trou­blé. Il fait ses com­mis­sions tout de tra­vers, retourne deux fois dans le même maga­sin inuti­le­ment, et vient s’asseoir sur le quai de la gare un bon quart d’heure avant l’heure du train. Lui, que rien ne fatigue jamais, pour une fois se sent très las.

Garçon tenté par un mauvais camarade : livre mauvaise lecture
C’est épa­tant ! Achète-le et tu ver­ras.

Il regarde machi­na­le­ment autour de lui. À deux pas, la biblio­thèque étale ses nou­veau­tés tapa­geuses. Au milieu des rayons trône le volume en ques­tion. Le titre reluit, en gros carac­tères modernes, épais, brillants.

Ber­nard n’est plus un enfant. Il a conscience de sa propre liber­té et sent par­fai­te­ment qu’il a seul, devant Dieu, la res­pon­sa­bi­li­té de ses actes.

S’il veut ache­ter ce livre, c’est affaire entre sa conscience et lui.

Mais le veut-il ? C’est humi­liant de n’en pas pou­voir de science cer­taine. Quelques pages de lec­ture ne lui feront aucun mal ; il le détrui­ra ensuite, bien enten­du.

Le train vient d’entrer en gare. Ber­nard s’approche de la biblio­thèque, tend quinze francs, prend l’ouvrage et saute dans son wagon.

Il a la désa­gréable sur­prise d’y trou­ver un tout jeune voi­sin, grand ami de Jean, et auquel, pour rien au monde, il n’eût fait voir le livre, qu’il enfouis­sait de son mieux dans la poche inté­rieure de son ves­ton.