RSS pour
Articles
Commentaires

IV

Saint Patrice en Irlande, Saint Augustin en Angleterre

En ce Ve siècle où l’invasion des bar­bares mena­çait de sub­mer­ger, sur le conti­nent euro­péen, les pre­mières assises de la civi­li­sa­tion chré­tienne, un cer­tain Patrice, issu d’une famille romaine domi­ci­liée en Angle­terre, s’assignait comme pro­gramme de por­ter le Credo du Christ à tout un peuple insu­laire qui devait, lui-​même, être bien­tôt un peuple d’apôtres, le peuple irlan­dais, et de por­ter le nom de Rome, — la Rome chré­tienne, — là où la Rome païenne n’avait pu trou­ver accès.

Evangélisation de l'Irlande et de l'AngleterreL’Irlande, il la connais­sait déjà : il y avait un jour, jadis, débar­qué mal­gré lui aux envi­rons de sa quin­zième année : une raz­zia faite par des Irlan­dais sur la côte anglaise l’avait emmené cap­tif. Six ans durant, en Irlande, il avait été ber­ger, un ber­ger qui sans cesse priait, sen­tant l’Esprit bouillon­ner en lui. Il avait pu s’enfuir à bord d’un bateau qui trans­por­tait sur le conti­nent toute une car­gai­son de chiens-​loups ; du nord au sud, il avait tra­versé la Gaule, et les portes de l’abbaye de Lérins s’étaient ouvertes devant lui pour que sa jeu­nesse y fit quelque appren­tis­sage de la vie monas­tique. À peine avait- il rega­gné son Angle­terre natale, qu’il lui avait paru que la « voix d’Irlande » l’appelait, et que, sur cette terre où son ado­les­cence avait été esclave, un rôle spi­ri­tuel l’attendait. Repas­sant la Manche, il s’en était allé près de saint Ger­main d’Auxerre, qu’il savait sou­cieux de l’apostolat de l’Irlande ; il avait recueilli ses leçons, puis s’était age­nouillé pour être sacré ; et c’est avec la dignité d’évêque qu’un jour de l’année 432 Patrice s’en allait enfin dis­pu­ter aux druides les âmes irlan­daises.

Défense, sous peine de mort, avaient dit les druides, d’allumer un feu dans la plaine, avant que le palais du roi ne soit illu­miné par nos céré­mo­nies. C’était la nuit de Pâques ; Patrice pas­sait outre ; il fai­sait briller « le feu béni et clair », qui de par­tout s’apercevait ; et les mages, défiés par lui, sen­taient que Patrice avait pour lui une force qui leur man­quait, celle du miracle. En face de Patrice, aucune reli­gion orga­ni­sée, aucun ensei­gne­ment reli­gieux offi­ciel. Ces druides irlan­dais, des magi­ciens plu­tôt que des prêtres, n’étaient, pour l’Irlande, ni des pré­cep­teurs de prière, ni des maîtres de morale, ni des direc­teurs de vie. Leur indi­gente reli­gion ne lais­sait au com­mun des âmes aucune espé­rance ; la béa­ti­tude éter­nelle était le pri­vi­lège de quelques hommes élus, que les fées choi­sis­saient et choyaient, et qu’elles emmè­ne­raient un jour vers quelque para­dis ter­restre ; le reste des mor­tels devait se conten­ter d’en rêver. Mais Patrice ayant lon­gue­ment prié, ayant jeûné qua­rante jours dans la forêt de Foclut, enten­dit un appel de Dieu « aux saints du temps passé, à ceux du temps pré­sent, à ceux de l’avenir » : Dieu les convo­quait sur une cime qui domi­nait l’horizon ; et la voix divine bénis­sait le peuple de l’Irlande. Vers la cime, alors, Patrice voyait s’envoler, sous la forme de grands oiseaux, d’innombrables âmes ; et leurs essaims étaient si denses que la lumière du jour en était obs­cur­cie. Ainsi Patrice put-​il pré­voir le fruit de ses pro­chains labeurs.

