Étiquette : Islam

Auteur : Goyau, Georges | Ouvrage : À la conquête du monde païen .

XX

Le pavillon des Mis­sions catho­liques, qui fut une gloire pour l’exposition inter­na­tio­nale de Vin­cennes, pré­sen­tait, entre autres splen­deurs, une fresque du peintre Des­val­lières, qui repré­sen­tait le car­di­nal Lavi­ge­rie char­geant le père Charles de Fou­cauld de por­ter au monde musul­man l’Eucharistie.

Ce fut l’originalité du Père Charles de Jésus, — ain­si vou­lut-il s’appeler, — de prendre avec lui, comme ami de soli­tude, le Dieu eucha­ris­tique, et de se mettre à proxi­mi­té des musul­mans, et même, — sa mort tra­gique le prou­va, — de se mettre à leur mer­ci, pour demeu­rer près d’eux, avec ce Dieu. Deve­nu prêtre en 1901, il vint dire au pré­fet apos­to­lique du Saha­ra : « Je n’appartiens à aucune socié­té de mis­sion ; dis­po­sez de moi. » Ses cama­rades de l’armée se sou­ve­naient de lui comme d’un aven­tu­reux offi­cier, plus épris des amu­se­ments ter­restres que des pro­messes célestes ; les géo­graphes l’honoraient comme révé­la­teur de la terre maro­caine, qu’il avait explo­rée avec téna­ci­té, décrite avec pas­sion, dans un livre célèbre. Mais un jour, Dieu l’avait repris, dis­ci­pli­né, enrô­lé à son ser­vice ; et sa conver­sion, après diverses étapes, le jetait dans la soli­tude.

L'Hostie la centre des missionnairesVous vous rap­pe­lez ces auda­cieux du moyen âge, dont plus haut nous par­lions, et qui en Tuni­sie, en Algé­rie, au Maroc, affron­tèrent la mort, et l’accueillaient en défiant Maho­met par leurs pré­di­ca­tions sur le Christ. Tout autre fut l’audace du Père de Fou­cauld : son plan, à lui, fut de pro­me­ner et d’installer, en des parages où jusque-là l’Islam était seul à régner, un Christ humi­lié, anéan­ti, silen­cieux pour les oreilles humaines, mais pas tou­jours pour les âmes, le Christ eucha­ris­tique. Mes­sa­ger du Christ, il vou­lait l’être ; il le serait, avec l’Hostie et par l’Hostie ; la pre­mière chaire qu’il lui plut d’ériger, c’était un taber­nacle. Son recueille­ment comp­tait, avant tout, sur l’éloquence de son Dieu.

Auteur : Par un groupe de pères et de mères de familles | Ouvrage : Petite Histoire de l'Église illustrée .

∼∼ XIII ∼∼

Cepen­dant, le sou­ve­nir du petit scout, son voi­sin d’Ostie, occupe depuis plu­sieurs jours la pen­sée de Ber­nard.

Il en a par­lé à sa mère et, sur son conseil, il est allé trou­ver le Père X.

Il en revient tout son­geur, ayant appris de tristes choses.

Aus­si, à peine la famille est-elle réunie après déjeu­ner, que Ber­nard fait part de sa décou­verte.

La pluie com­mence à tom­ber en larges gouttes. Bonne occa­sion pour cau­ser tran­quille­ment.

— Que pour­rions-nous faire pour ce petit ? Figu­rez-vous qu’il est tota­le­ment orphe­lin. Il a per­du son père dans un acci­dent de tra­vail, deux petits frères sont morts, et la mère les a sui­vis, il y a trois mois, lais­sant l’aîné, André, seul dans une détresse navrante.

Il a été déni­ché par la troupe du Père X. Le chef s’y est atta­ché et a payé sa part pour l’emmener avec lui ; mais ce qu’il faut à ce petit, c’est une affec­tion mater­nelle qui apaise son iso­le­ment. C’est épou­van­table d’être seul au monde à douze ans !

— Mais tu n’as qu’à l’amener ici : maman et tante Jeanne s’en occu­pe­ront, et nous aus­si, pour­quoi pas ?

— J’y ai bien pen­sé, Colette. Mais ce n’est pas ici qu’il est mal­heu­reux. C’est quand il va ren­trer à Paris. Où le pla­cer ? Qu’en faire ? Le Père trou­ve­ra, bien sûr, mais quoi ? Sera-t-il jamais heu­reux ce pauvre gosse ?

Ici, papa inter­vient :

— Et voi­là, mes enfants, qui vous fait tou­cher du doigt à quel point vous êtes pri­vi­lé­giés, quelle recon­nais­sance vous devez à Dieu, mais aus­si toute la res­pon­sa­bi­li­té qui vous incom­be­ra à tra­vers la vie.

— Oui, mon oncle. Je me suis dit tout cela déjà, et si vous vou­lez réflé­chir au sujet de l’avenir de ce petit, si maman le per­met, je suis prêt à faire pour lui tout ce que je pour­rai.

Ceci dit, Ber­nard se penche au bal­con, puis se retour­nant :

— Écou­tez tom­ber cette pluie, on dirait que les pom­piers ont mis toutes leurs pompes en branle sur le toit. Ce sont des cas­cades.

— Vous savez le dic­ton à Rome : Il n’y a que les chiens et les Fran­çais à sor­tir par la pluie !

— Ça prouve, mon oncle, que les Fran­çais n’ont pas plus peur de l’eau que du reste. Quant aux chiens, ici, ils sont dehors par tous les temps.

— A pro­pos de chiens et de dic­ton, mes enfants, ma pen­sée fait un drôle de rap­pro­che­ment. Vous savez que, chez les musul­mans, ces pauvres bêtes sont très dédai­gnées, si bien que, pour don­ner aux catho­liques une marque de sou­ve­rain mépris, les maho­mé­tans disent : Ces chiens de chré­tiens !

— Hé bien, ils sont polis ! décrète Colette offen­sée. Je vou­drais bien savoir qui sont ces gens si mépri­sants ?

— Com­ment, dit Jean dédai­gneux, tu en es là ? Nous en avons pour­tant assez ren­con­tré en Syrie : des Arabes, des Bédouins, des Turcs, tous maho­mé­tans.