Accueil

La crèche de M. le curé

La digestion de monsieur le curé
La veille de Noël, après sa réfec­tion du matin, le véné­rable curé de X… était fort per­plexe. Cela se voyait à son atti­tude, les mains croi­sées sur son esto­mac un peu rebon­di et se frot­tant les deux pouces, l’un contre l’autre, comme tous ceux qui pensent ou qui digèrent. La diges­tion ne devait pour­tant pas être dif­fi­cile. Pen­sez, deux œufs frais parce qu’il y avait des poules pon­deuses dans la cour …
Conti­nuer à lire

Les animaux chez les saints

Coloriage de Saint Mammès entouré des animaux sauvages
Au Para­dis ter­restre, Adam et Ève ne se nour­ris­saient que de fruits et de légumes. Ils n’avaient donc pas à tuer les ani­maux qui, de ce fait, ne les crai­gnaient pas et qui vivaient tous en par­faite intel­li­gence avec nos pre­miers parents ; cette inti­mi­té était, pour Adam et Ève, un charme de plus. Le péché ori­gi­nel a détruit cet ordre par­fait que Dieu avait éta­bli. Les bêtes sont deve­nues crain­tives, …
Conti­nuer à lire

Dans la nuit où s’ouvrent les cœurs

Nativité par Domenico Ghirlandaio (1449 - 1494) - Sainte Trinité Florence
Ils sont deux, Mar­tine et Vincent, petits et tran­sis, seuls entre le bois et la plaine immense, dans la pro­fonde nuit. Leurs yeux grands ouverts sur tout ce noir hos­tile gardent encore l’affreuse vision du châ­teau pater­nel assailli, rava­gé, pillé… Et leur cœur est en eux comme avec une grande déchi­rure béante qui les fait pleu­rer et appe­ler dou­lou­reu­se­ment le papa et la maman que le sire de Mau­roc a emme­nés …
Conti­nuer à lire

Le Baptême

... et puis je la baptise au nom du Père, et du Fils, et du Saint-Esprit.
Cha­pitre V Quel triste mois de décembre ! Un fin brouillard a tout revê­tu d’un man­teau humide et sombre. On n’y voit pas à cin­quante mètres. A la mai­son, les murs eux-mêmes sont humides, et Pier­rot déclare avec dégoût que la rampe de l’escalier lui « colle aux mains », ce qui lui évite de s’en ser­vir. Mais que les récréa­tions sont longues ! Il faut une patience à maman, comme à Maria­nick, pour sup­por­ter les ques­tions, …
Conti­nuer à lire

Le miracle du grand saint Nicolas III

Littérature momes - Saint Nicolas, la Sainte Vierge et Sainte Catherine
IV A cette époque, Mirande accom­plis­sait sa dix-sep­­tième année. Elle était belle et bien for­mée. Un air de pure­té, d’innocence et de can­deur lui fai­sait comme un voile. La lon­gueur de ses cils qui met­taient une grille sur ses pru­nelles bleues, la peti­tesse enfan­tine de sa bouche, don­naient l’idée que le mal ne trou­ve­rait guère d’issue pour entrer en elle. Ses oreilles étaient à ce point mignonnes, fines, soi­gneu­se­ment our­lées, déli­cates, …
Conti­nuer à lire

La communion de la grive

Les contes de la Vierge - Grive
Je veux vous conter un miracle, qui me fut conté à moi-même par un vieux prêtre, ami de saint Fran­çois d’Assise, auquel l’histoire est arri­vée. Un matin de Noël, alors qu’il était jeune encore et vicaire à Saint-Thomas-d’Aquin, il se deman­da, en s’éveillant, quelle bonne action il pour­rait faire pour sanc­ti­fier cette jour­née. Et tout de suite s’offrit à ses yeux une mai­son sor­dide, que la pioche des démo­lis­seurs aurait dû …
Conti­nuer à lire

Bienheureux Charles de Foucauld

Mort de Charles de Foucauld par les Fellagha à Tamanarasset
Enfance et jeu­nesse 1870. Les Alle­mands entrent en Alsace-Lor­­raine ; le canon tonne, les mai­sons flambent, les gens s’enfuient… Par­mi les fuyards se trouve M. de Moret. Il quitte Stras­bourg en hâte, emme­nant les enfants de sa fille. Ce sont deux orphe­lins : Charles de Fou­cauld, âgé de douze ans, et Marie, de trois ans plus jeune. Ils passent en Suisse, et, la guerre finie, se fixent à Nan­cy. Fai­sons connais­sance avec Charles. C’est un …
Conti­nuer à lire

Notre-Dame de Boulogne

Récit pour le catéchisme : Notre-Dame de Boulogne raconté aux enfants
racon­tée aux enfants   L’arrivée « Elle va pas­ser ici ! — Qui ? — Notre-Dame de Bou­logne ! — Qui c’est, Notre-Dame de Bou­logne ? — Tiens, la Sainte Vierge ! Tu t’appelles Jean-Claude, ça ne fait pas deux gar­çons. Je m’appelle Marie-Fran­­çoise-Jeanne, ça ne fait pas trois filles ! La Sainte Vierge c’est pareil ! Elle a beau­coup de noms mais que nous l’appelions Notre-Dame de Lourdes, ou Notre-Dame de Fati­ma, ou Notre-Dame de Bou­logne, ça ne fait pas plu­sieurs per­sonnes. C’est tou­jours …
Conti­nuer à lire

Les petits gestes de chaque jour

Histoire pour la Fête des mères - La maman est malade
Fêtes des mères Un beau jour, cela cas­sa… Sim­ple­ment, la maî­tresse du logis ne se leva pas ce matin-là. Les enfants, encore dans un demi-som­­meil, n’entendirent pas, comme d’habitude, les volets de la salle com­mune cla­quer contre la muraille, le feu ne ron­fla pas dans l’âtre, la corde du puits ne grin­ça pas. Per­sonne n’ouvrit la porte du pou­lailler où la volaille piaillait et caque­tait. Et la petite Élise res­ta à …
Conti­nuer à lire

Vers la grande ville

Evangile de la Passion - Jésus rencontre sa mère
Elle avait qua­torze ans, elle était brune, très brune avec de longs che­veux ; elle vivait très heu­reuse chez elle, entre son papa et sa maman, dans une petite ville toute blanche, plan­tée au bord d’un grand lac trans­pa­rent sous un ciel très bleu. Cela se pas­sait il y a très, très long­temps, dans un pays d’Orient. Les bour­geons com­men­çaient à écla­ter un peu par­tout et, de mai­son en mai­son, on s’aidait, on …
Conti­nuer à lire