Eth­nac la blanche et Fide­lun la rousse, filles du roi Loe­gaire, se bai­gnaient en une fon­taine. Patrice et les évêques qui l’accompagnaient leur appa­rais­saient comme des esprits d’en haut. « Montrez-​nous la face du Christ, » demandaient-​elles à Patrice. Et tout de suite le Christ les pre­nait pour épouses, en son royaume. Conti­nuez à lire »

Mots-clefs : , , , , , | Aucun commentaire »

III

Saint Martin

Saint Mar­tin fut, au IVe siècle, le grand mis­sion­naire du pays qui s’appelle aujourd’hui la France. En ce temps-​là, la Gaule, pro­vince romaine, pos­sé­dait des grandes villes, comme Lyon, Tou­louse, Bor­deaux, Tours, Paris ; mais elles étaient rares, et d’immenses forêts cou­vraient le sol de France ; les terres culti­vées, les terres des pay­sans, se trou­vaient ainsi sépa­rées les unes des autres, et très iso­lées. Tan­dis que les villes étaient en grande par­tie conver­ties au chris­tia­nisme, la foi n’avait pas péné­tré assez avant dans les cam­pagnes ; elles étaient res­tées païennes pour la plu­part ; d’ailleurs, le nom de païen vient du latin paga­nus, pay­san ; cette éty­mo­lo­gie prouve la len­teur que les habi­tants des cam­pagnes met­taient à deve­nir chré­tiens.

Histoire pour les jeunes des missions en Gaule

Fran­cis­caines Mis­sion­naires de Marie. Les Cha­te­lets : Novices en récréa­tion.

En Gaule, il ne res­tait plus guère de la reli­gion des Druides que la croyance aux divi­ni­tés des fon­taines, aux arbres-​fées ; les Romains avaient apporté avec eux leurs faux dieux, leurs idoles ; les pay­sans les avaient adop­tés, mélan­gés avec leurs divi­ni­tés gau­loises ; le tout était confus, et c’étaient sur­tout des super­sti­tions
qui fai­saient le fond de la reli­gion popu­laire.

Récit des missions pour les colonies de jeunes

Fran­cis­caines Mis­sion­naires de Marie. La Cha­te­lets : Le Vieux Manoir.

Saint Mar­tin naquit de parents païens, en Pan­no­nie, pro­vince romaine des bords du Danube. Son père était offi­cier. Sa famille, un jour, quitta la Pan­no­nie pour s’établir en Ita­lie : Mar­tin fut élevé à Pavie. C’est là qu’il apprit à connaître et à aimer la reli­gion du Christ ; et, à dix ans, mal­gré l’opposition de ses parents, il alla trou­ver des prêtres chré­tiens et leur demanda de le pré­pa­rer au bap­tême. Ceux qui dans la pri­mi­tive Église s’instruisaient en vue de ce sacre­ment por­taient le titre de chré­tiens, bien que le bap­tême ne leur fût donné par­fois qu’après plu­sieurs années d’attente : tel fut le cas de saint Mar­tin, qui ne le reçut qu’à vingt-​deux ans.

Mais dès l’âge de douze ans, il sen­tait en lui un attrait irré­sis­tible pour la vie que menaient dans le désert les moines d’Orient. Prier Dieu, vivre dans la pau­vreté, même dans la pri­va­tion des choses les plus néces­saires à la vie, tel était son désir. Ses père et mère, scan­da­li­sés par de sem­blables goûts, le for­cèrent à entrer dans la car­rière mili­taire à l’âge de quinze ans. Il devait res­ter dans l’armée durant huit années, conscien­cieux, fai­sant son devoir de sol­dat, mais menant dans les gar­ni­sons, dans les camps, une vie qui n’était qu’un exemple constant de vertu et de cha­rité : il n’était pas de ceux qui rou­gissent de leur Dieu devant les hommes, qui craignent les moque­ries et les rica­ne­ments lorsqu’ils pra­tiquent ouver­te­ment leur reli­gion. Mar­tin était avant tout un bon sol­dat du Christ. Conti­nuez à lire »

Mots-clefs : , , , , | 2 commentaires »

II

Saint Paul

Le Christ mou­rut, le Christ res­sus­cita, et voici l’ordre qu’en Gali­lée, appa­rais­sant aux onze dis­ciples, il leur donna, pour eux et pour les autres : « Allez, ensei­gnez toutes les nations, baptisez-​les au nom du Père, du Fils et du Saint-​Esprit. » Quelques années plus tôt, ces pêcheurs, ces arti­sans, qu’étaient les douze apôtres et les soixante-​douze dis­ciples du Christ, heu­reux d’être le peuple élu du vrai Dieu, heu­reux de connaître ce Dieu que les païens ne connais­saient pas, étaient loin de pen­ser que ce serait un jour leur rôle, à eux, d’aller annon­cer aux païens que ce Dieu était venu sur terre, qu’ils l’avaient entendu prê­cher, vu mou­rir, et de nou­veau, après sa mort, entendu prê­cher, et qu’il vou­lait désor­mais être connu de tous les hommes. Rien ne les pré­pa­rait à ce rôle. Saint Pierre, qui par la volonté du Christ était le plus élevé en dignité, avait, hélas ! mal débuté dans la car­rière d’apôtres ; il avait renié trois fois son maître divin devant les valets du magis­trat Ponce Pilate. Mais ce maître lui avait par-​donné. Et tout ce qu’il leur fal­lait à tous pour rem­plir leur fonc­tion, tout ce qu’elle exi­geait de savoir, et de com­pé­tence, et de vaillance, et de grâces, leur fut donné, le jour de la Pen­te­côte, lorsque tom­bèrent sur eux des langues de feu, et lorsqu’ils furent ainsi « rem­plis du Saint-​Esprit ». Sur l’heure ils par­lèrent toutes les langues de tous les peuples aux­quels ils auraient à prê­cher le Christ ; et sur l’heure, déjà, ils com­men­çaient à le prê­cher dans ces diverses langues.

Il y avait dans toutes les nations de petites colo­nies de Juifs ; ces apôtres venus de Judée allaient y cher­cher une hos­pi­ta­lité. Ils racon­taient le crime com­mis par les Juifs, Jésus cru­ci­fié sur le Cal­vaire ; ils racon­taient la revanche divine, cette revanche que de leurs propres yeux ils avaient vue : Jésus sorti du tom­beau. Ainsi, les apôtres commençaient-​ils, dans ces humbles com­mu­nau­tés juives, leur métier de pécheurs d’hommes ; et puis, se glis­sant hors de ces petits cercles, ils s’en allaient dans les grandes villes païennes, col­por­ter cet éton­nant mes­sage aux oreilles qui vou­laient l’entendre.

Les missions de Saint Paul racontées au catéchisme

Un ouvroir mis­sion­naire en Syrie musul­mane : Fabri­ca­tion de tapis.

Durant les quatre ou cinq pre­mières années qui sui­virent la mort du Christ, un Juif du nom de Saul se mon­trait acharné contre les pre­mières com­mu­nau­tés chré­tiennes. Un jour, il che­mi­nait vers la grande ville syrienne de Damas, se pro­po­sant de rame­ner enchaî­nés à Jéru­sa­lem les chré­tiens qu’il y trou­ve­rait. Tout à coup, autour de lui, une lumière du ciel brillait, Saul tom­bait à terre, et d’en haut une voix lui disait : « Saul, Saul, pour­quoi me persécutes-​tu ? Je suis Jésus que tu per­sé­cutes ; il est dur de regim­ber contre l’aiguillon. » Saul, stu­pé­fait, trem­blait. « Sei­gneur, disait-​il, que voulez-​vous que je fasse ? » Et le Sei­gneur répon­dait : « Lève-​toi et entre dans la ville : là on te dira ce qu’il faut que tu fasses. » Saul avait les yeux ouverts, mais ne voyait plus rien : les hommes qui l’accompagnaient le prirent par la main, le firent entrer à Damas.

Trois jours après, Ana­nie, l’un des dis­ciples du Christ, apprit dans une vision que ce Saul, cet ennemi de Dieu, avait été choisi par Dieu pour por­ter son nom devant les nations. Ana­nie s’en fut trou­ver Saul, lui ren­dit la vue, en lui impo­sant les mains, le bap­tisa. Quelques jours plus tard, dans les syna­gogues de Damas, une voix s’élevait, pro­cla­mant que Jésus était le Fils de Dieu ; quelques mois plus tard, sous le nom de Paul, ce per­sé­cu­teur de la veille, devan­cier de tous les mis­sion­naires des siècles futurs, s’en allait par­ler du Christ aux païens. Conti­nuez à lire »

Mots-clefs : , , , , | Aucun commentaire »

I

La première mission chrétienne

Les mis­sion­naires, ouvrant l’Évangile, y lisent leur consigne ; ils y lisent aussi l’annonce de ce qui sera peut-​être leur des­ti­née.

Jésus-​Christ ordonna lui-​même la pre­mière « mis­sion ». Il envoya les douze apôtres, — c’est l’Évangéliste saint Luc qui nous le dit, — « prê­cher le royaume de Dieu et gué­rir les malades. » Il vou­lut qu’ils par­tissent avec leur besace, sans pro­vi­sion : au pays d’Israël on était accueillant, c’est un trait des mœurs orien­tales. Mais devant leurs yeux il entr’ouvrit, pour un ave­nir plus loin­tain, des hori­zons plus vastes ; il les pré­vint qu’ils seraient comme des bre­bis au milieu des loups. D’après une tra­di­tion que rap­porte saint Clé­ment, saint Pierre, anxieux, aurait alors inter­rompu son maître : « Et si les loups mangent les bre­bis ? » aurait-​il-​demandé. Le Christ de répondre : « Si la bre­bis est morte, elle n’a plus à craindre le loup. »

Des mis­sion­naires du Christ pou­vaient donc être appe­lés à mou­rir. Le Christ leur parla des tri­bu­naux où ils seraient traî­nés, des sup­plices qu’ils auraient à subir ; il leur pro­mit que le Saint-​Esprit lui-​même, lorsqu’ils seraient accu­sés, inter­ro­gés, leur ins­pi­re­rait les réponses qu’ils devraient faire. Il leur mon­trait les récom­penses assu­rées, dans le ciel, à ceux qui auraient fait s’agenouiller les hommes devant lui. Il ajou­tait qu’au cours de leurs voyages les hôtes qui les rece­vraient seraient, eux aussi, récom­pen­sés, ne leur eussent-​ils donné qu’un verre d’eau fraîche.

Les premiers missionnaires sont les apôtres

Conti­nuez à lire »

Mots-clefs : , , | Aucun commentaire »

Saint Antoine de Padoue était com­pa­gnon de saint Fran­çois d’Assise. Il allait comme lui par les che­mins, prê­chant aux hommes la bonté de Dieu et les invi­tant à être bons comme Lui. Mais les hommes ne l’écoutaient guère.

Saint Antoine lutte contre les vices

Le saint leur disait :

« Ne soyez pas gour­mands ! »

Mais eux conti­nuaient à se rendre malades à force de trop man­ger.

« Ne soyez pas pares­seux ! »

Mais les hommes pré­fé­raient dor­mir ou bavar­der plu­tôt que de tra­vailler.

« Soyez cha­ri­tables. Don­nez aux pauvres ! »

Mais les hommes pré­fé­raient tout gar­der pour eux-​mêmes, en égoïstes.

Et saint Antoine deve­nait très triste.

Il s’approcha un jour de la mer, à l’embouchure d’un fleuve, et, sur un banc de sable, entre le fleuve et la mer, il se mit à par­ler aux pois­sons :

« Écou­tez la parole de Dieu, pois­sons de la mer et vous, pois­sons du fleuve, puisque les hommes méchants ne veulent pas l’entendre. »

Vie de Saint Antoine pour les enfants du Caté

Alors on vit accou­rir des extré­mi­tés du monde tous les pois­sons des mers, des océans et des fleuves, venus pour écou­ter saint Antoine.
Conti­nuez à lire »

Mots-clefs : , , , | Aucun commentaire »